lundi 1 mars 2021

Les bouchons blindés ukrainiens

Dans le Donbass, les forces ukrainiennes poursuivirent leur pression sur les lignes de défense républicaines par des bombardements d'artillerie et tirs d'infanterie tout le long des 460 kilomètres de la ligne de front. 

Ainsi par exemple : 

  • Le 27 février en soirée, sur le front de la République Populaire de Lugansk les ukrops ont bombardé au mortier lourd de 120mm  Nizhnee Lozovoe, Logvinovo et Lozovoe 

Sur le front les défenseurs républicains qui recommencent à accuser des pertes régulières (blessés et tués), notent dans cette augmentation des tirs ukrainiens l'utilisation de plus en plus fréquente des armes de bord des véhicules blindés, des drones d'observation de l'artillerie ainsi que des systèmes de missiles antichar de type 9M113 Konkurs de 135mm.

Mais c'est surtout les informations venant de l'arrière du front ukrainien qui suscitent le plus d'inquiétudes, car Kiev poursuit de façon importante le renforcement de son dispositif offensif dans le Donbass.

Faisant suite aux renforts déjà observés et évoqué ici dans des articles précédents (ici et ici par exemple), les services de renseignement républicains mais aussi l'OSCE et de nombreux habitants des territoires occupés par les forces de Kiev, signalent tous les jours l'arrivée de nouveaux renforts  ukrainiens, infanterie, blindés et artillerie, principalement via des convois ferroviaires militaires. arrivant notamment dans les gares de Konstantinovka (front de Gorlovka, au Nord), Krasnoarmeisk (front de Donetsk, au centre) et Volnovakha et Mariupol (front de Mariupol , au Sud). Par exemple:

  • A Krasnoarmeyskrebaptisée Pokrovsk en 2016 (50 km Ouest-Ouest-Nord de Donetsk) des habitants ont signalé l'arrivée d'importants convois ferroviaires dans leur gare. Malgré les bâches recouvrant les véhicules de nombreux blindés, BMP (Véhicules de Combat d'Infanterie) et lance roquettes multiple ont été identifiés. Toujours à Krasnoarmeisk, dans la ville un camp de tentes a été monté pour les nombreux militaires arrivés, ainsi que de nombreux dépôts alimentaires à l'Est de la ville d'importants dépôts de carburant ont été réalisés dans la zone du viaduc de Vostochny. 
  • Ailleurs dans de nombreux dépôts ukrainiens situés à l'arrière de l'ensemble du front est signalée l'arrivée d'important stocks de carburant (alors que les économistes à Kiev prévoient pour 2021 une pénurie en Ukraine). Cet approvisionnement qui dépasse largement les besoins routiniers de l' "Opération des Forces Combinées" dans le Donbass est un indice logistique appuyant également l'hypothèse d'offensive(s) majeure(s) à venir.
Il faut rappeler ici que ces renforts ukrainiens sont également signalés par les observateurs internationaux de l'OSCE déployés sur le terrain qui notent également dans leurs rapports quotidiens le départ d'armements lourds de leur zone de retrait de Minsk vers la ligne de front.

Par exemple dans leur rapport pour la journée du 26 février:
  • 4 obusiers automoteurs (2S1 "Gvozdika", 122 mm) à la gare au n. Konstantinovka;
  • 1 SAM (9K35 "Strela-10") à proximité du village de Mangush;
  • 13 obusiers automoteurs (2S3 "Akatsiya", 152 mm)  près de  Mangush;
  • 1 obusier automoteur (2S1 "Gvozdika", 122 mm) à la gare de Druzhkovka;

Ailleurs, vers la péninsule russe de Crimée qui fait l'objet depuis quelques semaines d'un regain de déclarations agressives de la part des politiciens ukrainiens et occidentaux, les "ukrops" réalisent également des gesticulations de matériels militaires comme par exemple ces rampes mobiles de missiles tactiques Tochka U filmés dans le secteur de Kherson: 

(Publié sur FB le 27 février)

Vu du côté de Kherson et se dirigeant vers la Crimée russe, plusieurs convois militaires ukrainiens dont celui ci appartenant à la 19ème brigade de missiles avec 2 OTR21 (à partir de 45"), nommée "Scarab" par l'OTAN, qui sont des lanceurs de missile balistique "Tochka U"  d'une charge d'environ 500 kg ' conventionnelle, à fragmentation ou spéciale (chimique ou nucléaire si les forces en possèdent) et d'une portée de 70 à 185 km selon les versions.

Les gesticulations agressives du clown-président (qui ne fait plus rire personne, même en Ukraine) continuent donc sous l'œil attentif d'un ours bien réveillé et amusé lorsqu'il sait que ce vieux Tochka U (1975) (dont le parc encore opérationnel n'est plus que de quelques dizaines de lanceurs et moins de 400 missiles) est la plus grosse menace que peut montrer l'artillerie de Kiev.


De plus, si lors des précédentes escalades militaires observées depuis les accords de Minsk on pouvait observer un discours diplomatique assez fort pour "calmer le jeu" cette fois la diplomatie est non seulement beaucoup plus discrète, mais semble même s'effacer devant les discours bellicistes de Zelensky, Biden et ses laquais de l'Union Européenne.

Sans tomber dans un alarmisme pessimiste, je pense que nous abordons, en cette première année du règne Biden, une nouvelle étape dans la guerre du Donbass, où revient planer au dessus des populations russes de Donetsk et Lugansk la menace sérieuse d'une guerre meurtrière.

Erwan Castel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.