dimanche 25 novembre 2018

Alerte en Mer Noire !

MISE A JOUR 25 novembre 15h00 :

L'escalade continue

La marine ukrainienne vient d'envoyer 2 vedettes blindées de classe "Gyurza", en renfort de la flottille responsable de la provocation organisée ce matin dans le détroit de Kerch.  Ces bateaux blindés sont armés de systèmes de missiles Fagot,.d'un canon de 30 mm, et de mitrailleuses de 7,62 mm et 14,5 mm. ce sont de petites unités navales reposant leur force sur  leur vitesse de déplacement montant à 28 nœuds.


L'armée russe de son côté vient de se mettre en état d'alerte maximale et des hélicoptères d'attaque russes Ka-52 ainsi que des chasseurs se sont dirigés vers le détroit de Kertch

A Suivre...

Source : Topwar


Dans un article précédent je rendais compte du dossier explosif de la mer d'Azov qui est potentiellement le détonateur maritime du conflit terrestre gelé du Donbass.

Aujourd'hui 25 novembre les tensions russo-ukrainiennes qui vivent depuis plusieurs mois une escalade dangereuse dans les espaces intracontinentaux de la Mer Noire et de la mer d'Azov qui la prolonge viennent de connaitre une brusque aggravation politico-militaire :

Dans le contexte des élections présidentielles et des provocations ukrainiennes multiples  alimentant une propagande de guerre russophobe qui cherche à redorer la médiocrité du régime de Kiev, la marine ukrainienne a tenter de forcer vers 7h00 du matin un contrôle maritime russe au Sud Ouest du détroit de Kertch. Plusieurs avertissements et injonctions ont été adressés aux marins ukrainiens (d'ailleurs diffusés en temps réel sur des flash info) mais devant le refus d'obtempérer des unités ukrainiennes, les gardes frontières russes ont été contraint d'appliquer la force. 

Dans l'action légitime visant à intercepter l'intrusion non autorisée de navires de guerre ukrainien dans l'espace maritime russe, le patrouilleur des gardes frontières russes "Don" a éperonné le patrouilleur d'assaut ukrainien "Yani Kapu" qui ouvrait le passage aux bateaux blindés d'artillerie "Berdyansk" et "Nikopol", et lui infligeant de graves dommages (coque et moteur principal).


La navigation dans les eaux territoriales de la mer Noire et Azov est réglementée par la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, selon lesquels l'État côtier est responsable de la sécurité dans la zone des eaux territoriales. Or, la marine ukrainienne n’a pas présenté de demande de passage de ses navires de guerre dans le détroit de Kertch, comme le protocole le lui demande expressément. 

Le patrouilleur "Don" des gardes-frontières russes appuyé par les autres patrouilleurs "Mongoose" et "Suzdaletsse" s'est donc dirigé vers la flottille ukrainienne pour la contrôler, mais aussitôt ses navires ont entamé des manœuvrent dangereuses ne respectant pas le code de navigation maritime et obligeant l'unité navale russe à réagir. 


Depuis l'incident maritime, Kiev récuse en bloc les faits, et pratiquant son inversion accusatoire habituelle, accuse les navires russes d'avoir réalisé «des actions ouvertement agressives» alors que son non respect de la procédure et les images de l'incident prouvent le contraire.

Cet incident grave entre russes et ukrainiens est la conséquence d'une tentative de Kiev de modifier par la force le statut maritime de la mer d'Azov en nationalisant ses eaux, ce qui est contraire au droit international lié aux mers intracontinentales qui stipule qu'elle doit être partagée entre les Etats riverains et soumise à des protocole de sécurité bilatéraux.

Le 23 octobre dernier, une intervention du député européen Jean-Luc Schaffhauser en séance plénière du Parlement européen à Strasbourg avait résumer la situation explosive dans cette région maritime au cœur du conflit russo-ukrainien :



Or mercredi dernier,  le ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie avait mis en garde Kiev contre ses tentatives de révision du statut de la mer d'Azov et ses provocations maritimes, soulignant que la responsabilité des conséquences éventuelles incomberaient entièrement à l'Ukraine et à ses alliés.

Kiev qui est bloqué sur le front terrestre du Donbass par la ligne de défense républicaine a donc décidé de provoquer directement la Russie dans l'espace fluide de la mer d'Azov...

Affaire à suivre...

Erwan Castel 

Articles référence :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.