jeudi 1 novembre 2018

Sur les chemins de la guerre

258

  • Novembre 2013, je commence mon blog de réinformation au moment du Maïdan.
  • Novembre 2014, je boucle 15 années de Guyane pour rejoindre le Donbass 2 mois après,
  • Novembre 2015, après Uglegorsk, Marinka et Donetsk, c'est le front de Dokuchaievsk
  • Novembre 2016, le front de Spartak, près du quartier d'Oktyabrsky où je vis désormais
  • Novembre 2017, le front de Yasionovataya au sein de la Brigade Piatnashka 
  • Novembre 2018, élection du nouveau Président succédant à Zakharchenko assassiné


Jeudi 1er novembre 2018

Le 1er novembre sonne souvent pour moi comme celui d'une nouvelle séquence, certainement influencée par cette période de Sahmain, le nouvel an celtique mais aussi par des novembres rythmant à la fois la crise ukrainienne et mon engagement dans son avatar qu'est la guerre dans le Donbass...

Hier soir, lors de notre rassemblement vespéral, l'artillerie lourde faisait entendre ses toux rauques dans un horizon Ouest dont le silence et l’obscurité étaient perturbés par les détonations et explosions pendant une bonne vingtaine de minutes.

Cette guerre lancée par le régime de Kiev s'engage avec les très controversées élections présidentielles prochaines des 2 Républiques du Donbass, dans une nouvelle phase cruciale, tant pour l'avenir des jeunes Républiques que pour les relations internationales que cette guerre ne cesse de dégrader depuis 4 ans.

Le 1er novembre, il évoque pour la période de Sahmain mais aussi une chanson traditionnelle ancienne chantée maintes fois dans des festivals et "sessions" folks pourtant si éloignées de son thème guerrier. Aujourd'hui "Les chemins de la guerre" connaissent des échos bien réels qui résonnent autour de moi.


"Les chemins de la guerre"

Sur le front, les provocations ukrainiennes continuent quotidiennement et gagnent même en intensité et fréquence. Cette nouvelle escalade n'est pas nouvelle car depuis que les accords de Minsk ont été signés à l'issue de l'effondrement de l'armée ukrainienne à Debalsevo, régulièrement une nouvelle offensive de Kiev est annoncée, souvent à l'occasion d’événements nouveaux réalisés dans le Donbass comme par exemple l'assassinat du Président Zakharchenko et la tenue de nouvelles élections présidentielles, pour ne citer que les plus récents.

Sur le front de Yasinovataya, le 18 octobre 2018, riposte au lance grenade sur des tranchées ukrainiennes d'où sont tirées contre nos positions des roquettes antichars 
En attendant de retourner dans quelques jours pour une nouvelle rotation sur le front, avec des camarades de la 3ème compagnie nous finalisons dans le cadre du transfert du Régiment vers les forces spéciales du Ministère de l'intérieur, la mise à jour de nos dossiers individuels médicaux ou administratifs ainsi que la validation pour mézigue de nouvelles autorisations comme celle de la détention et port d'arme de poing. 

A l'occasion de cette 4ème enquête de sécurité me concernant (et noyade dans la bureaucratie locale) j'adresse une quenelle à ces crétins français ou belges, hélas trop nombreux et confirmant l'attirance des zones de guerres pour les asociaux et les ratés, qui sont venus échouer leurs échecs, jalousies dépressives et alcoolismes agressifs dans le Donbass. Ici, la bêtise encouragée par l'échec personnel et l'alcool libérant leur vraie nature les invitent, pour rassurer leur vanité dégénérée, à se bâfrer avec les étrons qu'un calomniateur Laurent Brayard a laissé derrière lui avant de s'enfuir du Donbass (selon lequel je suis un espion, déserteur, voleur, tueur de serbes et peut-être aussi assassin du Duc de Guise... qui sait ?)

Compensant la pénibilité des circonvolutions bureaucratiques de nouveaux équipements arrivent en dotation dans les unités ainsi que des renforts en provenance des autres bataillons du Régiment. De l'équipement individuel au postes de tir antichars, la brigade Piatnashka profite de cette mutation administrative pour faire peau neuve et renforcer ses positions sur le front de Yasinovataya.

Du côté de Donetsk, la campagne électorale suit un courant tranquille sur lequel la candidature de Denis Pushilin semble naviguer seule vers le port présidentiel. Si les "Accords de Minsk" font encore partie, diplomatie oblige, du discours des politiciens, plus personne ne croit une seconde qu'ils représentent le chemin vers la fin de cette guerre par procuration entre Moscou et Washington qui ensanglante le Donbass depuis 5 ans bientôt.

Malgré cette défiance unanime, que je partage, envers les accords de Minsk, l'optimisme reste élevé dans les cœurs et tous ceux qui livrent leur opinion sont convaincus de la fin prochaine du conflit et la libération de cette vielle terre cosaque...mais pas par la voie diplomatique !

Erwan Castel


Et pour continuer en chanson:

Chant cosaque 
"Когда мы были на войне"
Lorsque nous étions en guerre

Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du front

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.