samedi 14 juillet 2018

Convergences totalitaires

Pendant le Maïdan début 2014, les représentants US vont venir soutenir le coup d'Etat néo nazi, du vice président Biden au sénateur Mac Cain,  ici en compagnie de Oleg Tianebock le co-fondateur du Parti Social Nationaliste Ukrainien (remettre dans l'orde svp) devenu depuis Svoboda...

En octobre 2017 au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, les USA ont voté contre une résolution condamnant la peine de mort pour "l'apostasie, le blasphème, l'adultère et les relations entre personnes du même sexe". Ce vote avait souligné l'alliance des USA avec les Émirats  salafistes du Golfe, qui révèle une convergence idéologique dépassant celle, plus pragmatique, d'intérêts économiques partagés.

L'opinion publique d'alors avait été choquée par une position aussi radicale de la part d'un pays "défenseur des droits de l'Homme". Cette anecdote onusienne n'est pas isolée et il suffit (sans remonter au financement du 3ème Reich) de se souvenir du soutien de Washington aux dictatures latinio-américaines (à rapprocher de la politique France Afrique postcoloniale) ou des alliances contemporaines réalisées avec le Pakistan ou l'Ukraine par exemple. 

Dans l'article suivant l'auteur dénonce cette politique de "l'ennemi de mon ennemi est mon ami" mais je pense personnellement que la convergence d'intérêts finit par fusionner et devenir ideologiquement un "qui s'assemblé se ressemble"

Quoiqu'il en soit ces alliances de démocraties droitdelhommistes avec des régimes ouvertement totalitaires et criminels ne font que confirmer : 
  • L'illusion de la démocratie parlementaire occidentale, dictature contrôlant le peuple via des assemblées soumises,
  • La dictature d'une pensée unique qui ne dit pas ce qu'elle pense et fait le contraire de ce qu'elle dit. 
  • La naïveté imbécile de l' "opinion publique" qui croit aux fausses libertés agitées en spectacle.
Ce vote étasunien, autorisant de facto la répression maximale pour des choix appartenant au domaine privé, est finalement très cohérent avec l'idéologie esclavagiste occidentale qui veut contrôler les esprits et les corps. Depuis le XXeme siècle le mondialisme de l'idéologie judéo-protestante conduit la thalassocratie anglo-américane vampirique a collabirer avec les pires totalitarismes de tous bords, salafisme, nazisme et sionisme par exemple.

Cette "démocrature" occidentale c'est la rencontre fusionnelle et logique de la dictature de la pensée unique avec celle la marchandise et qui donne naissance aujourd'hui à des monstres tel que l'Union Européenne, l'OTAN ou cette Ukraine néo-nazie par exemple.

Ce qui est choquant en revanche c'est que cette même "opinion publique" avale la propagande mensongère droitdelhommiste sans broncher, celle par exemple qui accuse la Russie de persécuter l'homosexualité (alors qu'elle ne fait qu'interdire son prosélytisme), l'Iran d'être une dictature religieuse criminelle (alors que tous les cultes y sont tolérés et protégés) ou l'Ukraine d'être une démocratie libérale agressée par la Russie (alors qu'elle est en réalité un bélier atlantiste lancé contre les russes de la mer Noire).

Il est temps que l' "opinion publique" se réveille.

Erwan Castel (exécutable sûr pour apostasie, "terrorisme" pro-russe, certainement pour adultère et probablement pour blasphème selon certaines moralines fondamentalistes)


Source de l'article : La gazette du citoyen




Les Etats-Unis renforcent les Nazis en Ukraine



Par Ben Norton pour The Real News Network 
le 12 juillet 2018

Les États-Unis aident les néo-nazis ukrainiens à se battre contre la Russie. Un responsable de l'ex-administration Bush, Larry Wilkerson, a déclaré que c'était le plus dangereux genre de politique s’appuyant sur l’adage "l'ennemi de l'ennemi est mon ami". 
BEN NORTON: Des milices néo-nazies mènent une campagne de terreur à travers l'Ukraine, attaquant des minorités ethniques, incendiant des villages roms, agressant des civils innocents, uniquement à cause de leur origine raciale. Et certaines de ces organisations fascistes ont reçu un financement direct de l'Etat ukrainien. La milice suprématiste blanche C14 et le parti d'extrême droite Svobota ont reçu des subventions du ministère ukrainien de la Jeunesse et des Sports.
Mais ce n'est pas seulement Kiev qui soutient ces dangereuses forces néo-nazies. Les États-Unis supportent également les fascistes en Ukraine. Le journaliste Max Blumenthal a rapporté pour The Real News Network comment les Etats-Unis ont armé le bataillon néo-nazi Azov, qui est intégré à la garde nationale ukrainienne et combat les séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine. Le bataillon Azov a publié des photos sur son site Web montrant ses combattants nazis rencontrant des officiers militaires américains et canadiens.
The Real News s'est entretenu avec Larry Wilkerson, un ancien haut fonctionnaire de l'administration de George W. Bush, qui est depuis devenu un critique acerbe de la politique étrangère des États-Unis. Wilkerson a fermement condamné cette politique bipartisane des États-Unis qui consiste à soutenir les extrémistes de droite en Ukraine au nom de la lutte pour contrer la Russie.

LARRY WILKERSON: J'ai regardé cette situation, et l'une des choses curieuses à ce sujet est le fait que les Etats-Unis, à commencer par Barack Obama et Hillary Clinton, ont commencé à se taire et à soutenir ceux qui s'opposaient aux Russes, notamment ces groupes nazis et fascistes en Ukraine. Et ailleurs en Europe aussi, mais principalement en Ukraine à cette époque. Et c'était très dérangeant pour nos deux pays (Ukraine et Etats-Unis), parce que nous ne voyions cela que comme un moyen d'habiliter un groupe qui, en fin de compte, n'a pas besoin d'être autonomisé en Europe. Nous avons été là, fait cela, vu cela et avons joué au jeu de balle. Nous n'avions pas besoin d'autonomiser les fascistes au cœur de l'Europe. Et c'est pourtant ce que nous faisons.

BEN NORTON: En juin, l'American Foreign Policy Society a accueilli le fasciste ukrainien Andriy Parubiy au Sénat américain. Parubiy, qui a déjà fondé deux organisations néo-nazies, le Parti national social et le Patriote d'Ukraine, est maintenant le président du parlement ukrainien, la Rada. The Real News Network a demandé à Larry Wilkerson pourquoi il pensait que les Etats-Unis soutenaient de telles forces politiques ouvertement extrémistes. Wilkerson, un colonel à la retraite de l'armée américaine qui était chef de cabinet de l'ancien secrétaire d'État Colin Powell, a déclaré que certains politiciens américains considéraient simplement les extrémistes d'extrême droite ukrainiens comme un moindre mal par rapport à la Russie.

LARRY WILKERSON: Encore une fois, cela reflète en quelque sorte la politique de "l'ennemi de mon ennemi est mon ami". Il y a ce sentiment viscéral parmi de nombreux membres du Congrès, sénateurs et représentants, et plus profond avec d'autres qui pensent que la Russie est le monstre du monde. Et ces gens pensent toujours que la Russie est la première menace pour ce pays. Maintenant, elle a des armes nucléaires. Cela représente une menace. Nous devrions parler. J'applaudis le fait que Poutine et Trump aillent discuter à Helsinki le 16 juillet. Je ne pense pas que Trump va accomplir beaucoup de choses, il ne semble pas pouvoir le faire. Mais je pense toujours que nous devrions parler.
Donc, c'est ce qui motive beaucoup de ces gens. Est-ce qu'ils vont soutenir n'importe quel ami ou n'importe quel ennemi qui déteste la Russie, n'importe qui qui a l'air d'être un disciple ou un soldat allié dans ce combat y compris les fascistes, et se joindre à eux pour combattre la Russie, en particulier dans un endroit aussi critique que l'Ukraine? Personnellement, je pense que c'est la pire façon de voir les choses. Mais c'est ainsi qu'ils les voient.
Et j'ai écouté des membres du Congrès dans leurs moments de révélation alors que je leur parlais de la guerre au Yémen, expliquant qu'il fallait essayer de nous sortir de cette guerre, leur disant comment c'était brutal, et pourquoi nous n'avions pas besoin d'être si proche de l'Arabie Saoudite, et que d'ailleurs nous n'avions pas besoin d'être aussi proches des fascistes en Ukraine non plus. Ils me répondaient: "Oh non, vous ne comprenez pas, c'est sérieux. C'est vraiment sérieux. Nous devons soutenir ces gens


Benjamin Norton





Ben Norton est producteur et reporter pour The Real News. Son travail se concentre principalement sur la politique étrangère des États - Unis, le Moyen - Orient, la critique des médias et les mouvements pour la justice économique et sociale. Ben Norton était auparavant rédacteur en chef à Salon et AlterNet. Vous pouvez le suivre sur Twitter à @BenjaminNorton.
Lien de l'article en anglais:



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.