lundi 30 avril 2018

Un front devenu nerveux

122

Datcha en feu au sud de notre position sur le front de Promka
Ce soir 30 mai, fête de Camerone où mes pensées s'accrochent à un sens de l'honneur français aujourd'hui disparu, un nouvel accrochage a eu lieu à la tombée de la nuit entre les positions qui se font face sur le front de Promka entre Yasinovataya et Avdeevka  (Nord de Donetsk).

Les tirs et les ripostes qui s'enchaînèrent pendant 20 minutes environ, si ils n'ont pas été nourris ont été en revanche rapides et nerveux.
Depuis le silence n'est pas revenu, la nuit étant griffée par des tirs réguliers d'armes automatiques de lance grenades et roquettes divers.


Lundi 30 avril 2018

A l'arrière de notre position, une datcha abandonnée touchée par une roquette brûle lentement plantant au milieu des arbres déchiquetées et des squelettes industriels une torche rougeoyante et lugubre.

Cette tension brutale confirme la mise en alerte de nombreuses unités déclenchée il y a plusieurs heures par le commandement.

La nervosité qui s'est emparée du front (mais pas des soldats) n'est bien sûr pas dûe à la pleine lune magnifique qui surveille ce soir de son oeil unique le champ de bataille, mais certainement à la confirmation annoncée par un Porochenko en uniforme de la mise en oeuvre de la "Loi de réintégration du Donbass". 

Or cette loi votée au début de l'année donne un feu vert législatif, politique et militaire pour une nouvelle offensive ukrainienne. Aujourd'hui, Porochenko a donc officiellement confirmé le lancement pour le 1er mai d'une "Opération militaire conjointe" préparée depuis 3 mois et qui doit remplacer l' "Opération Spéciale Antiterroriste" déclenchée en 2014, au lendemain du Maïdan et enlisée dans les tranchées du Donbass. 

Même s'il n'y a pas eu de "déclaration de guerre" en bonne et due forme, l'Ukraine va être officiellement, dans le Donbass et dès demain, en guerre contre la Russie ennemie officiellement désigné par cette Loi qui est donc le dernier coup de grâce donné aux moribonds "Accords de paix Minsk 2". 

Sur le front, les rafales et les explosions se font quelquecoart l'écho de cette radicalisation folle et suicidaire déclenchée par Kiev. 

Reste à savoir comment et surtout quand Washington va lancer à nouveau ses chiens enragés du Maidan contre le Donbass. 

En attendant au dessus de la steppe rougeoyante, la veille continue plus que jamais sous la lune blafarde...

Erwan Castel

Le halètement de la bête

121

Coucher de soleil à travers une meurtrière de "Forteruine"


Les beautés printanières entre les floraisons et les feux d'artifices solaires donnent à la détresse de la guerre une physionomie étrange presque romantique où les pensées sont invitées par les couleurs chatoyantes à vagabonder vers les questions essentielles de la vie et de la mort...

Mais le sifflements des balles et des obus a tôt vite fait de nous ramener à la réalité intense et tragique du front...


Lundi 30 avril 2018

Hier soir, alors qu'un soleil tombant semblait vouloir s'agripper aux embrasures de notre "Forteruine", le calme disparaissait en même temps que la lumière du jour.

Autour de nous les claquements secs des armes automatiques ont entamé un crescendo crépusculaire tandis que de chaque côté de la route Donetsk-Gorlovka marquant la ligne de front principale les grognements des engins blindés se faisaient entendre.

Rapidement les chants des oiseaux se sont effacés devant le halètement pétaradant d'une guerre qui se réveille après une journée de coma...

Avant de rejoindre mon fusil impatient, j'écoute le réveil de la bête

Peu après 20h00, les échos d'un combat nous parvenaient de Kruta Balka, une position située juste au Nord de la nôtre. Cacophonie d'armes légères, mitrailleuses lourdes, lance grenades automatiques et lance roquettes..

Une heure plus tard, dans le calme retombé sur les ruines de cette zone industrielle sous tension, on pouvait à nouveau entendre des voix canines et des aboiements humains traverser à nouveau le silence du front.

Sculpté par les obus, un gardien silencieux veille sur les remparts de "Forteruine"

Cette nuit une belle lune découpant des ruines des silhouettes fantasmagoriques, est restée longtemps dans le ciel tenir compagnie aux sentinelles isolées postées aux remparts de la République de Donetsk.

Loin vers le Nord des canons qui toussent du côté de Gorlovka nous rappelent qu'une bête rôde toujours dans l'obscurité de cette nuit printanière...

Erwan Castel

A l'Ouest les ruines d'un bâtiment industriel, comme des colonnes d'une nouvelle Atlantide occidentale, accueillent dans leur naufrage le coucher du soleil.
Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

Au top des psychopathes version ukrops


Depuis plus de 4 ans le néo-nazisme qui se cache sous les bannières plus confidentielles du bandérisme a en Ukraine, cette nouvelle colonie militaire atlantiste, pignon sur rue, dans le gouvernement, le parlement et bien sûr dans les médias officiels ukropithèques qui invitent régulièrement les responsables de la mouvance nationaliste radicale (pourtant très minoritaire à chaque élection nationale) à faire dans leurs studios et en toute impunité, le prosélytisme d'une russophobie haineuse, psychotique et criminelle.

Ainsi de cet abruti de Demyan Ganul qui, lors d'une émission télévisée, affirme que le massacre des 48 manifestants fédéralistes dans la maison des syndicats d’Odessa le 2 mai 2014 ne peut être qualifié d'acte criminel car, selon lui, les victimes que ses camarades paramilitaires nationalistes ont massacré et brûlé ce jour là "n’étaient pas des êtres humains" !.


Malheureusement ce psychopathe ukropithèque ne sera ni poursuivi pour apologie (et peut-être participation) de crime génocidaire, ni isolé par la nouvelle doxa ukrainienne vomie par le Maïdan, bien au contraire.

Et n'oublions pas surtout que nos chères démocraties droitdelhommistes occidentales soutiennent cette bande de criminels dont elles ont même organisé le putsch de février 2014 et le financement de la guerre contre le Donbass.

Erwan Castel

Article référence : Stalker zone

dimanche 29 avril 2018

Une jourrnée presque trop calme

120


Avec le beau temps, le fourneau dans la chambrée a pris un repos bien mérité tandis qu'un petit feu de bois l'a relevé dans une pièce désaffectée, offrant ainsi aux soldats la compagnie de cet ancestral feu qui éclaire depuis "la nuit des temps" la destinée aventureuse de l'Humanité.


Dimanche 29 avril 2018

Ce dimanche 29 avril notre secteur sur le front de Yasinovataya au Nord de Donetsk est écrasé par un silence inhabituel que les oiseaux et les faisans semblent même hésiter à troubler.

Dans les entrailles de "Forteruine" les hommes en profitent pour se reposer et fignoler les renforcements de la position.

Depuis 7 mois (déjà) que nous tenons cette position de Promka c'est l'une des journées les plus calmes vécues sur le front, le nombre de tirs ennemis depuis ce matin se comptant sur les doigt d'une main.

Sur ce secteur, habituellement envahi par des tirs et des explosions quasi continuelles, ce silence étrange dérange jusqu'à imposer aux sens en alerte une assourdissante méfiance...

"Bizarre... vous avez dit bizarre ? Comme c'est bizarre !"

Erwan Castel

Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

samedi 28 avril 2018

Le Donbass et la vie en une photo !

119


Samedi 28 avril 2018

Au fil des mois et des combats, les positions comme les soldats qui défendent ce front de Promka entre Yasinovataya et Avdeevka (Nord de Donetsk) se fortifient.

Les murs de "Forteruine" noircis par le feu et griffés par les projectiles se couvrent chaque semaine de nouveaux graffitis, empreintes éphémères de destinées lointaines venues signer ici un pacte avec un idéal de Liberté.

Sous l'escalier, à l'entrée improvisée dans un amgle mort du batiment, une main inconnue à tracé dans la suie noire de la guerre cet adage qui résume à lui tout seul l'esprit qui préside l'aventure humaine vécue ici en espérant qu'elle se prolonge bien au delà de la victoire finale ! :

"VIS INTENSÉMENT, MEURS DIGNEMENT"


(жить как мужчина, умереть как воин)

Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

Bombardement sur Yasinovataya

118


Samedi 28 avril 2018

Peu après 20h00 locale, l'artillerie lourde ukrainienne positionnée au delà d'Avdeevka a effectué une série de tirs d'obusier en direction de Yasinovataya (environ 8 coups).

Les impacts ont eu lieu à l'Est de la route Donetsk-Gorlovka près de laquelle nous sommes déployés.

Explosions et nuages de fumée noire sont perceptibles sous la pleine lune tandis que les ukrops reprennent sur nous leurs tirs d'armes automatiques et de grenades propulsées.


Peu après le silence est revenu entrecoupé des habituelles rafales d'armes automatiques et des ponctuations de grenades propulsées, tandis que la lune, imperturbable dans ses beaux atours de Beltaine poursuivait inexorablement sa montée dans le ciel du Donbass.

Erwan Castel


Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

Et les crimes de Kiev continuent !


Au Sud de Donetsk dans la ville de Dokuchaïevsk 2 civils ont été à nouveau tués aujourd'hui par l'armée ukrainienne (93ème brigade mécanisée) et ses tirs d'artillerie sur les quartiers résidentiels.

Au total ce sont 41 obus de mortier de 120mm et 2 obus de chars que les ukrainiens ont tiré sur la ville. 
Une femme de 63 ans à été blessée à l'épaule et 2 hommes ont été mortellement touchés par des shrapnels.

Soit 4 civils tués en 2 jours pour la seule ville de Dokuchaïevsk !

Kiev revient donc à grands pas vers le comportement génocidaire qui a caractérisé son "Opération Spéciale Antiterroriste" il y a 4 ans maintenant...

Erwan Castel


Combat à Promka

117

A la mitrailleuse légère PKM, "Snak" le Commandant de compagnie venu en renfort sur un créneau de "forteruine"

Il arrive de plus en plus fréquemment que les échanges de tirs quotidiens que nous vivons sur le front de Yasinovataya dégénèrent en combat plus intenses et prolongés. Les positions étant très rapprochées (entre 100 et 500 mètres) et nombreuses (pas moins de 12 postions ennemies sur un front de 800 mètres) cela donne lieu à des feux précis et nourris et qui peuvent être suivis éventuellement d'un assaut rapide.


Samedi 28 avril 2018

Ce matin à 10 h00, un vif échange de tirs a eu lieu sur le secteur que nous défendons entre Yasinovataya et Avdeevka.

Pendant plus d'une demi heure, avec le renfort d'une partie de notre armement d'appui (missiles antichars et mortiers de 82mm) nous avons pu riposter et "traiter" les positions ukrainiennes qui depuis des mois ne cessent de nous harceler jour et nuit.

Extrait de 30 secondes au début de l'accrochage 

Aucune perte n'est à déplorer de notre côté, l'unité pouvant désormais mener la défense de son secteur solidement retranchée dans une "forteruine" renforcée ces dernières semaines par des dizaines de piliers et des centaines de sacs de sable.

Une mitrailleuse légère (c'est relatif !) au repos après coup de nerf de quelques 300 cartouches de 7.62mm

A l'issue de l'accrochage entre positions, au milieu de la poussière et des étuis de munitions vides, les canons des armes refroidissent et les hommes recomplètent leurs chargeurs, la cigarette au coin d'un sourire, échangeant leurs commentaires sur l'orage d'acier qui vient de balayer le secteur.

Ce nouvel épisode de cette guerre des tranchées menée dans le Donbass depuis plus de 3 ans est la conséquence logique d'un front qui est "grignoté" depuis 2 ans par les forces ukrainiennes, et ceci en complète violation des accords de Minsk. 

Oleg en relève vers un poste renforcé à proximité de la première ligne ukrainienne située à 150 mètres environ.
Aujourd'hui les avant postes ukrops sont arrivés au contact de la première ligne de défense républicaines, provoquant d’inévitables escarmouches quotidiennes qui évoluent fréquemment en combats plus intenses.

A nouveau le chant des oiseaux et les cris éraillés des faisans se font entendre au mileu des ruines, tandis qu'à leurs postes de garde les sentinelles du moment continuent de surveiller par delà les casemates ennemies endommagées l'arrivée probable d'un prochain round...

Erwan Castel

Point de situation après le combat "Shakespeare" au premier plan et "Zaets" sous l'escalier.
Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

Pris en flagrant délire !


Souvenons nous: en 2014, Nadia Savchenko qui sert alors comme volontaire dans le bataillon néo-nazi Aidar (qui sera reconnu plus tard coupable de crimes de guerre) est capturée sur le front de Lugansk, jugée et condamnée pour avoir dirigé, en tant qu'observateur/correcteur d'artillerie, des tirs de mortiers sur une équipe de journalistes russes.

Condamnée à 22 ans de prison en 2015, Savchenko sera finalement graciée par Vladimir Poutine et échangée contre 2 observateurs russes, prisonniers des forces ukrainiennes.

Celle qui était devenue l'icône nationaliste de Kiev (élue même députée pendant sa détention) va entamer alors une carrière politique en Ukraine, rythmée par ses coups de gueule et frasques provocateurs qui dérangent une ploutocratie au pouvoir et qui finit même cette année par l'arrêter et la jeter à son tour en prison.

Du côté des parrains occidentaux du Maïdan jusqu'à sa nouvelle chute derrière les barreaux, la psychopathe du bataillon néo-nazi Aïdar était devenue la coqueluche du camp atlantiste qui ira même jusqu'à l'inviter au sommet de L'OTAN en 2016 à Varsovie !

Alors que sa condamnation en Russie, pour crime de guerre avéré, avait provoqué un tollé dans le marigot droitdelhommiste européen, ces donneurs de leçons restent aujourd'hui bien silencieux devant sa nouvelle incarcération, alors que pas une seule goutte de sang n'a été versée.

Une nouvelle fois, un 2 poids 2 mesures de cette moraline puante derrière laquelle se cachent les "démocratures" occidentales.

Des journalistes russes sont venus taquiner l'hypocrisie droitdelhommiste occidentale a l'occasion de la réunion de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, en portant un tee-shirt "freesavchenko"...

En dénonçant ainsi le positionnement à 2 vitesses de l'appareil politico-médiatique occidental, c'est la puanteur du dogme droitdelhommiste qui est ici rappelé.

Comment ne pas déceler à travers ce traitement médiatique de l'imposture des actuelles démocraties occidentales qui sacrifient l'éthique civilisationnelle sur l'autel des intérêts militaro-industriels d'une ploutocratie mondialiste.

Erwan Castel

Via Karine Bechet Golovko


Nadia Savchenko au bataillon spécial Aïdar en 2014

L'étau étasunien se resserre

Un article à priori hors sujet 

Et pourtant, l'Ukraine, la Syrie et maintenant l'Arménie et le Kazakhastan par exemple ne sont que les anneaux d'un même anaconda lancé par le bankstérisme international pour étrangler la Russie qui refuse de se soumettre à sa dictature de la marchandise...


Je n'aime pas le satisfecit simpliste récurant concernant l'échec de la stratégie hégémonique étasunienne en Syrie. Certes les djihadistes sont globalement anéantis par les forces de la résistance (Syrie Iran Russie) mais globalement ils ont aussi rempli leur mission à savoir : incendier un pays non aligné, paralyser son développement international et ouvrir la porte à une occupation atlantiste du géostratégique Nord de son territoire (ressources plus frontière avec l'Iran).

Pire que cela: non seulement l'impérialisme étasunien est loin de lâcher prise en Syrie malgré les beaux discours de Trump, mais il multiplie ses attaques autour de la Russie, son ennemi idéologique, économique et militaire le plus important et qui l'empêche de finaliser un Nouvel Ordre Mondial esclavagiste.

Si l'Arménie fait un peu parler d'elle, en revanche le rapprochement entre le pouvoir du Kazakhstan et les USA est quasiment passé inaperçu. Et pourtant pour Moscou ce basculement de cette tour de l'Asie centrale dans le camp atlantiste serait une catastrophe géostratégique de la portée du changement de pouvoir en Ukraine opéré en 2014 par les séides de Washington.

En effet le Kazakhstan devenu indépendant en 1991 peut être considéré comme le "ventre mou" de la Fédération de Russie avec qui il partage plus de 7000 kilomètres de frontière faiblement défendues côté russe mais le long de laquelle passe le réseau ferroviaire transibérien qui est le cordon ombilical Est-Ouest de la Fédération.

Poursuivant inlassablement la stratégie d'encerclement de la Russie entamée au XIXeme siècle par la thalassocratie britannique, les USA cherchent depuis la chute de L'URSS à contrôler le couloir transcaucasien de cette Asie centrale dans laquelle la Russie dispose de portes économiques majeures vers les mers chaudes.
Pakistan, Ouzbékistan, Afghanistan par exemple sont déjà tombés sous l'influence des néocons étasuniens (même si dans "le tombeau des empires" ils ont du mal à s'imposer) et le Kazakhstan représente avec l'Iran une des dernières pièces majeures à conquérir situées au Sud de l'échiquier russe .

Exactement comme pour l'Ukraine, les USA agitent le miroir aux alouettes de partenariats économiques avec les occidentaux (et qui vont rapidement devenir exclusifs) pour avancer leurs pions militaires, véritables objectifs de cette stratégie mondialiste russophobe.

Ainsi un accord vient d'être signé par le Kazakhstan pour autoriser l'implantation de sites logitiques pour les opérations militaires atlantistes en Afghanistan (Aktau et Kuryk dans le Nord de la Mer Caspienne)...

On connaît la chanson : d'abord hangar de transbordement puis du personnel de sécurité, une station radar, des unités de défense puis une base aéronavale avec ici certainement à moyen terme un arsenal de construction navale pour une flotille en mer Caspienne.

A court terme, la mer Caspienne comme la mer Noire ou la mer Baltique risque donc de devenir le théâtre d'affrontements géostratégiques majeurs entre Russie et USA auxquels il faudra rajouter également la Chine qui étend également sa zone d'influence dans cette Asie centrale.

Pour la Fédération de Russie, il ne reste pas beaucoup d'options en dehors de la capitulation pour résister à l'étranglement de son empire ou la contre attaque violente.

La composition du nouveau gouvernement de Vladimir Poutine qui sera révélée début mai va nous indiquer la ligne envisagée par le Kremlin :

Soit la Russie persiste dans sa faiblesse de croire encore aux règles faussées du Droit international et continue a appeler les occidentaux ses "partenaires", alors dans ce cas, elle est condamnée à perdre sans même faire la guerre.

Soit la Russie considère enfin les occidentaux pour ce qu'ils sont à savoir ses ennemis mortels autoproclamés et qui usent de tous les moyens légaux et illégaux pour lui nuire. 
Dans ce cas il lui faut accepter le combat et oublier également, jusqu'à la victoire finale, les règles de la guerre et du droit international.

Car notre postmodernité amorale, qui est la phase terminale d'un cycle civilisationnel, se caractérise surtout par une violation des règles du combat par l'impérialisme de la marchandise.

Or pour gagner une partie face à un tricheur qui a corrompu l'arbitre, soit on triche également, soit on l'abat.

Erwan Castel

vendredi 27 avril 2018

Le chien enragé et zélé de Washington

Cette semaine, au dessus du bombardement de Dokuchaïevsk par la 93ème Brigade ukrainienne planait la présence dans ses rangs d'instructeurs de l'armée canadienne.

Une occasion pour Karine Bechet Golovko de nous rappeler cette présence honteuse de cadres de L'OTAN aux côtés des criminels de guerre ukrainiens.

Erwan Castel

Source de l'article : Russie Politics

L'implication des forces de l'OTAN 
dans la guerre du Donbass: Opération UNIFIER


Karine Bechet Golovko

Il est courant d'entendre parler de l'aide apportée par les pays de l'OTAN à l'armée ukrainienne, bien que l'Ukraine ne fasse pas partie de l'OTAN, bien qu'elle ait un conflit ouvert sur son territoire. Une aide en fournitures, vêtements, formation. Mais l'armée de DNR vient d'accuser les formateurs de l'OTAN d'avoir participé au tir à l'artillerie sur la ville de Yacinovataya. Il semblerait que beaucoup de lignes rouges soient franchies ces derniers temps ...


Selon la Convention sur le Statut de l'OTAN, cette organisation bénéficie d'avantages impressionnants. Inviolabilité des locaux et des correspondances, ainsi que de tout document. Immunité des personnes, mais également des experts qui travaillent ponctuellement auprès de l'OTAN sur des missions concrètes. Interdiction de contrôle ou de réglementation concernant les fonds de l'organisation et leur circulation à l'intérieur des pays de l'OTAN. Exonération d'impôts, de taxes et de droits de douanes sur ces avoirs et revenus, également fonciers. Bref, l'OTAN est une entreprise qui marche, qui veut être un Etat dans l'Etat, avec ses règles qui ne peuvent relever de la juridiction nationale. Une super-structure qui suit ses règles et ses intérêts.

C'est alors que l'on apprend qu'avec d'autres pays de l'OTAN, comme les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne par exemple, le Canada est très actif en Ukraine. Dans le cadre d'un programme lancé après le Maïdan, qui s'appelle Opération UNIFIER:

  • L’opération UNIFIER constitue la mission des Forces armées canadiennes (FAC) visant à soutenir les forces armées ukrainiennes en Ukraine. Cette opération vise principalement à leur offrir de l’aide en matière d’instruction militaire. Cela les aidera à améliorer et à établir leur capacité militaire. Les FAC coordonnent leur instruction avec celle offerte par les États‑Unis et par d’autres pays qui aident de la même façon. L’instruction militaire s’inscrit dans le soutien global du Canada à l’Ukraine. (...) L’intention est d’aider l’Ukraine à demeurer souverain, sécuritaire et stable.

L'implication politique n'est pas cachée. Et sur Twitter, ces forces canadiennes sont très fières et très actives. L'on trouve ainsi le compte du Lieutenant-Colonel Fraser Auld. Cet individu a un parcours intéressant:
  • His extra-Regimental postings have included tank and recce Tactics Instructor at the Armour School, Task Force Kandahar Tactical Plans Officer in Afghanistan, Base Operations Officer in Petawawa, Executive Assistant to the Deputy Commanding General of the NATO Training Mission in Afghanistan, and Director of Army Staff 2 at Canadian Army Headquarters.
  • Lieutenant-Colonel Auld has deployed on four operational tours: in 2001 as a Reconnaissance Troop Leader in Bosnia-Herzegovina; in 2005 as the Second-in-Command of the Reconnaissance Squadron assigned to NATO’s Kabul Multi-National Brigade; in 2008-09 with Task Force Kandahar; and, in 2012-13 with the NATO Training Mission in Afghanistan.

Sur son compte twitter, l'on trouve beaucoup d'informations. Ainsi, ces officiers canadiens participent à la mise aux normes de l'OTAN des champs de tirs. Pour un pays, je le rappelle qui ne fait pas partie de l'OTAN et a un conflit ouvert sur son territoire:
  • Notre équipe #OpUNIFIER travaillait pour s'assurer que les champs de tirs étaient sûres, avaient du succès et étaient au standards de #NATO pour les forces armées d’Ukraine. En commençant avec les compétences de base, nous nous assurons que les manœuvres complexes se dérouleront bien.

Exemple parmi d'autres. Mais qui prend un relief particulier, lorsque l'on apprend que lors de manœuvres encadrées par des officiers de l'OTAN, des tirs d'artillerie ont touché la ville de Yacinovataya. Edouard Bassourine, vice-commandant des forces militaires de DNR, a accusé les forces de l'OTAN d'avoir utilisé l'artillerie de calibre 120 et 82 mm contre le village lors de la formation au tirs des soldats ukrainiens sur du matériel de tir AN/TPQ fourni par les Etats-Unis. Par ailleurs, ces complexes d'artilleries sont déjà installés non loin de Donetsk, sur les toits de plusieurs immeubles (civils) dans la petite ville de Avdeevka.

Est-ce la manière dont le Canada envisage la protection de la souveraineté ukrainienne?

Nous sommes assez loin des normes éthiques, morales, de la défense des valeurs démocratiques qui sont censées être les valeurs fondatrices de l'OTAN, cette volonté soi-disant marquée - tout au moins affichée - de privilégier le règlement pacifique des conflit. 

La voie démocratique de l'Ukraine passe-t-elle par les tirs d'artillerie coordonnés par les soldats de l'OTAN contre les villes du Donbass?

Karine Bechet Golovko

Visite de charme sur Promka

116


La guerre post-moderne du Donbass, c'est aussi un front de l'information qui fait rage entre le mondialisme et sa propagande de guerre et la Russie et les pays qui refusent de se soumettre au rouleau compresseur militaro-insdustriel de la dictature de la marchandise occidentale.

Sur notre front, particulièrement sensible nous recevons régulièrement la visite de médias russes et locaux mais aussi de journalistes et reporters occidentaux indépendants qui veulent témoigner de la réalité de ce volcan qui depuis 4 ans, ne veut ni s'éteindre ni exploser. 

Tous les médias quasiment ont défilé sur notre position, à l'exception bien entendu des imposteurs français échoués à Doni Press préfèrent cacher leur lâcheté dans rédactions climatisées de Donetsk et sacrifier la cause et le travail pour lequel ils sont payés sur l'autel de leur égotisme débile et haineux. 


Vendredi 27 avril 2018

Elles se nomment Katia, Elena, Eugenia, Kristina et sont soit militaires soit reporters de guerre mais toutes volontaires pour soutenir, avec un appareil photo ou un fusil d'assaut la résistance du Donbass.

Cet après midi sur nos positions de Promka, pour le moment exclusivement masculines, nous avons eu droit à leur visite, accompagnée par le chef de bataillon et deux officiers de son commandement. 
C'était à l'occasion des travaux de renforcement du réseau de tranchées auxquels le personnel de l'État major participe également à tour de rôle que des personnels féminins sont venues nous rencontrer.


Katia Katina quant à elle n'est plus à présenter. Cette jeune femme qui s'est engagée dans les rangs de la milice dès les premiers combats a choisi par la suite le front de l'information sans toutefois quitter les tranchées, qu'elle sillonne depuis tous les jours pour "News Front".

Katia est venue aujourd'hui accompagnée de Kristina une jeune reporter de guerre russe.


Entre les pelles et les fusils ce fut l'occasion d'échanger interviews et sourires au cours de cette journée doublement ensoleillée...

Mais le soir, une guerre jalouse dans un crépitement de rafales et de détonations est venue estomper le souvenir de cette visite de charme pour nous rappeler par son attachante présence enflammée, à notre devoir de danser avec la Mort pour les beaux yeux de la Liberté !

Erwan Castel...


Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

De l'Ordre Nouveau au Nouvel Ordre


Finalement les néo nazis qui servent les desseins de l'impérialisme étasunien, en Ukraine ou ailleurs, respectent la cohérence d'une soumission à une dictature de la pensée unique qui tel un virus s'est adaptée au fil des temps historiques aux vecteurs dominants pour se lancer à la conquête du monde...

De l'ordre chrétien universel au Nouvel Ordre Mondial en passant par l'Ordre Nouveau nazi, la pensée unique tente d'imposer aux peuples de la Terre un universalisme de la soumission, qu'il soit religieux, économique, philosophique, politique ou culturel...

Et les thalassocraties de l'Histoire d'être souvent les meilleurs vecteurs pour porter la dictature de la pensée au bout de leurs canons impérialistes. Ainsi de Charlemagne à Obama les missionnaires, marchands par exemple accompagnent depuis des siècles les expéditions militaires de conquêtes colonialistes. 
Cette dynamique colonialiste s'appuie comme tous les esclavagismes sur le zèle stupide de gouverneurs et contremaîtres colonisés, ambitieux et amoraux.

Et la France dans ce domaine de la collaboration servile est loin d'être en reste... Pour être même honnête, et au risque de griffer au passage le mythe national de la Révolution et de la Résistance, la servitude volontaire et la collaboration à l'envahisseur militaire, religieux, culturel ou économique semble même être majoritaire au pays de Vercingetorux et De Gaulle !

Macron, lorsqu'il lèche les bottes de Trump et, "plus royaliste que le roi" en s'affalant dans les postures ridicules du courtisan servile n'est - il pas finalement le reflet fidèle de cette nation qui, sur les cadavres des empires vaincus et des rois renversés, s'est couchée comme une prostituée devant le bourgeois ?

Où sont-ils les patriotes et autres nationalistes 2.0 ? Non seulement ils laissent égorger la souveraineté de leur pays mais ils donnent même, par leur vote ou leur veulerie le couteau à leurs assassins. Finalement ils ne font que prouver qu'ils font partie du système.

Pourvles autres francais, bretons basques, corses alsaciens etc, ils devraient regarder du côté du Donbass où de leur histoire pour retrouver les sentiers de la rébellion...

En attendant, ce n'est plus un coq qui doit symboliser la France, mais un chapon !

Erwan Castel

Source de l'article : BFM TV

jeudi 26 avril 2018

Crimes de guerre ukrainien sous les auspices de l'OTAN


Aujourd'hui la 93ème Brigade de l'armée ukrainienne a bombardé les quartiers résidentiels de la ville de Dokuchaïevsk au Sud de Donetsk avec de l'artillerie lourde de calibre 152mm et 120mm.

Le bombardement a été réalisé en pleine journée (15h) et de façon importante (6 obus de 152mm, 20 obus de mortier de 120mm et 5 de 82mm).

2 civils ont été tués sous les bombardements. Il s'agit d'un couple de retraités âgés respectivement de 79 ans et 76 ans. 


Le colonel Bassourine, porte parole du Ministère de la Défense, dans un communiqué urgent dénonçant ce nouveau crime de guerre ukrainien a rappelé que la dite 93ème brigade responsable de ces nouveaux bombardements criminels étaient "conseillée" par des cadres de L'OTAN,  en l'occurrence des forces armées canadiennes (voir photo jointes)

Une preuve, s'il en était encore besoin, de l'implication se plus en plus directe des forces occidentales dans la stratégie incendiaire et criminelle que Kiev s'efforce de mener dans le Donbass pour le compte de Washington.

Erwan Castel



Des cratères sous le soleil

115

Dobrina, observant des positions ennemies (100 m) au "TR 8", un périscope de tranchée qui permet de "voir sans être vu".

Au seuil de Beltaine nous repartons vers le front de Yasinovataya en se demandant si cette année les feux de Kiev ne vont pas remplacer ceux de Bel. Pour cette nouvelle mission, sous le commandement de Sergeï nous partons vers des positions qui chaque jour se renforcent en réponse à une menace grandissante.


Jeudi 26 avril 2018

Nous voici à nouveau de retour sur le front de Promka, entre Yasinovataya et Avdeevka (Nord de Donetsk) pour une mission de plusieurs jours et nuit en face de positions ukrainiennes qui tentent toujours de grignoter le terrain mètre par mètre.

Cette fois avec l'ensoleillement de plus en plus matinal, nous partons de bonne heure pour une relève au point du jour de nos camarades en poste depuis une semaine.
Nous arrivons sur nos lignes après un trajet rapide et sans encombre sous le chants des oiseaux saluant un soleil prometteur. 

Autour de nous les bombardements ukrainiens, comme ceux qui se sont abattus dans le secteur hier matin métamorphosent le décor en paysage lunaire constellé de cratères...

Les positions également continuent leurs métamorphoses sous l'action des hommes fortifiant les postes d'observation et de tir, les murs extérieurs et les plafonds intérieurs etc. Désormais nous évoluons dans un labyrinthe de sacs de gravats et des béton cloisonnant "Forteruine" de meurtrières extérieures et intérieures multiples.

Dans une première journée calme et ensoleillée, les gardes et les services ont repris leurs séquences aux différents murs et tranchées de notre notre position.

Nous attendons...

Erwan Castel

Notre domaine: bâtiment éventré, terre retournée, arbres calcinés et réseau de tranchées jamais achevé...

Au milieu d'un bâtiment industriel en ruines et battu par les feux ennemis, la carcasse rouillée d'un char de combat ukrainien témoigne de l'âpreté des combats passés dans ce secteur.


Par une embrasure du mur un rayon de soleil vient caresser les corps et les armes au repos.

Les destructions des bâtiments participent à leur défense en leur offrant une ceinture de ferrailles tordues, des ouvertures invisibles, et un glacis encombré et sonore
Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front