lundi 22 janvier 2018

La balle est dans le camp occidental


Cette loi inique pour la "réintégration du Donbass" approuvée en 2ème lecture par 180 députés ukrainiens aux cervelles plates, risque rapidement de devenir une patate chaude pour les gouvernements occidentaux, particulièrement la France et l'Allemagne, co-signataires des accords de Minsk.

Cette loi, qui est une déclaration de guerre contre Moscou désigné officiellement ennemi de Kiev est en effet un coup de grâce donné à un processus de paix déjà bien malade et un feu vert pour une nouvelle offensive majeure dans le Donbass aux potentielles répercussions internationales dramatiques.
  • Jusqu'où les parrains du Maïdan sont-ils prêts à aller dans leur confrontation avec la Russie pour soutenir leurs filleuls ukropithéques ?
  • Et est-ce que, dans la tradition du Golem à Al Qaida en passant par Frankenstein, n'avons nous pas affaire à un monstre devenu incontrôlable par son créateur ?
Erwan Castel

Source de l'article : Sputnik

«Le coup d’État en Ukraine est une honte pour l’Europe» 
© Sputnik . Sergey Averin

Les dirigeants de l’Occident sont parfaitement conscients de la politique de Kiev visant à saper les accords de Minsk mais fermer les yeux sur la conduite de l’Ukraine, estime le ministre russe des Affaires étrangères.

«Cette histoire ukrainienne est celle d'un coup d'État, celle d'une traitrise de l'Occident à l'égard du droit international, lorsqu'un accord [sur le règlement du conflit dans le Donbass] signé par les ministres des Affaires étrangères des principaux pays de l'Union européenne a été simplement piétiné. Puis l'Union européenne s'est mise à nous persuader que c'était normal et qu'on ne pouvait plus rien faire. C'est, en fin de compte, une honte européenne», a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov dans une interview au quotidien Kommersant.

Selon lui, les autorités de Kiev ne sont pas aptes à s'entendre avec d'autres et cherchent à faire oublier leurs engagements dans le cadre des accords de Minsk. L'Occident le comprend mais ne peut plus critiquer ses «pupilles».
Mais il espère que Berlin, Paris, Washington et d'autres évoquent ce problème lors de contacts non officiels avec Kiev.

Moscou cherchera à obtenir le respect de toutes les clauses des accords de Minsk, a souligné le ministre.

Quant à l'idée de déployer des soldats de la paix de l'Onu dans le Donbass, Sergueï Lavrov estime que le respect des accords de Minsk est une condition préalable à cette mesure.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.