dimanche 25 août 2019

Le jour des "gueules noires"


Aujourd'hui Donetsk fête ses 150 années d'existence, et la fète de cette ville minière est dans une fusion intime quasi sacrée associée à la fête du mineur qui incarne plus que quiconque l'esprit de ce peuple des terrils et des cheminées. 

La vie dans ces mines de charbons dont beaucoup de galeries descendent à plus de 1000 mètre de profondeur (les plus profondes d'Europe) a forgé les mentalités de cette popualtion héroïque du Donbass, tant celles de ces gueules noires risquant quotidiennement leur vie et minant leur santé dans le royaume d'Hadès que celles de ceux vivant en surface, des femmes et des enfants les attendant en priant, des agricuteurs labourant à l'ombre des terrils ou de tous les services privés et publics gravitant autour de cette économie principale de la région.

Ce rapport à la souffrance, aux malheurs du charbon a sans nul doute forgé cette capacité de résilience des femmes et des hommes du Donbass mais aussi renforcé ce rapport charnel à cette terre faconnée par le sang la sueur et les larmes de tant de générations héritières de surcroit d'un esprit et de traditions cosaques...

150 années d'Histoire pour cette ville fondée en 1869 par le gallois 1869, John Hughes qui y construit la première usine métallurgique. 150 années d'épanouissement industriel et sociétal mais aussi de tempêtes de l'Histoire, de la Révolution bolchévique, la guerre civile la famine, les guerres mondiales l'effondrement de l'URSS et maintenant une nouvelle guerre déclanchée par l'Ouest contre le monde russe dont le Donbass a toujours revendiqué appartenir.

Malgré la guerre et les territoires occupés par l'armée ukrainienne, il reste encore 18 grandes mines en activité dans la République Populaire de Donetsk et qui sont toujours le coeur de son économie. Malgré la guerre et l'effondrement économique consécutif, les mines progressent dans une production qui depuis l'indépendance a atteint les 42 millions de tonnes de charbon ! 

La mine est un monde à part, dans ces boyaux surchauffés ont été forgées des nombreuses légendes anciennes européennes et un race d'hommes hors du commun dont le courage n'a d'égal que leur humilité et leur fidélité aux traditions de leur communauté. Regardez cette vidéo qui se passe de commentaires  mais  vous transporte dans un lieu hors du temps et de l'espace. 


Loin de moi la prétention de connaitre ce monde sous le Monde, je ne suis descendu qu'une seule fois pendant 2 heures à 500 mètres de profondeur et sans y travailler, "en touriste", mais en revancge je pense pouvoir parler de ces hommes d'acier dont beaucoup sont la charpente des milices républicaines depuis les premières manifestations anti maïdan de 2014. 


Aujourd'hui je reconnais les "gueules noires" qui ont troqué leurs bleus de travail pour un uniforme. Leurs regards sont toujours attentifs, leurs gestes précis et lourds et leur paroles vont à l'essentiel d'une conversation nécessaire épurée, jamais il ne montrent un signe de fatigue ou de lassitude, leur mental semblent fait du même acier que leurs outils. 

Dans les tranchées ils restent calmes même au plus fort d'un bombardement. les jeunes autour d'eux n'ont pas besoin d'ordres, ils n'ont qu'à les suivre. La tranchées a remplacé la galerie et les obus les coups de grisou, mais il y a toujours les pelles qui dansent avec les palisanteries dans une fraternité d'armes exceptionnelle que 5 années de guerre de tranchées, de guerre d'attrition n'ont pas réussi à entamer.

J'aime ces gens, ouvriers, marins et paysans, que les bourgeois ventrus, aux mains propres mais à l'âme sale, appellent le "petit peuple", pour tenter de cacher que ce sont justement eux qui sont dépositaires de la grande noblesse de leur peuple et nous offrent quotidiennement et en silence les plus beaux exemples de courage et de fidélité. 

Et dans le Donbass, ces ouvriers mineurs sont bien plus que les bras du pays... 

... ils sont la mémoire, le coeur et les gardiens du sanctuaire !

Erwan Castel


Une prothèse pour Pavel


Dans un précedent article j'avais annoncé la triste nouvelle de la blessure grave subie par un camarade, volontaire chèque dans le Donbass qui a perdu sa jambe suite à l'explosion d'une mine antipersonnelle sur le front Sud de la République Populaire de Donetsk.

Immédiatement prévenu par Youri son camarade tchéque, je me suis rendu à son chevet le lendemain 17 août 2019, à l'hôpital de traumatologie de Donetsk, pour m'enquérir de sa santé et de ses besoins urgents.

Pour anticiper sur les maroufles français qui me calomnient depuis plus 3 ans dans une inversion accusatoire éhontée, j'ai donc pris la décision de publier mes aides humanitaires réalisées devant témoins ainsi que les documents liés. 

Pour commencer, lors de cette première visite, j'ai acheté à hauteur de mes moyens personnels, une paire de béquilles, des vétements et du matériel paramédical et laissé à Pavel et Youri de l'argent liquide pour les autres besoins quotidiens que j'ai réapprovisionné  à la même hauteur lors d'une deuxième visite accompagnée le 24 août.



- béquilles : 2786 rbls

- draps & lingettes sanitaires : 872 rbls

- sous vétements : 1600 rbls

- argent liquide : 2000  + 2000  rbls 

Soit un total de 9 258 roubles 





Il reste maintenant a subvenir aux frais réguliers de la vie et de l'hospitalisation et surtout à l'achat d'une prothèse de jambe adaptée et permettant à Pavel de retrouver une insertion sociale normale. Pavel est un sportif de haut niveau, champion national de boxe MMA dans son pays et une prothèse doit être adaptée à son physique athlétique (2mètres et 120 kg). 

A cette fin j'ai pris contact avec des prothésistes en Russie et en France pour définir l'appareil idéal pour ce type de blessure et morphologie. Concernant cet équipement, il n' y a pas d'urgence car il faut attendre d'abord la stabilisation de la jambe amputée, soit plusieurs mois. Dès que le type idéal de prothèse aura été choisi par Pavel, en concertation avec son équipe médicale, je publierai le devis et et l'avancement des sommes récupérées.

Mais d'ores et déjà il est nécessaire de lancer rapidement la collecte car une prothèse adaptée couterait, d'après les premières infos obtenues, environ 3000 euros et comme il faut du temps pour réunir une telle somme je préfère lancer le projet maintenant.

Pour celles et ceux qui désirent participer à l'achat de cette prothèse de jambe je vous invite à envoyer vos dons à l'association humanitaire "Urgence Enfants du Donbass", et qui a déjà aidé plusieurs l'hôpital de traumatologie où est soigné Pavel.


Merci d'adresser vos dons à l'adresse suivante en mentionnant "Pour Pavel"

au lien suivant:


Merci par avance de votre soutien, partage et générosité 


Erwan Castel




Coup de gueule et coup de coeur



Perso je suis fatigué de lire les posts ou commentaires simplistes et souvent haineux de décérébrés communautaristes qui profitent de l'actualité pour cracher sur les noirs, les arabes, les musulmans etc. ou qui regardent ailleurs lorqu'on parle du Yémen de la Palestine ou de l'Iran., et principalement chez les crétins calomniateurs du réseau Brayard  / Néant qui prétendent soutenir la Fédération de Russie et les républiques du Donbass (tanat que se remplissent leurs gamelles).

Tout cela est tellement affligeant...

Tous ces tristes sires qui se revendiquent être de bons blancs chrétiens et qui semblent s'être lancés dans le concours du plus con avec les bobos mondialistes parangons d'un cosmopolitisme progressiste opposé et tou aussi ridicule  devraient plutôt regarder avec plus d'attention ce qui se passe au Moyen Orient.

Car dans cette région du monde, matrice de tant de civilisations qui ont modelé notre aventure humaine, notre Histoire est toujours en marche.

Et de Gaza à Téhéran, un front de résistance au Nouvel Ordre Mondial s'est formé dans le coeur des peuples et par delà les régimes politiques en activité et mêmes les communautarismes existant.

Mieux qu'un long discours je republie ici 2 chansons de la chanteuse chrétienne libanaise Julia Boutros rendant hommage au Hezbollah au lendemain de sa victoire en 2006 sur les forces sionistes occupant la Palestine...


Ici la foi patriotique se place bien au-dessus de la foi religieuse culturelle ou politique dont les fanatismes et les nationalismes ne mènent qu'à des charniers.

Les paroles de ces louanges patriotiques reprises en choeur par des chrétiens autant que des musulmans sont tout simplement magnifiques et devraient faire réfléchir tous ces crétins communautaro-centrés (et souvent sionistes compatibles) et autres rebelles 2.0 gonflés de certitudes fanatiques faciles qui veulent nous donner des leçons d'identité et de patriotisme à deux balles....

Ces crétins vaniteux et calomniateurs qui, de France ou de Belgique par exemple, viennent se montrer pour faire des selfies dans les ministères de Donetsk, ne méritent que le mépris des personnes qui se battent ensemble sur des fronts supra communautaires contre la haine que ces imposteurs alimentent justement de leurs nuisances et trahisons quotidiennes, comme par exemple cet Alexis Tarrade du réseau Moreau Néant venu se pavaner dans un Donetsk assiégé par l'armée ukrainienne après avoir fait des selfies avec le député sioniste Meyer Habib à l'assemblée nationale et devant des chekpoints israéliens assiégeant Gaza ! 

Ces collabos capitalistes, dont l'idéologie n'est définie que par leurs cupidités opportunistes cherchent aujourd'hui à s'implanter dans les milieux d'affaires libéraux russes en venant profiter de la misère d'un Donbass en guerre pour se faire remarquer et mythifier leur "soutien pro-russe".


Et dans cette société du spectacle qui infecte même les arcanes des républiques populaires du Donbass, cette "5ème colonne" libérale (appelons un chat un chat) impose dans les réseaux, pour organiser son monopole de la représentation, sa vision communautaro-centrée et ses calomnies à l'encontre des autres soutiens pro-russes. Quant aux autorités locales malgré le respect que je leur porte elles sont tellement avides de soutiens médiatiques étrangers qu'elles en oublient les régles élementaires d'investigations et de prudence idéologique.

J'emmerde donc tous ces calomniateurs de Moreau, Brayard, et Néant et leurs idiots utiles tel par exemple Kris Roman, ce belge du Vlaams Blok aussi haineux que crétin. Tous ces insectes nuisibles et ces vautours venant dans le Donbass sous le vernis de discours propagandistes flagorneurs, servent en réalité avec plus ou moins de conscience une stratégie subversive occidentale américano-sioniste dont la pensée économique libérale veut faire chuter la Russie dans l'escarcelle de la grande finance internationale.

Erwan Castel

Obs: Julia Boutros n'est pas seulement la voix de la résistance libanaise, les 2 millions de dollars de recettes de cette tournée ont été reversés aux orphelins des soldats tués pour la défense du Sud Liban dont elle est originaire.

jeudi 22 août 2019

La "notion d'empire"


L'empire, tout comme la république, avant d'être détourné vers des désignations de systèmes politiques dont les réalisations sont même souvent contraires à son essence, est avant tout une vision métapolitique qui traverse les localisations historiques et géographiques changeantes.

La Russie, n'en déplaise aux urluberlus occidentaux qui fantasment en hurlant ou adulant une nation qu'ils veulent voir uniquement blanche, chrétienne et poutinienne, est certainement la gardienne la plus fidèle de cette "notion d'empire" préservant le mieux les libertés et les identités des peuples la composant.

Et cette "notion d'empire" en traversant les déclinaisons tsaristes, soviétiques et fédérale russes est aujourd'hui la meilleure défense des peuples natifs face à l "impérialisme" de la ploutocratie mondialiste.

Igor "Strelkov", personnage entier et donc controversé, fait partie de ceux qui ont initié et organisé la résistance du Donbass en 2014 face au coup d'Etat libéral du Maïdan rappelle ici avec justesse ce qu'est métapolitiquement un véritable "empire".

"Un empire n'est pas le son des cloches, des voitures et des princes. 
L’empire est le sens de l’existence d’un pays 
dans lequel de nombreuses nations, cultures et religions 
sont unies."

Il faut souligner ici l'incohérence pour ne pas dire l'incongruité malsaine des nombreux pseudos soutiens français au Donbass, qui sont venus y échouer, pour des motivations diverses allant du narcissisme aventureux jusqu'à la cupidité subversive, des idéologies communautaro centrées aux antipodes de cette "notion d'empire" à laquelle la population locale aspire en demandant son intégration à la Fédération de Russie, tout en préservant ses particularismes locaux.

Il s'agit de Moreau l'affairiste papiste installé à Moscou, de Brayard le pervers narcissique venu lui préparer le terrain à Dontesk et saboter les autres réseaux français de soutien au Donbass, de Néant leur servile gamellarde propagandiste qui poursuit via des idiots utiles les campagnes calomnieuses à l'encontre de tous ceux qui ne sont pas alignés sur leur misérable pensée unique jacobine et xénophobe Néant qui est possédée par un syndrome du larbin au moins aussi enflé que son égo, fait inviter désormais à Donetsk des business-men francs maçons et sionistes comme Alexis Tarrade via le cheval de Troie du soutien au Donbass organisé par Moreau. Mais je reviendrai bientôt sur ce réseau de puants.

Les fait est que ces fanatiques catholiques ou racistes, égocentriques ou affairistes, calomniateurs et intrigants ont des idéologies et des comportements (communautaro centrisme, intolérance, délits, etc) plus proche des bandéristes de Kiev que des volontaires du Printemps russe. Ils sont d'ailleurs pour la plupart issus des milieux fascistes occidentaux.

À méditer...

Erwan Castel

mercredi 21 août 2019

Presque comme un air de Guyane !


A proximité du front de Gorlovka nous avons aménagé notre bivouac dans un petit bois rempli de champignons... et de moustiques. 

Ici, le chants des oiseaux et le crépitement du feu et leqs bruissements nocturnes me rappellent un peu les esacapades dans les "grands bois" guyanais.


Mercredi 21 août 2019

D'accord, ici les bois ne sont pas aussi grands ni hauts, les fruits ne sont pas les mêmes, les armes n'ont pas les mêmes silhouettes ...

Mais il y a cependant ce même chant du vent dans les arbres, cette "volée" de moustiques entre jour et nuit, ce crépitement du feu chauffant le café matinal, cette caresse du soleil peignant les frondaisons sylvestres et cette joie de pouvoir vivre encore une journée sur notre belle Terre....

Mais à l'orée du petit bois où nous bivouaquons, soudainement crépitent les gueules des canons du front de Gorlovka...

Les images des grands bois guyanais traversés de fulgurances ailées et multicolores s'évanouissent dans la mémoire pour faire place à notre triste réalité humaine...

Je suis dans le Donbass !

Erwan Castel

Pour améliorer l'ordinaire, un don de Mère Nature 

Et vlan dans les dents !




Je pense que Macron devait être malade les jours où La Fontaine était au programme des cours de français. Dommage pour lui car le souvenir de la fable du crapaud qui voulait être aussi gros que le boeuf lui aurait peut-être évité une nouvelle humiliation publique.

Car ce freluquet mégalomane n'ayant pu résister à l'envie de "se la péter" a voulu piquer le maître du Kremlin dans sa gestion des manifestations à Moscou alors que la France est éclaboussée de honte dans sa répression insensée et sanglante du mouvement des gilets jaunes...

Le président Poutine lui a poliment rappelé le bilan criminel de la répression contre les Gilets Jaunes que les traducteurs des médias français ont volontairement tronquer dans les reportages officiels.

La prochaine fois il faudra que Micron 1er aille faire un stage chez les aborigènes d'Australie, cela lui apprendra à fermer son claque merde et ne pas se prendre son boomerang en pleine gueule.

En attendant ce cuistre élyséen nous confirme que la stupidité et l'arrogance font bon ménage....

Article référence :France info


"PAROLE, PAROLE, PAROLE !"

Macron nous a donc offert lors de son entrevue avec le président Poutine un concert de flagorneries toutes aussi gratuites qu'hypocrites...

Et tout ça pour tenter de se faire valoir lors du prochain sommet du G7 comme un leader occidental....

Il doit bien être le seul à croire encore à sa mégalomanie ! 

Poutine lui sait et montre chaque jour qu'un homme se juge à ses actes et non à ses paroles mais que la politesse diplomatique commande aussi d'écouter ces dernières. 

Au moins le maître du Kremlin aura joué le jeu, provoquant un discours français vraisemblablement sans lendemain mais toutefois positif et qui permettra même dans quelques jours de mieux dénoncer la fatuité de ce bouffon élyséen aux ordres d'une ploutocratie mondialiste hystériquement russophobe. 


Erwan Castel


mardi 20 août 2019

Gilets Jaunes réveillez vous !



Au début de cette année j'avais déjà dénoncé la référence incongrue au Maïdan ukrainien trouvée sur les réseaux sociaux de responsables des GJ.

Aujourd'hui des animateurs de ce mouvement pourtant si prometteur récidivent en apportant leur soutien aux manifestants de Hong Kong !

Ici encore une incohérence éthique qui relève soit d'une naïveté stupide, soit d'une manipulation politico médiatique visant à noyer le mouvement dans un amalgame totalement incohérent (voire les deux)

Car c'est précisément la ploutocratie mondialiste celle que dénonce le mouvement des Gilets Jaunes depuis 40 semaines qui est commanditaire et organisatrice des pseudos contestations pro-démocratiques observées ces dernières années en Europe ou au Moyen-Orient (révolutions colorées et arabes) et qui agitent aujourd'hui les foules à Hong Kong, Caracas ou Moscou.

Se précipiter au premier slogan sympa agité dans la rue est tout simplement puéril et irresponsable. Tout comme sur le Maïdan ukrainien pendant l'hiver 2013-2014, les marques (pour ne pas dire les griffes) de l'administration et des services étasuniens sont ici plus que visibles pour qui sait regarder un peu plus loin que les banderoles payées par le réseau Soros et agitées dans les rues.

Vouloir, comme le revendiquent les Gilets Jaunes, être et rester a-politique est certes une attitude intelligente et consensuelle, MAIS ne pas avoir de culture idéologique et par conséquent d'analyse critique devient ici un défaut mortel car il mène ni plus ni moins qu'à la trahison du mouvement.

Le problème des parapluies est qu'il empêchent de voir ce qu'il y a au dessus des foules manipulées.
C'est quoi votre prochaine étape ? Soutenir Guaïdo la marionnette étasunienne du Vénézuela où les derniers égorgeurs d'Al Nostra qui bougent encore en Syrie ?

Alors s'il vous plaît les Gilets Jaunes, réveillez vous car si vous continuez à croire au mirage de Hong Kong c'est que la propagande du système que vous prétendez combattre aura fait mieux que les grenades de ses miliciens : elle vous aura rendu complètement aveugles !

Erwan Castel

lundi 19 août 2019

Nouveaui bombardement de Zaitsevo

354


Dans le cadre des missions confiées aux forces spéciales du Ministère de l'Intérieur auxquelles notre régiment est désormais intégré, nous continuons nos missions de surveillance et de sécurisation sur la deuxième ligne du front. Cette fois c'est dans le secteur de Gorlovka, que nous sommes déployés, à proximité de cette ligne de défense Nord qui subitquotidiennement des attaques ukrainiennes, notamment dans les secteurs de Zaitsevo et Holmoisky.


Lundi 19 août 2019

08H22 : À proximité de notre position les forces ukrainiennes viennent de déclencher un bombardement des positions ukrainiennes défendre d'antan le front Nord de Gorlovka.

Un cocktail de mortiers de 82 mm, bitube de 23mm (ZSU), mitrailleuses lourdes, lances roquettes antichars et véhicules blindés, sans compter les armes légères vient rompre l'atmosphère silencieuse du front.

08h40 : Fin des tirs ukrainiens, le silence est revenu.

08h45 : un vieux chien errant et à moitié aveugle vient dans le petit bois où nous avons dressé notre campement, en quête de caresses et repas chaleureux.

Juste une nouvelle journée comme les autres qui commence dans le Donbass...

Erwan Castel

samedi 17 août 2019

Rien de nouveau à l'Ouest


Les ruptures ukrainiennes de la trêve décrétée le 21 juillet dernier s'enchaînent dans un concert de bombardements certes moins importants qu'avant sa signature mais suffisamment régulières et meurtrières pour qu'on ne puissent les qualifier de sporadiques ou exceptionnels... Durant la dernière semaine écoulée les forces de Kiev ont tiré sur le seul territoire de la RPD plus de 100 obus par jour.

Du 9 au 15 aout 2019, 3 soldats de la République Populaire de Donetsk ont été tués sur le front et 1 civil blessé par des attaques ukrainiennes.

  • Le 15 août 2019 en début de soirée, la partie républicaine du village de Zaitsevo a subi de nouveaux tirs ukrainiens. un homme de 56 ans résidant au 212 rue Rybalko, a été sérieusement blessé par des éclats à l’avant-bras gauche avec lésion de l’artère radiale, au genou droit et à la cuisse gauche, avec une hémorragie aiguë, choc hémorragique de degré 1


  • Le même jour un groupe de reconnaissance ukrainien a tenté de s'approcher des lignes de défense du le secteur de Dokuchaievsk. Cette opération d'infiltration a été annulée lorsque le drone d'observation qui l'appuyait a été abattu par la défense républicaine. sur la vidéo du drone on peut voir la progression du groupe.
  • Et aujourd'hui 16 aout j'apprends qu'un camarade de combat, et athlète de haut niveau a perdu sa jambe suite à l'explosion d'une mine antipersonnelle sur le front de Donetsk. Evacué en urgence à l'hopital de traumatologie du centre ville, les chirurgiens ont réussi à le stabiliser mais sans toutefois pouvoir sauver sa jambe. il désire pour le moment rester anonyme pour ne pas inquiéter sa mère.
Sur la ligne du front de nombreuses maisons d'habitations ont été encore détruites ou endommagées par les tirs ukrainiens, comme ici sur le front Sud de la RPD dans le village d'Oktyabr où continue de vivre une population principalement agricole.


Ce matin 17 août 2019, je suis allé rendre visite à mon camarade amputé à l'hôpital de traumatologie, aux chambres et couloirs remplis de mutilés et d'handicapés, claudiquant entre 2 béquilles où poussant péniblement leurs fauteuils vers un espace fumeur ou des salles de repos communes. 
Lorsqu'on parle des guerres en général et de celle du Donbass en particulier on évoque souvent les tués, ceux qu'on nomme les "200" (depuis l'Afghanistan) comme indicateurs de la situation sur le front, et on oublie souvent les "300" ces blessés qui sont 3 à 4 fois plus nombreux et dont nombre resteront handicapés en sortant de ce champ d'obus et de mines...

Si les autorités continuent de "jouer le jeu" des accords de Minsk devenus des fantômes pathétiques, les populations du Donbass, civiles et militaires ne croient plus du tout en la possibilité d'une résoltion pacifique du conflit tant que Kiev sera sous la coupe de régimes de paille aux ordres de Washington. Et la simple évocation d'un "statut spécial" pour le Donbass, qui était la revendication des fédéralistes de 2014, apparait aujourd'hui après 5 annnées de sacrifices, une trahison de ce "printemps russe" qui est toujours en éclosion...

Erwan Castel

mardi 13 août 2019

Ils ne respectent même pas leurs morts


Sur le front de Lugansk, lors d'une tentative d'infiltration vers des positions républicaines, un groupe ukrainien de reconnaissance d'est fourvoyé dans un champ de mines. 2 soldats ukrainiens ont été tués et 1 autre blessé.

Si dans les premiers mois de la guerre aucune procédure avait été mise en place sous l'égide de l'OSCE, aujourd'hui des contacts peuvent être établis pour organiser l'évacuation des morts ou des blessés restés sur le champ de bataille.

Mais une fois encore, malgré les garanties de sécurité offertes par la République de Lugansk pour permettre aux ukrainiens de récupérer le corps d'un de leurs soldat abandonné sur le terrain, rien n'a été fait.

Ce sont donc les soldats républicains qui sont allés finalement entre les lignes pour évacuer le corps du soldat ukrainien. Il sera évacué ces prochains jours vers l'Ukraine.

Une anecdote banale de ce front du Donbass, mais qui révèle bien la divergence des mentalités de ces combattants qui s'affrontent pour un territoire mais aussi autour de valeurs humaines et une éthique de la guerre.

Erwan Castel

dimanche 11 août 2019

Seuls les morts...


Les bombardements continuent sur le front du Donbass. Certes dans des proportions moindres depuis la "trêve" du 21 juillet mais ils continuent à répandre le sang sur la terre noire du Donbass.

Hier, les forces de Kiev ont continué l'augmentation de leurs attaques tirant sur la seule RPD 144 obus au cours de 7 violations du cessez le feu

Aujourd'hui au cours des bombardements qui continuent, 3 défenseurs de la République Populaire de Donetsk ont été blessés par des attaques ukrainiennes.

C'est une guerre d'artilleurs et de snipers, une guerre où des morceaux d'acier déchirent l'air, le silence et les chairs sans que leurs tireurs ne soient visibles.

Quelques exemples du jour:

14h30 - Secteur Marinka (Ouest Donetsk), Trudovsky sous les tirs de mitrailleuses lourdes et armes légères ukrainiennes.

14h40 - Secteur Yasinovataya (Nord de Donetsk), tirs ukrainiens de 2 roquettes antichars RPG et 8 grenades auto propulsées AGS sur des positions républicaines

18h15 - Secteur Kominternovo (Sud de la RPD) tirs de mitrailleuses lourdes et armes légères ukrainiennes.

18h20 - Secteur Shirokino (Sud de la RPD), 20 obus de BMP2 (30mm) et tirs de mitrailleuses lourdes et des armes légères ukrainiennes sur les positions de Sahanka.

Etc.

Même Denis Pushilin, le nouveau président de la RPD, par nature plus politicien que militaire, a dû lancer un avertissement à Kiev, menaçant de faire riposter les forces républicaines de façon significative si les violations ukrainiennes du cessez le feu continuaient.

Dans ce Donbass perpétuellement sous le feu depuis plus de 5 années, "seuls les morts ont vu la fin de la guerre"...

Erwan Castel

Mises à jour :

22h20 - Dans le secteur ou notre section est déployée au Nord de Yasinovataya plusieurs tirs de mortier et de mitrailleuses lourdes se sont fait entendre sue le front de Promka.

22h50 - les tirs sporadiques continuent

Le drame de l'effondrement soviétique

Andrei Andreevich Derevenka, un jeune de Donetsk, militant du "printemps russe" antimaidan puis parmi les premiers volontaires de la milice populaire. Dans les rangs de Vostok il participe aux violents combats de Saur Moghila. Puis il a intégré un bataillon cosaque, toujours en première ligne au plus fort des combats. Il y a 5 ans le 10 août 2014 dans le village de Grabari, il a été fauché dans une embuscade du bataillon  spécial "Dniepr". Il avait juste 20 ans !



Lorsque L'URSS s'effondre brutalement, des millions de citoyens russes soviétiques se retrouvent en dehors des frontières de l'actuelle Russie.

Et au fur et à mesure que les indépendances s'effondrèrent dans la corruption oligarchique ou l'asservissement à la ploutocratie mondialiste, une nostalgie de la "sovietskaya soyouz" à grandit dans le coeur de ces exilés russes, ces nouveaux "malgré nous" bousculés par les vents de l'Histoire. 

Ici on ne parle pas d'idéologie politique ni même d'identité communautaire, mais de destinée humaine partagée par de très nombreuses communautés ethniques, culturelles, religieuses et forgée autour d'une notion d'empire transmise à travers les siècles.

Depuis 25 ans, ces territoires russes exilés sont le théâtre de conflits plus ou moins violents autour d'un sentiment d'appartenance russe qui persiste au delà des tectoniques géopolitiques : Ossétie, Abkhazie, Haut Karabagh, Transnisstrie, Donbass etc... Tous autant de récifs résistants au tsunami des dictatures de la marchandise et de l'OTAN.

Pour ces peuples d'Europe jetés dans les vents de l'Histoire comme des fétus de paille c'est un drame humain et défi historique.

C'est ce qu'a souligné en 2005 , Vladimir Poutine lorsqu’il a déclaré : "  Par-dessus tout, nous devrions reconnaître que l’effondrement de l’Union Soviétique fut un désastre géopolitique majeur du siècle dernier. Pour la nation russe, il devint un authentique drame. Des dizaines de millions de nos concitoyens et compatriotes se sont retrouvés à l’extérieur du territoire russe. De plus, l’épidémie de la désintégration infecta la Russie elle-même. "

En 2016 dans le quartier bombardé d'Oktyabrsky où je vis lorsque je reviens du front, je demandais à une amie comment définissait-elle son identité dans le Donbass en guerre. Ukrainienne ? Russe ? Donbassienne ?

Sans hésiter une seconde, cette jeune veuve de guerre et mère de 2 enfants m'a répondu, une brillance dans le regard :

"je suis soviétique !" 

Et les derniers lambeaux de la propagande occidentale au milieu de laquelle je suis né se sont déchirés au milieu de ses explications argumentées simples et humaines loin des idéologies dogmatiques dont beaucoup malheureusement (à l'Est comme à l'Ouest) vont trahir in fine ce qu'elles prétendaient défendre.  

Malgré ses erreurs systémiques, l'URSS en sublimant cette identité russe multiple a incarné un authentique "vivre ensemble" loin des individualisme cupides et stupides de la décadence occidentale actuelle. 

Il ne s'agit point de revenir en arrière, ceci n'est ni souhaitable ni possible, mais de projeter vers l'avenir les valeurs ontologiques de cette "notion d'empire" qui caractérise le "monde russe" par delà toutes ses déclinaisons historiques. 

Le Donbass a choisi cette "Révolution conservatrice", difficile et sacrificielle, et 5 ans après avoir donné naissance aux Républiques Populaires de Donetsk et Lugansk, les femmes et les hommes des steppes et des terrils continuent à payer de leur sang la défense de leurs traditions et de leurs libertés.

Ils sont aux avants postes de cet empire russe encerclé par l'impérialisme occidental.

Erwan Castel


samedi 10 août 2019

Rébellion !


Souvent je suis entre rire, colère et pitié lorsque j'observe des réactionnaires prôner la restauration de paradigmes communautaro-centrés qu'ils soient politiques, religieux, ou ethniques pour se défendre contre l'effondrement civilisationnel.

Si ces Tartuffe et Torquemada du passé prenaient un minimum de distance verticale avec leurs idéologies artificielles, ils verraient dans le plus lointain de l'Histoire des idées que leurs références dogmatiques qu'elles soient universalistes ou autarciques sont justement les génitrices du système esclavagiste qui nous suicide aujourd'hui.

Car le virus mortel des âmes et des corps est cette pensée unique intolérante et hégémonique qui depuis environ 6000 ans se diversifie et se métamorphose de système religieux en système économique puis culturel, politique etc...

Nouveau prophète, nouvelle monnaie, nouveau média, nouvelle politique, nouveau réseau social, nouvelle mode, nouveau livre, nouvelle guerre....

Tous ces mirages du passé ou du futur ne sont souvent et malheureusement que d'autres déclinaisons de cette pensée unique diversifiée qui pour survivre et faire tourner en rond dans ses enclos les esclaves spécialisés invente ses propres diables pour perdre les derniers Hommes libres dans de faux combats communautaristes.

La seule voie de libération n'est pas dans des oppositions politiques, religieuses, ethniques, ou culturelles qui sont aussi infectées par le virus de la pensée unique, mais dans une vraie rébellion radicale afin de retrouver l'essence même des identités humaines débarassées de leurs servitudes multiples.

C'est un combat éternel dont nous ne verrons jamais les lauriers, mais peu importe car le plus important est de rester debout pour saluer chaque matin ce soleil invaincu éclairant nos libertés perdues...

Erwan Castel

« Soudain j'ai tout compris. Je vivais en prison depuis ma naissance. On m'avait retiré tout ce que mes ancêtres avaient mis des milliers d'années à construire et on m'avait donnés quelques hochets à la place : du confort, quelques années de plus à vivre (en me faisant chier), des DVD, une carte d'électeur trafiquée. On m'avait dressé comme les clébards du lieutenant. Dressé à aller travailler pour les autres tous les matins. Dressé à voter pour des parasites qui vivraient sur mes impôts. Dressé à accepter d’être fiché de tous les cotés. Dressé à désirer ce que l'on attendait de moi. Dressé à accepter l'idée de finir en maison de retraite. Dressé à ne plus rien contrôler de ma vie. Dressé ! La voilà, la civilisation ! Après l'ivresse, j'avais une solide gueule de bois. Il fallait s'échapper, tout brûler, tout casser… »

Olivier Maulin, Gueule de bois

(Extrait via le groupe FB "Païen païenne")

Aggravation du front Sud


Le 7 août, le président ukrainien Zélensky a téléphoné au président russe Poutine pour évoquer la situation tendue du front Sud de la République Populaire de Donetsk où persistent des combats et bombardements importants malgré la trève décrétée le 21 juillet dernier.

En effet dans ce secteur de Kominternovo, Sahanka, tout comme dans ceux de Yasinovata, ou Zaitsevo par exemple, les lignes de front des belligérants sont tellement proches les unes des autres, suite à l'occupation ukrainienne de la zone neutre qu'un cessez le feu est quasi impossible. Et si on rajoute à cette situation la présence de nombreuses unités de Kiev composées de paramilitaires néo-nazis et repris de justice, on a une situation qui du côté ukrainien est très difficilement contrôlable.

Plusieurs défenseurs de la République populaire de Donetsk sont tombés dans ce secteur depuis la trêve du 21 juillet et de nombreux autres ont été blessés dont plusieurs très grièvement lors de bombardements ou d'attaques ukrainiennes, comme par exemple Maxim Khotkovsky, indicatif" Rainbow ", 19 ans grièvement blessé au visage et éborgné Du côté deKiev les pertes sont également importantes, comme lors de cette journée du 6 août où 4 soldats ukrainiens ont été tués officiellemnt par par des ripostes républicaines mais en réalité par un manipulation de minuitions modifiées artisanalement.

Bombardement du village de Kominternovo par des mortiers ukrainiens

Force est de constater que l'entretien téléphonique entre Kiev et Moscou n'a pas calmé des velléités agressives des unités ukrainiennes. Bien au contraire, ces dernières qui ont réalisé un déploiement général en ordre de combat sur le première ligne de ce front Sud ont intensifié leurs provocations et attaques meurtrières.

Hier soir, les unités de la 36ème brigade ukrainienne d'infanterie de marine ont à nouveau bombardé le village de Kominternovo, tirant sur les positions défensives républicaines mais également les zones résidentielles. Au cours de ces bombardements longs les ukrainiens ont utilisé des lance grenades automatiques mais aussi des mortiers de 82 et 120mm.

Bilan: au moins 2 défenseurs de la république ont été tués lors de ces nouveaux bombardements de KIev.

Après minuit, les combats et bombardements continuaient dans ce secteur.


mercredi 7 août 2019

Flash, Alerte dans le Sud !


Il y a quelques heures, les forces ukrainiennes du secteur Sud ont été mises en alerte de combat en urgence et déployées sur la première ligne du front entre Mariupol et Novoazovsk.

Cette alerte de combat concerne la 406e brigade d'artillerie de marine déployée à Ternovoye, Kirovo, Andreevka, a portée de tir de nos positions; tandis que l'ensemble des 36e et 35e brigades d'infanterie marine se sont avancées jusqu'aux avants postes du front en formation de combat.
A Mariupol les radicaux néo-nazis du régiment Azov et la 56ème brigade d’infanterie motorisée sont également en alerte de combat et rassemblés sur leur base d'assaut au Nord de la ville.

Sur le front a été observée une intensification des vols de drones de reconnaissance ukrainiens, dont 2 ont été abattus pat nos forces de défense.

Soit cette mise en alerte de combat des forces ukrainiennes est le prélude à une offensive majeure. Le scénario de plus probable serait une attaque éclair au Nord de Novoazovsk en direction des frontières russes situées à moins de 100 kilomètres pour couper en deux les forces républicaines.

Soit, ce que personnellement je crois, c'est un test opérationnel réalisé par le nouveau Commandant en chef de l'Opération des Forces Combinées nommé la veille, le lieutenant général Vladimir Kravchenko, auparavant en charge du Commandement du secteur Nord ukrainien (Tchernigov) et connu pour sa russophobie psychotique.

En attendant de voir de quoi il en retourne, ce déploiement sur leurs bases d'assaut des forces du secteur Sud reste une nouvelle provocation majeure à l'encontre de nos forces, invitées à des tirs de défense préventifs et qui seraient déclarés immédiatement désignés comme une rupture républicaine de la trêve.

De notre côté une mise en alerte de nos unités a été également déclenchée....

Erwan Castel

mardi 6 août 2019

Retour sur les routes

353


Accompagné du soleil revenu nous repartons sur les routes de la République Populaire de Donetsk pour des sécurisations de zones entre Donetsk et Gorlovka.

Dans ce ruban de moins de 5 kilomètres de large se côtoient à la fois une ligne de front active, des agglomérations habitées et une des principales voies de communication entre Donetsk et Gorlovka et même plus loin vers Lugansk, notre république soeur du Donbass.


Mardi 6 août 2019

Autour de nous, les stigmates et les marques de la guerre semblent organiser la signalétique de cette ligne invisible animée au milieu des activités civiles par le flux et le reflux de véhicules militaires ou de soldats à pied et en armes.

Ici la guerre fait partie depuis 5 ans de l'horizon et la banalité de la vie quotidienne mais sans pour autant effacer dans les coeurs sa dimension tragique et la vigilance de tous, enfants compris qui font silence en épiant l'horizon lorsque les percussions d'un canon, d'une roquette ou d'une mitrailleuse lourde s'invitent dans les conversations.

Mais ici la dignité et la pudeur commandent de ne montrer ni la peur ou l'anxiété, ni les difficultés de la vie ou l'incertitude des lendemains, mais au contraire de continuer à vivre "comme si de rien n'était" pour que les traditions des grand- mères et les sourires des enfants continuent à fleurir dans les jardins fruitiers du Donbass.

Et je regarde ce soleil couchant incendier l'horizon par delà la silhouette déchiquetée d'une maison bombardée, en pensant que c'est aussi la même étoile qui joue dans les frondaisons des grands bois" tropicaux, au coeur de cette Guyane enchanteresse aux pieds de laquelle j'ai déposé auparavant mes rêves pendant 15 années...

Étrange planète et surtout étrange espèce, que cet "Homo sapiens sapiens" trop souvent si mal nommé qui est capable du meilleur, mais surtout du pire.

Erwan Castel