dimanche 19 février 2017

Kiev doit abattre ses cartes !

Porochenko doit maintenant abandonner 
ou dévoiler au monde la laideur de son vrai visage 


Ces derniers jours, 2 événements impulsés par Moscou sont intervenus au sujet du Donbass dans le contexte particulièrement tendu d'un réveil de guerre ouverte provoqué progressivement depuis plusieurs mois par l'armée ukrainienne et qui a explosé il y a deux semaines avec des  nuveaux bombardements importants de Donetsk.

Ces 2 mesures sont :
  • La promesse d'un nouveau cessez le feu ukrainien sur le front dès lundi 20 février
  • La validité des passeports des républiques sur le territoire de la Fédération de Russie
Alors que l'armée ukrainienne a amassé aux portes des Républiques un effectif d'assaut 10 fois supérieur à celui de 2014, que son artillerie a recommencé à pilonner fortement les positions militaires et les quartiers résidentiels des républiques, ces 2 mesures qui interviennent précisément à ce moment de tension extrême et obligent Kiev à jouer carte sur table. 
Porochenko doit maintenant aligner son discours politique sur ses actes militaires (ou l'inverse), en respectant le cessez le feu (ce qui l'obligera à désengager son armée) ou en attaquant le Donbass. D'autre part Moscou au moment où l'armée ukrainienne s’apprête à bondir à nouveau sur la population du Donbass a lancé un avertissement clair à Kiev : "attention, le peuple du Donbass fait partie des peuples russes !"

Il semble donc que ce conflit armé non seulement soit arrivé à un nouvelle étape de son histoire mais surtout à un carrefour où le pouvoir de Kiev, qui l'a initiée en 2014, doit maintenant choisir franchement et rapidement entre le chemin de la paix franche ou celui de la guerre totale...

Ce qui est sûr, c'est que nous allons certainement quitter le marigot putride d'un conflit hémorragique qui oscille depuis 2 ans entre une fausse paix sanglante et une vraie guerre cachée ....


Publié initialement sur Facebook :

Ca me rappelle quelque chose ...


Quand j'ai vu passer l'info j'ai d'abord cru à une publication ancienne proposée par Facebook dans la rubrique "vos souvenirs" datant peut-être en l'occurrence de 2 ans, 1 an, 6 mois ou 1 mois...

Car dans cette guerre du Donbass, les "cessez le feu" ressemble au baisser et lever de rideau de théâtre qui séparent les actes d'une tragédie sanglante dont la scène finale se fait attendre depuis 15000 morts....
Je ne sais même plus si c'est la 8ème, 10ème ou 15ème trêve annoncée dans le Donbass par des ukropithéques qui veulent encore et toujours nous faire prendre des obus pour des colombes...

Car chacun sait que tant que le Donbass sera pour une partie écrasé sous la botte des bataillons néo-nazis et pour l'autre partie assiégé par 100 000 soudards énervés, la paix ne sera q'un mirage faisant danser à l'horizon d'un désert en feu le rêve d'une oasis salvatrice.

Certes le rôle des diplomates est d'y croire comme les enfants qui ont surpris leur père en train de se cacher sous une fausse barbe blanche, mais qui continuent néanmoins de déposer leurs chaussures au pied du sapin de Noël... 

Mais ici sur la ligne de front les enfants au regard triste ne croient plus depuis longtemps ces adultes qui ont détruit leurs écoles et leur innocence....
Et dans l'épaulement des tranchées leurs pères ou leurs grands frères écoutent l'horizon attentifs au cliquetis des chars ennemis qui eux ne savent pas mentir....

Source du post : 



Le bouclier russe du Donbass


Souvent les commentaires comme les propagandes divaguent d'un extrême à un autre concernant le soutien de la Russie au peuple du Donbass. 

Entre les délires fantasmés de Kiev qui voit derrière chaque milicien républicain une division blindée russe et les cris d'orfraie des impatients qui accusent Poutine d'abandonner les Républiques de Lugansk et Donetsk, il y a un juste milieu qui chemine sur la crête étroite de la raison et sur laquelle le président Poutine vient encore de progresser en toute intelligence et avec modération.

En effet, en reconnaissant la validité des passeports des Républiques du Donbass sur le territoire de la Fédération de Russie (qui en passant reprend les avantages de circulation transfrontalière du passeport ukrainien) le Kremlin "marque" ainsi le territoire du Donbass comme appartenant à sa zone d'influence directe, et montre une attention protectrice officielle vis à vis de ses habitants et des apatrides qui ont rejoint sa résistance...

Cette disposition administrative, qui existe dans des nombreuses régions frontalières, en plus d'un premier pas légal vers une reconnaissance officielle des Républiques est bien sûr également un avertissement fort lancé au régime de se Kiev qui s'apprête à lancer une grande offensive sur le Donbass.

Sans être pour autant entrées dans sa tanière, les Républiques du Donbass font désormais partie du clan de l'ours !


Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

Fini de jouer avec le sang du Donbass Porochenko ! 
L'heure des comptes et de la justice est arrivée...
Quand la haine et le vice transpirent sur le visage du scélérat...

*
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans ce travail de réinformation

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos ... et locales, obsédées par la recherche du monopole de l'information.

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 

Bien à vous 

Erwan




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.