lundi 25 février 2019

Retour sur le front

299


A peine les festivités du 23 février achevées, nous voilà à nouveau dans le fouillis des sacs à dos, équipements et fournitures que nous contrôlons et complétons à nouveau en vue d'un retour imminent vers le front de Promka au Nord de Donetsk, entre Yasinovataya et Avdeevka.

Sur place la situation est de plus en plus tendue, les ukrainiens réalisant des bombardements réguliers, aussi bien en journée qu'en nuitée, avec un retour marqué des mortiers de 82 et 120mm. 


Mardi 26 février 2019

Ce matin les mitrailleuses lourdes semblaient lancer des appels dans la steppe bordant les villages détruits du Nord de Donetsk, tandis que je marchais entre les plaques de verglas laissant derrière moi le squelette décharné de l'aéroport... 

Partout dans ce quartier d'Oktyabrsky, la guerre a griffé les routes, les maisons, les arbres... rien ne semble avoir été épargné, pas même le silence qui se matin de jour férié est encore plus lourd que d'habitude. Personne. Aucun visage humain... juste celui de la guerre dont le visage grimaçant sous un soleil froid inondant une neige sale semble adresser aux noirs corbeaux guettant le ciel un râle silencieux et satisfait :

  
A l'extérieur, la neige part en lambeaux sous les assauts d'un soleil impatient appelant le printemps dans des températures tournant autour du 0°. Arrivé à la caserne entre Donetsk et Makeevka, où les compagnies se réveillent à peine et avant de repartir vers Donetsk, vers l'Etat Major régimentaire, je prépare mon barda pour le front. Par précaution je regarde les prévisions météo, assez justes dans l'ensemble et rajoute rapidement un sous-vêtement supplémentaire dans le sac devant les -10 et -12° annoncés pour la prochaine fin de semaine.

Mais ce sont surtout les munitions qui sont l'objet d'attentions particulières et surtout supplémentaires car si le froid est annoncé, en revanche le front continue quant à lui à se réchauffer entre bombardements ukrainiens et accrochages entre les positions se faisant face au milieu de ruines au ferrailles tordues et rouillées par 5 années de guerre. De l'avis des analystes la situation risque fort de continuer son escalade militaire, élections ukrainiennes obligent, et certains d'évoquer même la probabilité d'une nouvelle provocation maritime ukrainienne dans le détroit de Kertch, entre Crimée et Donbass.

Le soir, j'ouvre la fenêtre virtuelle et lumineuse de mon ordinateur, celle là même qui m'a happé en février 2014 pour me conduire ici entre les terrils de l'ancienne Iouzovska devenue plus tard Stalino puis Donetsk, et continue à regarder entre des "poèmes barbares" de Charles Leconte de Lisle, les spasmes qui agitent ici, en Syrie ou au Venezuela notre monde post-moderne, malade de sa folle démesure. 

Sur le front du Donbass, les ukrainiens augmentent de jour en jour leurs activités offensives, comme par exemple cet après-midi sur le front de Volvo Center (Nord Donetsk) pris sous un feu nourri, ou l'aéroport de Donetsk, juste à l'Est, qui lui est bombardé par des mortiers de 120mm. Et cette escalade que l'on peut entendre depuis Donetsk est générale sur l'ensemble des fronts de Donetsk, mais aussi de Lugansk comme les ukrainiens eux-mêmes le montrent en publiant sur leurs réseaux sociaux militaires, avec un différé de quelques heures seulement, des images de leurs drones ou de leurs unités d'assaut en train de se déployer sur la première ligne du front : 

Chars de combat ukrainiens se déployant dans le secteur de Bobrovo 
près de Lugansk, le 24 février 2019 (10ème brigade d'assaut de montagne) 

Du côté de Donetsk, à Marinka (Ouest de Donetsk) des chars de combat ukrainiens ont également été observés en train de se rapprocher de la ligne de contact, se déployant dans des quartiers résidentiels pour utiliser les résidents civils comme bouclier humain dissuasif. Une technique qui n'est pas nouvelle et généralisée par Kiev, depuis que le front s'est figé aux abords des villes, comme par exemple en Avdeevka, la ville occupée par les ukrops en face de nos lignes où sont régulièrement déployés au milieu des civils chars de combat et artillerie lourde.

Est-il nécessaire ici de rappeler une nouvelle fois que le déploiement dans la zone des 30 kilomètres du front d'armes lourdes de calibre supérieur à 100 mm, ce qui est le cas de ces chars de combat (125mm) est prohibé par les accords de Minsk (tout comme l'utilisation des drones etc. etc.)

D'un bond souple et précis le jeune "Blin" vient sur mes genoux m'arracher à mon clavier en me rappelant par des petits miaulements à mes devoirs nourriciers.


Le soir, après avoir englouti un dernier paquet de café et de sucre, le sac à dos est bouclé et rejoint au pied du lit les armes et équipements de combat, tandis que dans les couloirs résonnent les chansons de Yulia Chicherina....

Tout est paré pour une 32ème mission sur le front de Yasinovataya !

Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du front

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.