mardi 29 mai 2018

Un peu de poésie...

140


Le Donbass, s'il n'a pas de grandes forêts (encore que du côté de Slaviansk en territoire occupé par Kiev il,y en a quelques unes), en revanche dispose d'une terre propice à cette petite végétation qui offre à chaque printemps le feu d'artifice des fleurs sauvages ou cultivées. Ces dernières n'ont que faire des destructions de la guerre et redevenant sauvages continuent à nous offrir au milieu des ruines le spectacle supérieur des cycles de la Nature.


Mardi 29 mai 2018

Cet après midi au retour d'une mission d'observation d'une position ukrop, j'ai failli oublier la guerre en passant près de massifs fleuris au milieu des ruines.

Sous le soleil, les premières roses colorent la grisaille d'un décor morose et même les tranchées que les oiseaux égayent ont des allures de sentiers buissonniers.

Mais dans l'air, une rafale vient soudainement griffer de ses sifflements l'innocence du ciel bleu et, sous sa toile d'acier, ramène illico le rêve du flaneur champêtre au devoir du soldat en guerre.

"Davaï" !

Erwan Castel

Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.