dimanche 8 juillet 2018

Svarog à la barre

"Svarog" en inspection sur notre position du front de Yasinovataya, en juin 2018

Le 17 mai 2014, le Commandant de la Brigade Piatnashka, Oleg Mamaiev indicatif "Mamaï", était tué au combat sur le front, entre Yasinovataya et Avdeevka. Depuis ce jour, son second, Andreï Kuzin indicatif "Svarog", est aux commandes de ce 2ème bataillon du régiment des forces spéciales de Donetsk.

"Svarog", dont le nom mythologique est associé au dieu slave gardien du feu est un vétéran de la Brigade internationale et il en connait à fond les rouages et l'esprit forgés par "Abkhaz" et "Mamaï" ses prédécesseurs sous les ordres desquels il a servi la destinée de "Piatnashka".

Depuis 2 mois bientôt Andreï est à la barre du bataillon maintenant avec intelligence le cap tracé par les anciens et préservant cette fusion élaborée par eux entre une milice familiale et enthousiaste et une armée rigoureuse et professionnelle.

Sa silhouette féline et sa bonne humeur constante nous sont familières et pour nous son commandement est rassurant et prometteur... nous nous souhaitons ensemble beaucoup d'aventures et de victoires !

Erwan Castel

Merci à Kristina Melnikova pour cette nouvelle et enrichissante interview !

Source de l'article: Eurasia daily

Commandant des "15": 
tout le monde sait que nous allons gagner



Photo: Kristina Melnikova / EAD.


La semaine dernière à Donetsk, la mémoire du commandant de la brigade internationale "Pyatnashka" Oleg Mamiev (indicatif d'appel "Mamai") ​​a  été célébrée le 25 juin - 40 jours à partir du jour de sa mort aux positions avancées du bataillon. Déjà à titre posthume, Mamaï a reçu le titre de héros de la République populaire de Donetsk. La mort du commandant, bien sûr, est devenue une grande perte pour ses combattants. Cependant, l'unité continue d'accomplir les missions qui lui sont assignées pour la défense de la république. Nous avons parlé avec le nouveau commandant du bataillon Andrei Kuzin (indicatif d'appel "Svarog") à propos de la façon dont le "15" vit après la mort de Mamai .


Dites-nous, qu'est-ce qui a changé dans la vie du bataillon depuis la mort de Mamai? Dans la milice, contrairement à l'armée régulière, probablement, le style et les principes de la direction du commandant de telle ou telle unité décident beaucoup. Quel était ce style de "Mamaia"?

Nous sommes tous toujours sur nos positions, continuons à les renforcer, surveillons l'ennemi, exécutons inconditionnellement les ordres et les tâches fixés par le chef de la république. Nous ne voulons rien changer. Nous avons développé un bataillon avec "Mamai" et nous ne reconstruirons pas après sa mort.


Et ce que vous pouvez identifier la principale caractéristique non statutaire dans le bon sens du mot qui régit la vie du "15"?

Tout d'abord, c'est une confrérie, ce n'est pas important être officier, infirmier, tireur ... Notre bataillon est notre famille. C'est le principe de base qui fonctionne depuis 2014. Mais ce n'est pas notre caractéristique unique. Cela est également vrai pour les autres unités de la République Populaire de Donetsk. Oleg a toujours essayé d'aider le personnel. Je ne l'ai pas vu se détendre, mais en revanche il permettait un peu de distraction, et trouvait pour chacun sa propre approche. Il savait le faire. Il est clair que les combattants, étant constamment sur les positions, sont fatigués psychologiquement. Si une personne avait besoin d'être en couple, des jours à la maison, prendre des vacances pour voir sa famille, Mamaï ne lui refusait jamais. Il n'y avait pas de formalisme dans l'esprit que «tu vas prendre des vacances dans les délais prévus». Après tout, l'homme pouvait ne plus avoir besoin après. En général, il traitait tout le monde comme une personne et était très humain.


Dans "Pyatnashka", comme l'a fait un jour justement remarqué Akhra avidzba (indicatif d'appel» Abkhaz"), se sont réunis des gens de différentes idéologies politiques, d'opinions différentes sur la vie, de différentes nationalités et différents âges. Comment la fraternité continue-t-elle dans un environnement aussi hétérogène?

Il faut toujours essayer de trouver la compréhension mutuelle. Je n'ai jamais eu de conflit avec les représentants d'autres peuples de notre bataillon. Nous traitons les bénévoles étrangers avec beaucoup de chaleur. Nous sommes les gars du coin, nous n'avions nulle part où aller, et ils sont venus de loin pour aider. Ils risquent leur santé, leur vie, et ils méritent beaucoup de respect. Et le respect mutuel est une bonne base pour la compréhension mutuelle.


Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les positions et les missions de combat? En fait, vous vous intéressez aux forces spéciales?

Dans le quartier de la zone industrielle d'Avdeevka, nous avons deux positions de base, nous préparons maintenant une troisième. Un peu plus loin deux positions, et la position dans la Zone de Kruta Balka. Elles sont toutes face à Avdeevka. En ce qui concerne les forces spéciales, lorsque le régiment a été formé pour des missions spéciales, nous  sommes tous avec le bataillon entrés dans la composition de ce régiment. La principale mission de combat que nous avons est de tenir la ligne de front, pour que l'ennemi ne puisse pas progresser plus en avant.


Vous occupez maintenant la fonction de "Com'bat". Parlez-nous un peu de vous-même, devotre chemin de combat.

Mon chemin de bataille a commencé, comme la plupart des gens de Donetsk, en mai-juin 2014. Mais avant cela, quand la neige tombait encore, nous avons pensé nous réunir dans des espèces de cellules révolutionnaires. Nous voulions tous vivre pacifiquement, mais le comportement des néo nazis à Kiev, qui ont renversé le pouvoir, ne nous a pas laissé d'autre choix. 
De retour au début de mars 2014 année (avant cela, j'avais une petite usine de meubles) j'ai parlé avec un ami pensé à ce qu'il fallait envisager. Tout nous pensions qu'après les premières échauffourées, la situation à Kiev se calmerait et qu'un retour à la normale arriverait. Mais au fil du temps, la situation s'est détériorée. Nous avons décidé, alors de réfléchir à ce qu'il faudra faire s'ils viennent sur notre rive du Dniepr
C'est ce qui s'est arrivé. Un, deux , trois... puis les saisies des administrations ont commencé. En fait, il n'y avait pas de capture, juste un rassemblement à l'extérieur de sorte que tout soit conforme. En fait, ni la police, ni de la police anti-émeute n'ont offert de résistance. Ceux qui le voulia sont partis d'eux-mêmes. Et puis, quand l'armée ukrainienne est entrée dans le Donbass il est devenu évident que nous avions besoin d'être armés


Avant cela, aviez vius une expérience de combat?

J'étais dans l'armée, où j'ai eu l'occasion de servir même dans la garde nationale sous le Président Koutchma, où nous avions encore des officiers militaires et encore soviétiques. Très bien.


Comment avez-vous ressenti le serment de l'Ukraine, qui devait être donné par un nouveau conscrit?

Tout le monde comprend que l'armée prennent les jeunes. Et avant cela, nous sommes constamment dirigés par quelqu'un, les enseignants dans les jardins d'enfants, les écoles, les commandants de l'armée. C'est encore l'âge, où mentalement une personne ne se sent pas libre et estime que tout le monde doit décider pour lui. J'ai prêté serment dans un pays pacifique, à la fidélité au peuple, et non à ceux qui sont maintenant au pouvoir en Ukraine. Et je suis né en Russie, alors encore Union soviétique.


Il s'avère qu'en 2014, vous et vos amis vous êtes rassemblés, avaient pris des armes et rejoint la milice?

Même avant la guerre, nous nous sommes réunis avec des amis, des personnes partageant les mêmes idées, nous sommes allés prendre des photos, nous avons recueilli des données sur les mouvements de l'armée ukrainienne. Puis ils ont essayé d'obtenir des armes, de tirer un peu ne réalisant pas la gravité de la situation  Puis notre groupe s'est dispersé en douceur, chacun est retourné à sa vie paisible. J'ai aussi eu une petite période de calme d'une semaine et demie. Il restait des commandes à exécuter. Puis j'ai rencontré un ami. Il avait créé une unité, inventé un nom pour elle. Il m'a approché lui-même, et dit: «tu as de l'expérience, viens à nous». J'ai compris que je commençais à m'impliquer. Il a envoyé sa femme avec ses enfants chez sa mère en Russie. Une armée a émergé lentement. Ce n'était plus les barrages routiers sur lesquels nous étions en service avec des matraques au début du printemps.


Comment est né l'indicatif d'appel "Svarog"?

Initialement, j'avais un surnom de motard: "Svarojic". Mais dans la guerre je ne voulais pas rester svarozhic, et j'ai choisi un appel court "Chour" qui est également associé à la mythologie slave. Mais tout le monde était habitué à Svarozic, progressivement transformé en Svarog, parce qu'il est plus facile à prononcer. Et extérieurement je lui correspondais - j'avais l'habitude d'avoir une barbe et de longs cheveux.


Vous avez dit que le premier vrai baptême de feu a été reçu dans la zone de l'aéroport.


Oui, j'étais chez un ami civil ce jour là quand j'ai appelé un ami avec une question - "que pensez-vous, ils disent qu'il faut se battre? "Où dois-je aller?" ai-je demandé. "Va à l'aéroport", répondit-il. C'était le 26 mai. j'ai posé la voiture à la gare et suis allé à pied. Je n'avais que deux chargeurs de munitions ce jour-là. J'ai décidé pour une raison quelconque que je pouvais tirer sur un hélicoptère de combat à partir d'une mitrailleuse.  Je n'ai pas vu d'ukrainiens, j'ai vu des avions, des hélicoptères. J'y suis resté peu de temps, principalement à l'aéroport se trouvait le bataillon "Vostok".

Puis en août 2014 j'étais à Elenovka. je n'ai pas eu à me battre longtemps car j'ai été blessé. Et pour moi le plus intéressant, ce n'est pas les attaques et les chaudrons. Bien que tout cela semble beau, la plupart du temps c'est  artillerie qui fait la différence. Sans elle, il n'y a pas de victoire. Je suis plus intéressé par le travail de l'infanterie, quelque chose à développer, à inventer. 

Cette expérience nous avons reçu à Debaltsevo. Nous, le bataillon entier, nous avons été déployés en défense sur la ligne de front, et la plupart des gars ont tenu la position. Un groupe et moi sommes allés de l'avant ici, puis il y a quelque chose de miné. Aucun coup de feu n'a été tiré mais quelque part, probablement sur trois quatre kilomètres, nous avons dégagé des positions initiales et conquis du terrain.  Ensuite, on pouvait avancer et prendre de nouvelles positions. Donc j'aime les aventures, les opérations intéressantes. Je n'ai pas participé à des combats, comme dans pendant la grande guerre patriotique, avec des baïonnettes, des cris de "Hourra". Et ainsi nous développons quelque chose d'autre lentement, pensons à de nouvelles tactiques.


Puis-je vous parler de certaines opérations individuelles?

On a fait de bonnes opérations dans la zone industrielle. Assis, regardé sur Internet des vidéos de l'armée ukrainienne, comparé avec les images de drones. Et nous avons commencé à comprendre ce qui et à quoi ils ressemblent. Nous avons une vue de dessus, et grâce à leur vidéo, aussi de l'intérieur. Cette année-là, à la fin du printemps, nous avons passé 15 minutes à analyser l'information et dans la demi heure  décidé d'engager une frappe. Nous l'avons appliqué dans une direction où l'adversaire ne s'attendait pas. En conséquence, ils ont abandonné toutes leurs positions. Et nous n'avons travaillé que cinq à sept minutes, mais pendant ce temps réussi à détruire beaucoup de fortifications. Et après la mort de Mamaï", nos gars ont frappé l'ennemi sur 200 mètres de profondeur pour qu'il ne puisse pas se renforcer.


L'armée ukrainienne a-t-elle changé par rapport aux premiers mois de la guerre? Les instructeurs de l'OTAN ont beaucoup aidé?

Elle a changé. Ils ont acquis avec le temps une bonne expérience maintenant sur notre direction, par exemple, avec des tireurs d'élite rapprochés. Encore une fois, nous sommes en guerre avec tout le pays et son armée régulière. Ils ont chacun leur propre spécialité. le sniper observe et tire les positions se sont renforcées. Et nous nous devons tout faire en même temps. Ils ont en outre un équipement spécial. C'est toujours un pays avec un budget différent du nôtre, et l'Europe les aide.


Auparavant, les volontaires ont beaucoup aidé. Comment ça va maintenant avec ça?

Maintenant, il est difficile de le faire — tout passe seulement par le biais du Ministère des Situations d'Urgence. Les gens aident un peu pour la reconnaissance, le système de surveillance ou il ammènent 5 ou 6 radios. Nous avons été beaucoup aidé par le parti "Rodina" (Patrie) et le chef de l'Ossétie du Sud Anatoly Bibilov. Il a été acheté un drone et 20 stations de radio. Un autre drone nous a été donné par l'Union des volontaires du Donbass. Donc, nous avons maintenant notre propre aviation sans pilote. Mais comme auparavant, les aides s'arrètent. Les gens n'ont plus de patience. Tout le monde espérait que nous allions commencer à libérer rapidement le territoire de la Donbass, mais tout est gelé.


Les volontaires viennent toujours ?

Oui, ils viennent, mais pas autant qu'avant. Certains disent qu'ils le voulaient depuis longtemps, mais que leur situation sociale ne l'avait pas permis. Ils peuvent être compris.


La milice est-elle meilleure qu'une armée régulière?

La milice n'est pas meilleure que l'armée régulière. Juste une armée régulière, nous avons une milice. Si nous prenons l'armée dans son ensemble, c'est en tout cas mieux - c'est une subordination stricte, c'est l'exactitude de l'exécution des ordres, la compréhension des tâches assignées. Mais à quel point la milice est-elle bonne? Elle peut agir de manière inattendue. Contre nous est une armée régulière, qui se bat selon des livres imprimés en URSS. Les Européens, bien sûr, ont aussi quelque chose à suggérer, mais je ne pense pas que les instructeurs européens soient supérieurs aux forces spéciales soviétiques ou aux forces amphibies. La milice est imprévisible - personne ne sait où ces partisans apparaîtront et pourquoi.


La Coupe du Monde en Russie a t-elle conduit à une aggravation au front ?

Je ne dirais pas qu'il y a une aggravation particulière à cause du championnat. L'ennemi a tire toujours et principalement dans l'après-midi. La seule chose ressentie est la tension. Et ils ne savent pas à quoi s'attendre de nous, et nous ne savons pas à quoi s'attendre d'eux. En temps de paix, les jours fériés, la police est toujours renforcée. Nous avons la même chose pendant les vacances, en attendant la préparation au combat. 


Y a-t-il toujours la foi en la victoire dans cette évolution du conflit en guerre de positions et qui prend un caractère prolongé ?

Et il n'y a pas d'options. Si vous ne pensez pas à la victoire, il ne reste qu'à s'échapper et se cacher. Bien sûr, il y a la foi. On vient parfois au bataillon et on dit: "vous pouvez aller travailler" ? Je réponds :le travail est organisé à l'usine, et ici, vous avez besoin de servir. Fondamentalement, tout le monde croit que nous allons gagner. Nous ne sommes pas venus pour le salaire, mais pour gagner.


Parlez-nous un peu de votre famille. Est-ce que les proches soutiennent?

J'ai trois fils. Le milieu et le plus jeune que j'ai pris ici, plus près de moi, parce que les gars ont besoin de l'éducation d'un homme, un exemple masculin. Le fils aîné en 2016 a passé tout l'été ici. Maintenant il étudie, passe des examens. Je m'en occupe le plus possible, mais je ne peux pas consacrer autant de temps à ma famille qu'avant la guerre. Ma femme voit tout, comprend tout, nous vivons maintenant dans un tel endroit que tout ce qui se passe sous Avdeevka est bien audible, et parfois il est visible de la maison.

Interviewé par Kristina Melnikova

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.