samedi 20 octobre 2018

L'esclavage par la dette

Si la dette n'est pas une nouveauté, ce système de prêt qui existe depuis les babyloniens de l'Antiquité, s'est depuis organisé et développé jusqu'à devenir la colonne vertébrale du libéralisme économique et les fers de l'esclavage du monde moderne. De l'endettement des ménages à la dette publique des Etats, les créanciers imposent leurs lois à travers le monde, autant aux individus qu'aux Etats.

Le cas de l'Ukraine est exemplaire jusqu'à la caricature de cet asservissement par la rapidité dans laquelle ce pays pourtant immense est tombé sous la coupe d'un maître étasunien via les instances financières internationales qui le tiennent sous perfusion.

Dans son effondrement socio-économique actuel organisé par le système occidental l'Ukraine pour se débarrasser des chaines de la dette qui s'alourdit chaque année, n'aura pas d'autre choix que de la rembourser en nature, c'est à dire d'accepter sans condition de brader ses terres et ses ressources naturelles aux grandes compagnies industrielles de Wall Street et de la City et de devenir le mercenaire sacrifiable de l'OTAN.

Erwan Castel

Source de l'article : RT

Exsangue financièrement, 
l'Ukraine obtient un prêt de 3,9 milliards de dollars du FMI

Le siège du Fonds monétaire international à Washington (Image d'illustration)

Empêtrée dans la guerre du Donbass, région industrielle et agricole, l'économie ukrainienne s'est effondrée. L'Ukraine va toutefois bénéficier d'une rallonge de la part du Fonds monétaire international et, peut-être, de l'Union européenne.

Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé ce 19 octobre avoir conclu un accord avec l'Ukraine pour l'octroi d'un nouveau prêt d'une durée de 14 mois, avec un accès à une ligne de crédit de 3,9 milliards de dollars. «Cet accord dit de confirmation [stand-by arrangement] remplacera celui approuvé en mars 2015 et qui devait expirer en mars 2019», a précisé le FMI dans un communiqué.

Le Fonds a en outre souligné son engagement à «continuer d'aider l'Ukraine à atteindre une croissance économique plus solide, durable et partagée par le plus grand nombre». L'accord doit être approuvé par le comité de direction du FMI plus tard dans l'année, une fois que les autorités à Kiev auront approuvé un budget 2019, que l'organisme financier souhaite «cohérent avec les recommandations du FMI et un accroissement des prix du chauffage et du gaz».

L'Ukraine sort à peine d'une sévère crise économique, aggravée par un conflit armé dans la région du Donbass, dans l'est du pays. Après le coup d'Etat de Maïdan, à Kiev, durant l'hiver 2014, cette région a décidé de faire sécession. Le nouveau gouvernement ukrainien avait alors décidé de dépêcher ses forces armées, refusant le dialogue avec des rebelles qualifiés de «terroristes».

L'Ukraine toujours en guerre dans le Donbass, mais sous perfusion occidentale

L'aide de l'institution financière basée à Washington est vitale pour l'Ukraine, au moment où ses réserves monétaires se réduisent comme une peau de chagrin et où elle doit faire face à d'importantes échéances de dettes d'ici 2020. Mi-septembre, l'Union européenne avait annoncé qu'elle pourrait octroyer un milliard d'euros d'aide à condition que Kiev mette en œuvre des mesures anti-corruption et que le FMI reprenne son financement.

Les lourdes dépenses militaires liées à cette guerre menée par les forces de Kiev contre une partie de la population ukrainienne, ainsi que la perte d'industries vitales situées dans ces régions séparatistes, ont lourdement pesé sur l'économie, qui s'était contractée de près de 17% entre 2014 et 2015 avant de retrouver une croissance modeste de 2,1% en 2017. Les autorités ont en outre échoué à plusieurs reprises à mener à bien des opérations de privatisation d'entreprises publiques, en raison notamment de la réticence des investisseurs étrangers et de l'omniprésence de la corruption.

En 2015, l'Ukraine avait néanmoins réussi à négocier une restructuration partielle de sa dette et obtenu un plan d'aide de 17,5 milliards de dollars du FMI, en contrepartie de mesures de rigueur. Mais le versement de tranches financières, dont la dernière d'un milliard de dollars a été débloquée en avril 2017, a été retardé par les difficultés à mettre en œuvre les mesures réclamées par le FMI.



Autres articles :

Sputnik

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.