mardi 22 mai 2018

Deux terres russes unies par le sang du héros

134


Oleg Mamaiev, le chef de bataillon commandant la Brigade Piatnashka, tué le 17 mai 2018 sur le front de Yasinovataya a quitté sa terre de batailles du Donbass pour rejoindre celle de ces aïeux, en Ossétie du Nord.


Mardi 22 mai 2018


Pour son dernier voyage une garde d'honneur de la Brigade et une délégation l'ont accompagné pour ses funérailles en Ossétie où une foule très nombreuse s'était déplacée pour accueillir ce 21 mai 2018 cet enfant du pays cet ambassadeur ossète qui a porté jusqu'au sacrifice l'amitié fraternelle existante entre les peuples de Russie.




Une garde d'honneur ossète a pris le relais de celle de la Brigade qui ouvrait le cortège conduisant la dépouille de Mamaï vers sa dernière demeure, entourée de sa famille et de son peuple réunis. Les derniers adieux de ses frères d'armes ont été prononcés à cette occasion :
  • "La nouvelle de la mort d'Oleg est un coup terrible pour nos républiques fraternelles. il est douloureux de penser que jamais ... jamais nous ne le reverrons. il est difficile d'exprimer combien il a fait important pour nous. Et nous transmettrons toute son action durant notre vie. Il restera toujours dans notre mémoire un commandant de bataillon bon, courageux et audacieux. Avec vous, nous pleurons et prions pour lui."

Cette cérémonie au cours de laquelle plus de 10 000 ossètes sont venus rendre hommage à leur compatriote tué dans le Donbass montre bien, s'il en été besoin, cet amour supra communautaire que tous les peuples de Russie, qu'ils soient européens, bouriates, caucasiens, sibériens, orthodoxes, musulmans, païens ou bouddhistes éprouvent vis à vis de leur "Rodinia" cette Mère patrie avec qui ils entretiennent une relation métaphysique dépassant toute forme d'idéologie historique. 

Ce 21 mai s'acheva par un repas commun en l'honneur de Oleg Mamaiev et pris en même temps dans ces deux pays frères dont l'amitié est scellée par le sang versé des volontaires venus mutuellement défendre ces deux peuples dans leur histoire militaire.

Les offrandes devant le portrait du défunt, vielles tradition perpétuée dans la chrétienté orthodoxe

Les peuples d'Occident, gangrenés par les patriotismes centrés sur des ethnies, des religions ou des idéologies politiques devraient observer cette relation particulière entretenue par les peuples de Russie avec leur patrie charnelle et pourtant si diverse dans ses identités multiples et dont les héros morts au champ d'Honneur incarnent certainement le sens " ce nœud invisible" comme disait Saint Exupéry qui les relient toutes entre elles pour l'éternité.

Erwan Castel


Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front



Au moment de la disparition de "Mamaï" , Athanase Vantchev de Thracy écrivait sans rapport un très beau poème mais qui je trouve résonne particulièrement bien au souvenir de cet homme exceptionnel :



TOI, ERRANT



« Contra spem spero »
(« Espérant contre toute espérance »)
Saint Paul

Toi, ami errant, habillé du ciel et de la terre,
Tu marches avec les pluies et les vents 
À travers les innombrables cercles du monde,
L’âme ouverte à tout l’amour
Qui émane des choses et des êtres !

Sous le soleil, la lune et les astres,
Tu avances à travers les saisons,
Ton horaire journalier et ton calendrier,
Toi qui connais le pouvoir 
D’outre-tombe des ancêtres,
Les codes ésotériques de la création
Et le principe de la vie
Dans toute sa vigoureuse plénitude !

Tu portes dans ton âme des bribes raffinées
D’un passé nébuleux !

Tu connais l’intime urgence de dire
Et la pure sublimité du langage du cœur !

Toi qui mords le roc dur de la misère,
Toi qui aimes le royaume souverain des insectes,
Tu sais que les regards dévoués des bêtes
Peuvent refermer tes meilleures blessures.

Ô errant, toi qui pleures les êtres
Qui fréquentent peu leur âme
Et meurent terrassés 
Par un trop-plein d’indifférence !

Errant habillé d’étoiles et de poussière
Quand tout autour de toi meurt sans pudeur ni honte,
Tu espères encore et toujours
Quand il n’y a plus rien à espérer !

Athanase Vantchev de Thracy

Paris, le 19 mai 2018

Mamaï quelques jours avant sa disparition, sur la position "14" du front de Promka, au Nord de Donetsk

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.