jeudi 18 janvier 2018

Feu vert pour l'offensive ukrainienne

Chars ukrainiens déployés au milieu des quartiers résidentiels de Avdeevka 

Comme on devait s'y attendre la "loi pour la réintégration du Donbass" présentée par le "parti de la guerre" (Svoboda, Prayvi Sector and Co) et rebaptisée "loi sur la souveraineté" vient d'être votée au parlement ukrainien.

Cette loi qui donne le coup de grâce à des accords de Minsk moribonds, est un ensemble de mesures politiques, juridiques et militaires qui donnent à Kiev les moyens et l'autorisation de procéder à une nouvelle offensive majeure contre le Donbass.

Bien sûr cette loi, préparée depuis l'été 2017, sort sur fond de nouvelles représailles économiques anti-russes, la veille de la campagne présidentielle russe et au lendemain de l'engagement d'un appui militaire étasunien.

Un sérieux pas vers la guerre totale vient d'être franchi aujourd'hui...

Erwan Castel

Source de l'article : RT

Pour Moscou, la loi ukrainienne sur la souveraineté a tout d'une préparation à la guerre
18 janv. 2018, 17:26 - Avec AFP

La Russie a accusé les autorités ukrainiennes de se préparer à «une nouvelle guerre», après le vote en Ukraine d'une loi qualifiant d'«occupation temporaire russe» le conflit armé en cours depuis quatre ans dans l'est du pays.

Avec l'adoption de la «loi sur la souveraineté», autrement appelée «loi visant à réintégrer le Donbass», le président ukrainien Petro Porochenko «se dote de pouvoirs illimités proches de ceux d'un dictateur pour réprimer toute contestation», d'après le ministère russe des Affaires étrangères, qui a publié un communiqué le 18 janvier.

On ne peut pas appeler ça autrement que des préparatifs pour une nouvelle guerre

«On ne peut pas appeler ça autrement que des préparatifs pour une nouvelle guerre», s'inquiète le ministère, en mettant en garde contre une «escalade dangereuse» de la situation en Ukraine et des «conséquences imprévisibles pour la paix et la sécurité dans le monde».

«Kiev enterre ainsi les accords de Minsk et tous les mécanismes dont on dispose pour chercher des solutions mutuellement acceptables en vue de régler la crise ukrainienne», regrette la diplomatie russe.

La loi, approuvée le 18 janvier par 280 députés ukrainiens, dénonce une «agression de l'armée russe» et qualifie de «territoires temporairement occupés» les Républiques populaires autoproclamées de Donetsk (DNR) et de Lougansk (LNR), dans l'est de l'Ukraine – quand bien même les autorités russes ont toujours démenti les accusations ukrainiennes de présence militaire russe dans ces régions.

En outre, cette loi permet à Kiev d'accuser toutes les personnes travaillant actuellement dans les administrations des Républiques autoproclamées rebelles d'infractions pénales. Le texte précise aussi que le gouvernement ukrainien ne reconnaît aucun document délivré par les autorités des Républiques autoproclamées, à l'exception des certificats de naissance et de décès.

Enfin, il prévoit que l'armée ukrainienne prend désormais la direction des opérations dans la zone du conflit, qui était jusqu'alors confiée aux services de sécurité.

Le conflit, qui a éclaté dans l'est de l'Ukraine après la destitution du président Viktor Ianoukovitch à l'issue d'un coup d'Etat en 2014, a fait à ce jour plus de 10 000 morts.

Les accords de paix signés à Minsk en février 2015 avec la médiation de la Russie, de la France et de l'Allemagne, ont permis une baisse de l'intensité des combats, mais sans avancée tangible vers un règlement politique du conflit.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.