jeudi 31 mai 2018

Le repos du soldat

144

"Zaets", le second sniper du groupe,, mission accomplie et fatigue remplie

Ce 31 mai sonne l'heure de la relève A l'arrivée de nos camarades nous rejoignons le point de regroupement des différents groupes pour rejoindre notre base à Makeevka à l'Est de Donetsk, pour quelques jours remplis entre repos lessive et services. 

Le régime d'alerte auquel les unités républicaines saint soumises depuis plusieurs semaines maintenant est toujours en vigueur, et notre repos du soldat sera de très courte durée...


Jeudi 31 mai 2018

Ce matin à tour de rôle les hommes ont commencé à nettoyer les armes sur les postions en vue de leur réintégration prochaine, et en attendant l'arrivée de la relève. 

Les nouvelles du front sont stables entre bombardements et alertes régulières et l'atmosphère ensoleillée est toujours remplie des chocs sourds des départs et arrivées des artilleries duellistes.


La lune surprise par le réveil très matinal de son frère le Soleil (un peu avant 4h00 du matin) est toujours dans le ciel, coincée dans un train de nuages vagabondant vers la Mer Noire. Autour de nous dans les lunettes de tir, les périscopes et les jumelles d'observation, l'air commence déjà à trembler sous la pesanteur de la chaleur du jour.

La rotation s'effectue au matin et nous nous retrouvons sur le chemin du retour, chargés de sueur et de fatigue pour quelques jours de repos entre Makeevka et Donetsk.

Demain j'irai goûter aux fruits d'Oktyabrsky...

Nettoyage du PKM, mitrailleuse légère de 7,62mm

Au fil de rotations les groupes fusionnent entre eux, ce qui permet d'élargir la cohésion du bataillon et de connaître également les positions voisines de celles attribuées par groupe de combat. 

A notre arrivée à la base, où nos drapeaux sont toujours en berne, les pas se précipitent vers la douche qui après 7 jours de crasse et de poussière ressemble à un bain de jouvence d'où les hommes ressortent rajeunis et presque défripés...

Ce jour est aussi celui de la "zarplata" cette solde de 15 000 roubles (soit 200 euros environ) attribuée au volontaire après son 3ème mois d'engagement. Cette modique somme mais qui ici est confortable nous permet d'entretenir nos matériels, payer nos loyers, aider des familles et nous payer une bonne bière sur une terrasse fleurie de sourires féminins et de rires d'enfants.

Erwan Castel

Sergeï, un chef de groupe heureux de ramener tous ses hommes à la maison

 Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

mercredi 30 mai 2018

"Za Mamai"

143

Oleg Mamaiev dit "Mamaï" quelques jours avant d'être tué au combat sur ce front de Promka - Photo de Kristina Meliknova
Notre chef de bataillon tué au combat il y quelques jours continue d'habiter nos esprits, surtout sur ce front où nous partagions souvent avec lui des moments de fraternité lors de ses visites et inspections régulières. 

Aujourd'hui son souvenir fortifie encore plus notre détermination et nous voulons dans son éternité lui offrir cette Victoire à laquelle il nous a préparé.


Mercredi 30 mai 2018

Sur nos roquettes en attente sur les créneaux de nos positions à fleuri cette inscription "Za Mamaï" (pour Mamaï) en souvenir de notre chef de bataillon Oleg Mamaiev tué au combat le 17 mai dernier sur le front de Promka.

Le commandeur en rejoignant tant de ses soldats dans les rangs du Régiment immortel a laissé dans nos coeurs l'empreinte indélébile de son exemple élevé autant que de sa personnalité attachante.

A quelques mètres de mon poste de combat son bureau reste vide, et, en passant à côté je ne peux m'empêcher de penser au destin héroïque de cet homme humble et généreux dont la mort survenue dans ses 41 ans fait éclore la légende.

Cet ossète témoin de la désagrégation de son pays consécutive à l'effondrement de l'empire soviétique va vivre les guerres en Ossetie en 2004 puis 2008. Puis, il rejoint ses frères du Donbass dès mai 2014 et combat dans les rangs du bataillon Vostok avant de rejoindre en septembre 2014 la Brigade Piatnashka commandée par Abkhaz, devenu depuis député de la République Populaire de Donetsk.

Depuis son arrivée dans le Donbass, Mamaï était de tous les pires combats aux victoires desquels il apportait une contribution importante.

Réputé pour son audace, son sens tactique et son style de commandement fédérateur. Mamaï, devenu le "commandeur" de Piatnashka, continuait à être et combattre au milieu de ses hommes.

"Il est du devoir du commandant d'être là où se trouve son bataillon" aimait-il répéter.

Cet homme intense sous les ordres duquel j'ai eu l'honneur de servir, incarne à mes yeux le "Volontaire", cet individu maître de sa destinée qu'il conduit vers l'Honneur à travers les tempêtes , avec courage et humilité, et sans craindre le haut sacrifice.

Mamaï me fait penser à ces chevaliers poussiéreux cheminant sur les sentiers du Graal, ou encore cette "Compagnie de la Grande Ourse", du romancier Erik Saint Jall qui décrit l'épopée européenne de compagnons refusant la décadence de leurs valeurs et la destruction de leurs racines, et qui désertent leur époque pour porter leur rébellion dans le "Grand pays".

Et ce n'est pas un hasard si les âmes des héros sont en Europe souvent représentées par des oiseaux migrateurs. Et Mamaï est bien un de ces "Wandervogel" de l'Histoire européenne, ces hommes à la fois rebelles et gardiens et qui incarnent la Liberté et la Tradition dont l'harmonie a forgé à travers les millénaires l'identité européenne.

Erwan Castel

Extrait de "la Compagnie de la Grande Ourse"

"La grandeur ne se marchande pas ! Elle exige des sacrifices ! La grandeur ne s’achète pas, ne se vend pas ! Elle a besoin de cette part, en chacun de nous, qui élève à un moment ou un autre !

Vous entendez : c’est bien, c’est mal ; répondez : c’est grand, c’est petit ! Vous entendez : tâche d’être heureux ; répondez : pas à n’importe quel prix ! Vous entendez : pense à toi ; répondez : je pense au-delà de moi, loin dans le temps et à une échelle qui donne le vertige !

Etre grand, c’est voir grand, c’est vivre grand et mourir grand ! C’est ne pas se perdre en milles choses futiles, c’est ne pas perdre de vue le spirituel au milieu du matériel, c’est refuser d’être ordinaire ! La grandeur, c’est aussi se dire : je m’élèverai en élevant les autres ! je lutterai contre mes faiblesses et mes lâchetés ! la grandeur, c’est s’habituer à l’idée de devoir un jour se battre.

Parce que la grandeur ne se marchande pas… "

Erik Saint-Jall, La Compagnie de la Grande Ourse

"Pour Mamaï" inscrit sur le fût des lances roquette portatif et des obus  
Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

Honore les dieux ...

142


Malgré que dans l'exercice de la guerre l'Homme est appelé à répandre le sang de l'ennemi et le sien, la place des religions est plus que jamais visible au cœur des tranchées, casernes et casemates qui réunissent dans une même espérance de paix à conquérir toutes les confessions religieuses de cette terre meurtrie par les combats.



"Honore les dieux, aime ta femme et défends ton pays !"

Ce matin, dans l'angle d'une casemate un casque soviétique, une bible chrétienne et un fusil d'assaut se reposaient des combats et des prières.

Dans le Donbass la foi est encore très présente dans le quotidien des femmes et des hommes qui y vivent. Et depuis que la mort est venue rôder dans le ciel et les tranchées, les civils comme les combattants entretiennent avec plus de ferveur encore cet héritage de force mentale et d'espérance de vie.

Si sur cette terre slave le christianisme orthodoxe est majoritaire, les autres confessions musulmanes, catholiques, païennes etc.. n'en sont pas moins visibles, confluents de ce dynamisme métaphysique universel.

Je ne sais pas si "la foi soulève les montagnes", en tous cas elle aide sans conteste à défendre les collines ensoleillées et les forêts secrètes qui sont dans les coeurs des hommes.

Ici, dans les tranchées du Donbass et particulièrement dans les rangs de la Brigade internationale Piatnashka, les différentes confessions de cette Foi universelle sont soudées entre elles dans la défense de la Liberté.

N'en déplaise aux excités du croissant de la croix ou de l'étoile (et surtout du bulbe) qui se nourrissent mutuellement de leurs fondamentalismes fanatiques pour mieux entretenir la division, ici, et malgré les armes et la mort, la foi est vécue sans haine de l'autre.

Car cette mitraille qui met à nu le cœur de l'Homme, déshabille aussi la foi des oripeaux ecclésiastiques de vanité et d'orgueil pour ne conserver dans le cœur du combattant que ce rapport sacré et intime entretenu avec la vie, la tradition, la terre charnelle et la mort.

Simplement et discrètement entretenues par chacun, toutes les croyances deviennent ici, sous les auspices des dieux de la guerre, des liens invisibles qui unissent les combattants à la même destinée humaine que guident depuis toujours la Foi et l'Espérance.

Erwan Castel

Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

Assassins sponsorisés par l'U;E.


Et hop ! 1 milliard d'euros supplémentaires dans la perfusion des assassins ukrainiens, ceux là mêmes qui annoncent haut et fort vouloir lancer une nouvelle offensive contre la population du Donbass qu'ils bombardent sans relâche depuis 4 ans.

Et leurs parrains occidentaux, qui depuis le Maidan apprennent aux putschistes ukrops à marcher et à tuer, de préciser toute honte bue que ces aides de l'UE (dont c'est ici la 3ème enveloppe) et qui sont "complémentaires des aides du FMI et autres donateurs", sont (accrochez vous !) "conditionnés par le fait que l'Ukraine respectera les mécanismes démocratiques et la primauté du droit et garantira le respect des droits de l'homme"

Et les "mougeons" occidentaux qui pourtant commencent à compter leurs centimes d'euros en pleurant et se pâment dès qu'on leur parle de violation des droits de l"Homme à l'autre bout de la planète, là ne bougent pas ne bronchent pas..
Bah ! Il est vrai que ce ne sont que des européens qui meurent entre Donetsk et Lugansk et qui plus est des russes. Rendez vous compte ma bonne dame.... "des agents de Poutine" ! Donc pas de quoi versez une larme de tristesse ou de colère. ..

Par contre quelques milliards d'euros pour engraisser les oligarques de Kiev et graisser leurs armes meurtrières pourquoi pas ?

Mais si un jour les esclaves français, allemands etc. veulent savoir où passent leurs impôts et les mensonges des dirigeants félons de l'Europe occidentale, qu'ils viennent faire un tour dans les ruines fumantes de Zaitsevo, Spartak, Kominternovo par exemple ou dans les hôpitaux et orphelinats du Donbass...

Il pourront venir sans crainte : la honte ne tue pas !

Erwan Castel

Article référence : Inforesist

L'OTAN montre ses dents


Du 3 au 15 juin prochains, soit juste avant la coupe du monde en Russie et dans la période probable d'une nouvelle offensive de Kiev dans le Donbass qu'aura lieu un des plus importants exercices interalliés réalisés par l'OTAN depuis la dernière guerre froide.

Cet exercice baptisé "Sabre Strike 2018" mobilisera 18000 soldats et 5000 véhicules appartenant à 19 pays membres ou affidés à l'OTAN. Ces manoeuvres se dérouleront en Pologne et dans les pays baltes et plus précisément autour de l'exclave russe de Kaliningrad.

Dans les manoeuvres Sabre Strike 2018 ("frappe de l'épée"), qui durera environ deux semaines, prendra part 18 mille soldats et 5 mille unités d'équipement de 19 pays.


Le scénario déclaré par l'OTAN est la projection d'une force d'action rapide pour contrer une attaque russe des pays baltes. Cette force d'action rapide doit prendre le contrôle des centres logistiques (transports communications) des échangeurs routiers et ferroviaires, des ponts et des ports, et de les défendre jusqu'à l'arrivée des forces principales (cela me rappelle le fiasco d'Arnhem).

Or c'est plutôt du côté de Kaliningrad qu'il faudrait situer la plausibilité d'un scénario militaire opposant la Russie à l'OTAN, et cette dernière étant plutôt l'agresseur.

Kaliningrad, au Nord sur les rives de la mer Baltique et la Crimée au Sud, sur les rives de la Mer Noire sont les 2 sanctuaires russes qui bloquent le verrouillage par l'OTAN de l' "intermarum" cet espace continental d'échanges entre la Russie et l'Occident.

Lorsque l'indépendance des pays Baltes intervient la Russie va transférer tout leur potentiel géostratégique dans cet exclave de 1 million d'habitants qui devient le bouclier russe occidental Nord face à la stratégie occidental d'encerclement de la Fédération.

Et cette épine dans le pied de l'OTAN n'est pas petite: Kaliningrad abrite la plus grosse flotte de la Mer Baltique, de nombreux aérodromes militaires avec des chasseurs emportant des missiles de croisière X 55 et X101 et surtout des systèmes de lancement de missile stratégique "Iskander-M".

Mais le revers de la médaille est que Kaliningrad peut être également le talon d'Achille de la Russie dans le cas où un blocus, bafouant les traités internationaux existant, venait à être imposé à l'exclave en coupant ses communications terrestres qui transitent par la Lituanie. Et la réponse russe légitime qui serait immédiatement considérée comme "casus belli" provoquerait l'attaque de Kaliningrad destiné à contrer "l'expansion russe" que tous les scénarios otanesques répétés à longueur d'année de la Baltique à la Mer Noire ne cessent de nous matraquer.

Cette guerre psychologique est bien réelle comme le montre le duel des exercices militaires de chaque côté du nouveau rideau de fer : chaque exercice russe réplique proportionnées a ceux de l'OTAN est aussitôt présenté par la propagande de guerre occidentale comme une agression de Moscou.

Alors qu'en réalité, c'est l'OTAN qui multiplie ses exercices sur les frontières russes y compris dans des pays non membres comme l'Ukraine par exemple et qui a explicitement désigné Moscou comme son ennemi principal, et non l'inverse.


On voit bien, avec cet exercice "Sabre Strike", aux enjeux géostratégiques européens, que Crimée et Kaliningrad sont les 2 tours principales de la ligne de défense occidentale russe et protégeanr ses 2 portes maritimes européennes Baltique et Mer Noire.

Au moment où Kiev veut relancer la guerre sur les bords de la Mer Noire, ses alliés occidentaux agitent au dessus de la Baltique un sabre aux allures d'épée de Damoclès qui vient poser son tranchant sur le fil rouge défini par Poutine.

Erwan Castel

mardi 29 mai 2018

Combats en cours...

141


Mardi 29 mai 2018

Peu avant 20h00, nos positions républicaines ont été prises sous le feu des ukrops depuis Kruta Balka au Nord (à proximité de la station de filtration d'eau potable) jusqu'aux block posts défendant la route de Donetsk à Gorlovka à l'ouest de Yasinovataya.

Les échanges de tirs pendant 1 heure ont été vifs et très diversifiés, les ukrops mettant en oeuvre la totalité de leur arsenal de 1er échelon : armes automatiques, mitrailleuses lourdes, lance roquettes divers, canon sans recul et même quelques chars qui sont entrés un instant dans la danse vers Kruta Balka.

Début des tirs ukrainiens et ripostes républicaines.

Ripostant de concert avec la position voisine tenue par nos camarades de Piatnashka, nous engageons "Forteruine" dans la tempête.

Depuis 21h00, dans une accalmie croissante, les tirs de lance roquettes de plus en plus espacés continuent à ponctuer l'ascension de la lune et le réveil des oiseaux nocturnes.

Au Sud, je regarde le halo lumineux positionnant le Nord de Donetsk, d'où résonnent également les échos sourds des marteaux de la guerre.

Je pense à deux enfants essayant de dormir dans les bras de leur mère épuisée par ces très longues années de guerre et malheurs accumulés.

Et certains de prétendre que la guerre de Donbass n'existe plus !

22h00, le calme est revenu à part quelques tirs sporadiques habituels marquant les heures.

Erwan Castel

Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

Un peu de poésie...

140


Le Donbass, s'il n'a pas de grandes forêts (encore que du côté de Slaviansk en territoire occupé par Kiev il,y en a quelques unes), en revanche dispose d'une terre propice à cette petite végétation qui offre à chaque printemps le feu d'artifice des fleurs sauvages ou cultivées. Ces dernières n'ont que faire des destructions de la guerre et redevenant sauvages continuent à nous offrir au milieu des ruines le spectacle supérieur des cycles de la Nature.


Mardi 29 mai 2018

Cet après midi au retour d'une mission d'observation d'une position ukrop, j'ai failli oublier la guerre en passant près de massifs fleuris au milieu des ruines.

Sous le soleil, les premières roses colorent la grisaille d'un décor morose et même les tranchées que les oiseaux égayent ont des allures de sentiers buissonniers.

Mais dans l'air, une rafale vient soudainement griffer de ses sifflements l'innocence du ciel bleu et, sous sa toile d'acier, ramène illico le rêve du flaneur champêtre au devoir du soldat en guerre.

"Davaï" !

Erwan Castel

Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

Sous la pleine lune

139


"Il était tard ; ainsi qu'une médaille neuve la Pleine Lune s'étalait, 
Et la solennité de la Nuit, comme un fleuve dormant ruisselait." 
(Charles Baudelaire)


Lundi 28 mai 2018

Après un dimanche relativement calme (peut être à cause de la fête orthodoxe de la Trinité) les tirs ont à nouveau entamé un crescendo sous le regard borgne et indifférent de la nuit.

Les abeilles d'acier ont recommencé à frapper "Forteruine" appelant à leur rescousse des grenades à fusil et autres roquettes antichars (RPG) ou canon dans recul (SPG).

Ricochet d'une balle 

Sur les ferrailles, les pierres et les briques de notre bâtiment les vrombissements et sifflements mourir en gerbes d'étincelles. Certaines balles arrivent sans claquement, dans des vrombissements subsoniques graves et lents, signalant la présence proches de silencieux tapis dans l'obscurité.


Au matin, tandis que les sentinelles nocturnes partent se reposer, les hommes retournent au créneaux, fourneau, boulot et tarot...

Un vent frais nous amène les effluves sonores de Yasinovataya depuis l'autre côté de la route où nous sommes adossés témoignant que la vie continue coûte que coûte...

Erwan Castel

Au créneau

Au tarot

Au boulot

Au fourneau

Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

lundi 28 mai 2018

Les jeux de maux de Volker


"Et pour les livraisons d'armes a Kiev monsieur Volker ?"

Pas de problème dit le représentant spécial étasunien en Ukraine ce sont des armes d' "autodéfense" ! Et d'ajouter que des soldats ukrainiens meurent chaque semaine sous les coups d'une invasion étrangère du Donbass (il est vrai que me concernant je suis breton)

Donc sur la base du mensonge persistant d'une présence militaire russe dans un Donbass toujours considéré comme ukrainien, l'emploi des armes étasuniennes pourra être justifié au prochain ukrop qui se prendra une overdose dans son bunker...

Et les "partenaires" français et allemands de la Russie, garants des accords de PAIX signés à Minsk, n'y voient bien sûr pas d'inconvénient !

Erwan Castel

Source de l'article / Ukrinform

volker: Pas de grandes divergences de vues 
entre l'Europe et ses alliés 
sur la fourniture d'armes létales à l'Ukraine

Le représentant spécial des États-Unis pour les négociations avec l'Ukraine, Kurt Volker, ne voit pas de grandes divergences de vues entre les USA et ses alliés européens sur la fourniture d'armes létales des États-Unis à l'Ukraine.
Volker a fait cette annonce en réponse à des questions de journalistes internationaux lors d'une conférence à Londres, interrogé sur de prétendus désaccords entre les Etats-Unis et l'Union européenne sur la fourniture d'armes létales à l'Ukraine, notamment les missiles antichars Javelin, a rappoté le département d'Etat américain :

"J'ai eu de multiples consultations à travers l'Europe, la France et l'Allemagne en tant que leaders du format Normandie, avec les membres du P5 [les cinq membres du conseil permanent de l'ONU - NdlR], y compris le Royaume-Uni, des membres temporaires du Conseil de sécurité, l'Union européenne et l'OTAN. Je n'ai pas vu de divergences sur la vision d'apporter de l'aide à l'Ukraine à travers des capacités d'autodéfense ", a déclaré Volker.

Le Royaume-Uni, le Canada, la Pologne, la Lituanie, tous à leur manière, soutiennent activement les capacités de défense de l'Ukraine, a noté le diplomate, qui a rappelé que l'Ukraine était confrontée à un conflit sur son propre territoire :

"Je voudrais juste vous demander d'imaginer un instant que vous êtes chez vous, dans votre propre pays. Vos soldats se battent pour défendre votre propre territoire. Les soldats de votre armée sont tués au rythme de deux par semaine, en essayant de défendre votre territoire contre un agresseur étranger. Faire face à ce genre de pression serait une situation intolérable pour n'importe quel pays. Il est raisonnable que l'Ukraine se défende elle-même et que d'autres l'aident ", a ajouté le représentant spécial des Etats-Unis.

Une ligne rouge très ... timide !


Le président Poutine a menacé de déployer ses missiles anti aériens à ses frontières si l'Ukraine intégrait L'OTAN.

C'est tout ?

A mon avis il peut commencer à les déployer, car avec ses bases étasuniennes ses exercices permanents de l'alliance, ses conseillers militaires canadiens et étasuniens, ses armes et équipements américains livrés à son armée, l'Ukraine est déjà de facto dans L'OTAN et L'OTAN en Ukraine !

Erwan Castel

Source de l'article : Press TV

L’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN est la ligne rouge de la Russie

Le président russe a averti que si l’Ukraine adhérait à l’OTAN, la Russie déploierait son système de défense antiaérienne à la frontière avec ce pays. 

Lors d’une réunion à Saint-Pétersbourg, en Russie, hier samedi 26 mai, Vladimir Poutine, président russe, a déclaré que l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN était la ligne rouge de la Russie et que les pays occidentaux ne devaient pas la franchir, a rapporté Fars News.

« L’expansion de l’OTAN représente une menace pour la Russie », a martelé Poutine, en demandant à cette alliance militaire de respecter les intérêts russes.

L’OTAN est de son côté d’avis qu’après les dossiers de l’Ukraine, de la Géorgie et de la région de la Transnistrie, la Russie a une présence militaire provocante.

Auparavant, les États-Unis ont équipé l’armée ukrainienne de missiles sophistiqués face à la Russie, en y envoyant une cargaison de lance-missiles sophistiqués antichars FGM148 Javelin, a rapporté Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL).

« Ces missiles sont actuellement envoyés en Ukraine », a précisé une autorité du département d’État américain.

L’envoi de ces armes létales renforce la présence américaine dans le conflit entre l’Ukraine et la Russie et constitue une victoire symbolique pour l’Ukraine, qui cherche à gagner le soutien de l’Occident.

dimanche 27 mai 2018

Brave "Forteruine" !

138

Le flanc du navire dans la tempête d'acier
Dans cette guerre de position menée depuis 4 ans dans le Donbass, les forces en présence s'accrochent au terrain et aux ruines laissées par les bombardements et qui offrent des refuges autant que des postes avancés aux soldats.

et au milieu de cette ancienne zone industrielle de Promka, une ancienne station électrique détruite résiste comme une ruine forte aux orages d'aciers et nous offrent un lieu de vie et de combat. 


Dimanche 27 mai 2018

Si dans cette guerre du Donbass on devait décorer des bâtiments, celui dans lequel nous avons aménagé notre position défensive mériterait sans conteste la médaille de la bravoure.

Destiné à des tâches de service public, ce bâtiment lorsque la guerre éclate il y a 4 ans aux portes de Donetsk se retrouve comme un bateaux ivre au coeur d'une tempête de feu et d'acier. Autour de lui la terre est retournée mille fois, des chars brûlent et des hommes meurent.

Puis vient le temps de Minsk et du bras de fer engagé par Kiev dans cette zone industrielle d'Avdeevka devenue grise et sensée être démilitarisée. Rapidement le "no man's land" va fondre rapidement comme peau de chagrin et lorsque les ukrainiens arrivent au contact des républicains, Promka redevient une ligne de front en ébullition permanente.

Et ce bâtiment que j'ai baptisé "Forteruine" dès mon premier jour sur ce front entre Yasinovataya et Avdeevka va se retrouver à nouveau au cœur de la bataille pour le Donbass.

Chaque jour, "Forteruine" qui est défendue par notre brigade, est sculptée par les obus et la mitraille ukrainienne, et malgré ses murs en lambeaux, elle est toujours là debout face à un ennemi dont les avants postes ne sont qu'à 100 mètres de ses meurtrières.

Aujourd'hui la silhouette de "Forteruine" a rejoint celles de ces vieux kraks médiévaux sculptés par les guerres et le vent et qui surveillent toujours les montagnes syriennes et les plaines libanaises.

Et cet amas de pierres et briques explosées, de murs éventrés, de plafonds pulvérisés et d'escaliers lézardés, il est devenu notre sanctuaire sacré, un petit "Donbass" que nous défendons et aimons avec attention. Chaque jour une poutre est levée, un mur renforcé, un passage enterré. Entre les tas de gravats jonchant au sol les passages sont soigneusement balayés et les protections réparées.

Rafales de fusil d'assaut AK 74 (5.45mm) 
imaginez quand ce sont des obus ...

A part le vent, personne ne peut mieux connaître ce rapport étrange que nous entretenons avec cette ruine et dont nous connaissons chaque recoin chaque ombre et courant d'air.

De plus, au détour d'un couloir ou à l'angle d'une fenêtre de tir résonnent encore les rires d'un camarade tué ici ou d'un autre blessé là bas.

"Forteruine" est devenue vivante des hommes qui la défendent avec leur sueur et leur sang.

Hier des grenades, aujourd'hui des rafales, demain des obus, "Forteruine" encaisse à nos côtés les griffures des combats dans lesquels elle est notre bouclier.

Avec elle nous résistons comme un seul homme aux brusques bourrasques d'acier qui cisélent ses murs et fortifient notre mental.

Erwan Castel

La proue du navire à l'assaut de la mitraille.
Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

samedi 26 mai 2018

Un autre dépôt ukrainien part en fumée


Pauvres ukropithèques ! Ils ont décidément de gros problèmes de sécurité avec leurs dépôts de munitions qui explosent les uns après les autres...

Un problème majeur qui ne fait cependant pas rire les populations civiles occupées par ces soudards qui installent leurs chars et leurs dépôts au milieu des zones habitées.

Ils ont encore du boulot pour normaliser leur armée...


Mon petit doigt me dit que ces explosions en série ne sont pas l'oeuvre du hasard et surtout de problèmes de sécurité interne mais le travail de groupes de partisans décidés à saboter dans les territoires occupés les moyens d' une armée ukrainienne à la veille d'une probable nouvelle offensive dans le Donbass.

Erwan Castel

vendredi 25 mai 2018

Coup au but !

137


Vendredi 25 mai 2018


Ce soir les ukrops ont payé leurs harcèlements crépusculaires quotidiens sur nos positions.

Prévisibles comme des babouns devant des graines de wassai (que les singes hurleurs me pardonnent la comparaison) nous avons décidé d'attendre tranquillement les provocations programmées des ukropithèques et de riposter avant qu'ils ne disparaissent à nouveau dans les égouts de leurs casemates.

Peu après 19h30 les aboiements de la meute ont commencé.

Les repères et calculs réalisés la veille, le tir de notre RPG fut rapide et précis, clouant le bec à une mitrailleuse embossée sur une hauteur à 400 mètres de notre "Forteruine" dans une casemate énervée par nos fusils à lunette.

Dans les minutes suivantes de nombreux tirs ukrops se sont concentrés sur notre position poursuivant, à défaut de vengeance assouvie, leur travail de dentellière sur les murs de notre "Forteruine".

A 20h00 le calme était revenu sur Promka et les dernières volutes de fumée s'échappant de la position ukrainienne touchée de noyaient dans l'obscurité montante de la nuit.

Toute une journée passée qui se retrouve concentrée dans ces quelques minutes sous le regard d'un soleil couchant qui ce soir était triomphal...

La nuit quant à elle ne fait que commencer avec son cortège de rafales et d'explosions plus ou moins lointaines gardant éveillées les sentinelles aux aguets.


Erwan Castel


Vidéo (1mn): on entend à la 33ème seconde le tir du RPG 7 
suivi d'un panache de fumée (à droite du soleil couchant) marquant l'impact.

Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

Avant le Mondial de foot en Russie

Convoi ferroviare ukrainien en approche du Donbass

2 prisonniers de guerre ukrainiens, Vasily Zhimilinsky et Vitaly Chmil ont déclaré que l'offensive ukrainienne prévue initialement au moment des élections présidentielles russes avait été reporté à cause des mauvaises conditions météo à la période précédant la coupe du monde de football, plus favorable également à cause de la livraison accomplie des postes de tir antichar Javelin.

Ces 2 prisonniers, qui reconnaissent recevoir de bons traitements de la part des services de sécurité de la République Populaire de Donetsk, ont également confirmé le déploiement au plus près de la ligne de front des matériels d'assaut lourds (chars et artillerie) ainsi que l'augmentation sensible des stocks de carburant et munitions.

Cela confirme les autres renseignements récupérés ailleurs ainsi que les déclarations mêmes des responsables ukrainiens. Cette transparence des intentions ukrainiennes relève soit d'un nouveau bluff, soit d'une campagne de menaces visant à paniquer la population et la faire fuir les zones proches du front.

"Wait and see"

Erwan Castel

Source de l'article : Fort Rus

Des soldats ukrainiens capturés par la région de Donetsk de la République populaire (DNR) ont dit dans des déclarations mercredi que Kiev pourrait lancer une offensive contre le Donbass au cours de la prochaine Coupe du Monde 2018 en Russie.

Selon les rapports, les deux soldats ukrainiens capturés, Vassili Zhimilinsky et Vitaly Chmil ont expliqué les circonstances dans lesquelles ils ont été capturés et ont répondu aux questions des journalistes. Les deux soldats ont confirmé qu'ils n'étaient pas contraints par les autorités de Donetsk

“On nous a dit qu'une offensive allait commencer soit à la veille de l'élection présidentielle en Russie, quand la neige a fondu et la terre desséchée, ou au cours de la Coupe du Monde.”

Les soldats capturés ont même révélé que “il y avait un ordre et que tout était une question de recevoir plus de munitions et de carburant ... Le capitaine nous a dit que, avant l'offensive, des systèmes de missiles antichars seraient remis à chaque unité sur la ligne de front.”

Chmil a confirmé les soupçons que les forces ukrainiennes sont en préparation en vue d'une offensive contre le Donbass. Les deux soldats capturés ont confirmé la présence de systèmes d'artillerie de l'armée ukrainienne au plus près des positions de première ligne.

L'un des soldats capturés a été déclaré déserteur par le haut commandement ukrainien, bien que les deux soldats aient été capturés sur le champ de bataille, mais à différents moments et dans différents secteurs sur la ligne de contact.