lundi 31 décembre 2018

Coup de gueule !


Ce matin j'ai publié un rapport d'activité concernant les violations du cessez le feu opérées sur le front du Donbass depuis 2 jours , VIOLATIONS ENREGISTRÉES AUSSI PAR L'OSCE, qui je le rappelle est une organisation internationale mandatée par l'ONU. 

Or, à peine une heure plus tard est intervenue une CENSURE FB précisant que cette "publication ne respecte pas les standards de la communauté" formule aussi vague que dogmatique qui ne signifie absolument rien à part que Facebook est un organe de plsu en plus délirant d'une dictature de la pensée que mes publications dérangent ce qui en passant me comble d'aise. A ce stade il faut savoir que cette procédure est réalisée à partir d’algorithmes automatiques et imbéciles autant que sur des signalements réalisés par de français abrutis traînant leur haine et leur jalousie psychotiques dans les cafés de Paris, Moscou et même de Donetsk.  

Et cette censure arbitraire de FB n'est pas la première mais le denier né d'une bonne cinquantaine de blocages, suspensions temporaires, retraits etc... Rien que ces derniers jours de l'année, le troisième post supprimé ainsi pour on sait trop bien quel raison profonde, mais jamais officiellement avouée tant par les administrateurs de Facebook que par les sous merdes françaises qui réalisent auprès d'eux les signalements.  




Deux autres perles de la censure facebookienne contre mes publications . Ici le 20 décembre sur un signalement d'un abruti de français échoué à Donetsk.






Ceci m’amène donc a évoquer la censure en générale qui est ici pratiquée tant par la propagande de guerre occidentale et ses officines ukrainiennes que par des imposteurs et des cuistres tel que Christelle N. ou Sébastien H. qui cherchent à organiser à leur profit (médiatique et financier) un monopole de l'information francophone dans le Donbass.

Mais au delà des crises médiatiques ou narcissiques agressives de ces insectes rampants, c'est cette censure pour le moins paniquée qu'il est intéressant d'observer dans l'instant, et dont la problématique d'ailleurs est devenue, au fil de ses spasmes délirants, la preuve éclatante de la réalité d'une dictature de la pensée qui cherche de façon de plus en plus grossière et énervée à cacher sa vacuité idéologique derrière la moraline d'une bien bien-pensance libérale progressiste qui ne trompe plus personne.

Autant on ne peut exiger d'un journaliste qu'il soit neutre dans sa vision des événements qu'il rapporte, autant il est légitime d'exiger de lui qu'il participe à une pluralité de l'information celle qui alimente les débats d'idées qui sont la base des relations sociales humaines et la santé des sociétés qu'elles génèrent. Et lorsqu'un média et aujourd'hui réseau social pratique la censure, c'est la preuve éclatante que sa ligne éditoriale est fondée sur le culte du faux et le totalitarisme de la pensée et que ces informateurs ne sont que les chiens de garde d'une doxa qui veut que les peuples deviennent des troupeaux d'ignorants individualistes et obéissants.

"La censure est par essence mensonge"
Karl Marx, 1842

Le Bon, Marx, Luxemburg, Schmitt, Arendt, Weil, Orwell, Debord, Baudrillard, De Benoist et tant d'autres philosophes, sociologues, historiens et politologues ont souligné que la pratique de la censure était l'un des symptômes les plus visibles et violents, à la fois d'une dictature de la pensée et en même temps de l'imposture (voire l'absence) de ses postulats politiques.

Rosa Luxemburg par exemple affirmait que "seule une pensée politique incapable de déployer le vrai dans son discours organise alors autour d'elle la censure". Une censure viscérale, imbécile et agressive, qui est au service de cette aliénation des foules recherchée par toute propagande de guerre ou pseudo-journalisme dont le travail est fondé, non par une vision engagée et argumentée de la réalité mais sur une imposture mensongère totale et totalitariste. Au cours des siècles précédents nous avons eu l'orchestration politique de la mythification de l'histoire devenue au fil des commandes princières et des programmes scolaires une historiographie mensongère dont le dogmatisme intolérant est illustré par la loi Fabius Gayssot de 1990 qui interdit tout débat historique sur des sujets idéologiquement fondateurs.

Aujourd'hui Facebook dépend de ce qu'Orwell nommait "le ministère de la Vérité" qui donc en tant que "ministère" dépend du pouvoir étatique qui, bon ou mauvais, va organiser la fabrication par l'orientation ou le mensonge d'un faux et l'ériger en vérité dogmatique. Cette dialectique dictatoriale de la politique qui est au passage une hérésie du "politis" consubstantiel à la nature humaine est d'autant plus vraie que le pouvoir s'éloigne du peuple dont il doit prioritairement assurer le bien être mais dont il étouffe son sens critique pour mieux écraser ses libertés individuelles et collectives.

Et le plus hallucinant dans cette censure organisée par la dictature du pouvoir et en particulier celle de la marchandise, c'est qu'elle est présentée, à l'image des guerres de conquêtes des pensées uniques religieuses, colonialistes et militaires, comme protégeant la moraline d'un bien pensance prétendument libertaire et droitdel'hommiste telle qu'elle est présentée dans les "standards de la communauté" de face de bouc. Du discours libérateur et pacifique des croisés de Charlemagne décapitant les germains à Verden, jusqu'à la censure politiquement correcte des réseaux sociaux actuels, nous sommes dans l'imposture et le faux au service d'une violence de la pensée unique y compris de la part de ceux qui prétendent la combattre comme par exemple les "antifascistes" qui massacrèrent les manifestants à Barcelone en 1937, au même titre que la démocratie française qui bombarda la Libye en 2011.

La censure cherche à garantir le monopole d'une communication dirigée que le pouvoir veut imposer à la place de l'information libre. Ainsi la propagande organisée en dictature de la pensée grâce au financement des médias contrôlées (payeur/décideur) et la répression  de ceux qui sont libres peut travestir le faux produit par l'Etat en vrai unique et dogmatique. 

Or par définition, la Vérité ne peut être le produit d'un système idéologique étatique historique qui par essence est mensonge mais la vision d'une réalité qui s'appelle tout simplement la Vie.

Erwan Castel 

PS: Pour anticiper une censure clôturant ma page FB, je vous invite à vous abonner à mon blog (c'est gratuit) et me rejoindre aussi sur le réseau social VKontakte (https://vk.com/erwan.castel) qui en dépit d'une interface moins conviviale reste un espace largement moins censuré que le champ clos de plus en plus étriqué du sieur Zuckerberg


Article référence : Interview de Francis Cousin (à partir de la 65')

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.