dimanche 7 mars 2021

"Ura !, ura !, uraaaaa !"

Le cri des cosaques "Ura", (du russe "ура"), est vraisemblablement d’origine tartare, à rattacher au verbe wurmak ("frapper, battre") dont l'impératif de la troisième personne du singulier donne urá : "qu'il frappe".

Depuis ce mois de février, les Républiques Populaires de Donetsk et Lugansk encaissaient quotidiennement les coups de plus en plus violents d'une horde ukrainienne enhardie par un nouvel élan de russophobie occidentale et que renforce un flot continu de convois de blindés, d'artillerie, de munitions et de troupes fraîches.

  • Le 3 mars, devant les bombardements ukrainiens exponentiels frappant aussi bien les zones résidentielles que les positions défensives des milices, les Donetsk et Lugansk ont donné l'ordre à leurs forces armées (qui étaient seulement autorisées à des ripostes de leurs avant postes) de faire feu à leur initiative sur toute position de tir repérée.
  • Le 6 mars, alors que des premières positions ukrainiennes ont déjà été "traitées" par les appuis feu du 1er échelon républicain (armes antichars, canon sans recul, mortiers...), c'est l'artillerie lourde qui a son tour est entré dans la danse infernale pour détruire des positions d'artillerie ukrainienne hors de portée des moyens de la première ligne.
Silencieuse depuis 6 ans (à part de très rares ripostes autorisées), l'artillerie lourde républicaine était confinée dans ses quartiers depuis la signature des accords de Minsk il y a 6 ans, perfectionnant sa puissance par des entrainements et campagnes de tir sur les terrains d'exercice de l'arrière pays.


"Devant nous, l'ennemi; derrière nous, nos familles"

Hier les "ukrops" ont continué à bombarder les républiques du Donbass. Rien qu'en RPD, les village d'Oktyabr, au Sud, de Gagarine au Nord (près de Gorlovka), de Staromikhailovka dans l'Ouest de Donetsk où un autre civil de 24 ans a été blessé aux jambes par des éclats, de Veseloe près de l'aéroport ont subi des tirs ukrainiens, parfois avec des mortiers lourds de 120mm comme à Volvo center dans le Nord de Donetsk. 

Le retour des "bouches à feu" républicaines sur le front est une phase importante de l'engagement des Républiques à défendre coûte que coûte leur territoire et leurs populations dans cette grande tradition russe de ne jamais refuser un combat, même inégal (sauf pour piéger mortellement l'ennemi, comme avec la horde napoléonienne devant Moscou).

Cet engagement de l'artillerie lourde républicaine est aussi une confirmation des intentions agressives de Kiev, dont les forces armées, qui bombardent nuit et jour les territoires des RPD/L, déploient sur le terrain un dispositif blindé rapproché dont le caractère offensif ne laisse aucun doute et qui se renforce massivement d'heure en heure.

Une nouvelle vidéo prise le 6 mars 2021 par un habitant de 
Dnepropetrovsk et qui montre un nouveau convoi ferroviaire 
militaire ukrainien acheminant des blindés vers le Donbass

Un autre indice moins bruyant mais qui confirme aussi que les Républiques s'attendent à une offensive prochaine des forces ukrainiennes, sont les contrôles et approvisionnements des abris civils anti bombardements effectués par les Ministères des Situation d'Urgences.

"Quand la guerre a éclaté, j'étais trop jeune et je ne pensais pas au fait que quelqu'un souffre.
Qu'est-ce que tu comprends à 5 ans? Mais le temps passe. Je grandis.
J'ai peur non seulement pour moi, mais pour les autres."

Faina Savenkova est une fillette de Lugansk âgée de 12 ans rencontrée par Dear O'Brien


Les russes du Donbass sont plus que jamais menacés par une nouvelle offensive ukrainienne, mais aussi plus que jamais déterminés à défendre ce printemps russe revenu et cette steppe devenue sanctuaire sacré par leurs mains infatigables creusant de génération en génération mines, tranchées et tombes et qui y ont irrigué de sueur, sang et larmes leur amour pour la Liberté.

Erwan Castel

Ennemi aux portes !

Depuis cette vidéo du musicien Artem Grishanov (2015), 
ici, rien n'a changé à part l'équipement et les uniformes
des milices républicaines devenues une armée de métier
forgée par le feu des combats et des bombardements.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.