mardi 1 janvier 2019

Un bilan 2018 lourd de 5 années de guerre

La coutume veut que la première page d'une nouvelle année s'ouvre le bilan de celle qui vient de s'achever. Dans le Donbass les 5 dernières années ne peuvent être séparées soudées qu'elles sont par une guerre au milieu de laquelle les femmes et les hommes de cette région russe coincée entre Eurasie et Occident, ont réussi la prouesse non seulement de résister à une agression militaire disproportionnée mais également à bâtir un projet sociétal audacieux qui a donné naissance aux deux jeunes républiques populaires de Donetsk et Lugnask.

Voici un bilan intéressant de l'année 2018 signé Pavlenko Dmitry, pour le média "Tsargrad" :


Erwan Castel

Source de l'article : Tsargrad

Photo: www.globallookpress.com

Comment le Donbass a survécu à la cinquième année de la guerre

Tsargrad propose de rappeler les événements les plus significatifs, les plus brillants et les plus marquants de la vie des républiques populaires du Donbass en 2018


Auteur: Pavlenko Dmitry

L’année sortante 2018 pour le belligérant Donbass a été une année de lutte, d’espoir et de perte amère. Malheureusement, cela n'a pas conduit à la paix tant attendue et à la fin de la guerre, mais parallèlement, l'offensive à grande échelle prévue par les forces armées ukrainiennes n'a pas eu lieu non plus.

"Trêve" intensive et la guerre dans les "zones grises"

C'est ainsi que peut être décrite la situation sur la ligne de contact pendant toute l'année 2018. Malgré les accords de cessez-le-feu signés à Minsk, qui coïncidaient avec les vacances orthodoxes (Noël, Pâques), la saison estivale et le début de la nouvelle année scolaire, la situation restait tendue dans diverses parties du front. Les forces armées ukrainiennes ont procédé à des bombardements et à des provocations constants contre les défenseurs du Donbass. Des groupes de sabotage et de reconnaissance ont régulièrement attaqué, de même que des tentatives de progression dans les "zones grises" afin de réduire la distance qui sépare les positions des belligérants. Ainsi, seulement selon les données officielles de la RDP, à la suite de l'agression militaire de l'Ukraine sur le territoire de la république du 1er janvier au 20 décembre 2018, 161 personnes sont mortes.


Y. Biryukov. Photo: vk.com
Il convient de noter qu’à Kiev, ils n’ont pas nié les faits de violation des accords de Minsk par les forces armées ukrainiennes. Ainsi, le conseiller du président ukrainien, Youri Biryoukov, a déclaré le 26 décembre, à la radio d'une des chaînes de télévision, que le Soviet suprême ukrainien avait capturé la quasi-totalité de la prétendue zone grise. Le centre de presse des "Opérations des forces combinées" a confirmé le message de Biryukov, indiquant que depuis le 1er mai 2018, les forces armées ukrainiennes s'étaient emparées de quatre colonies: Golden-4 (région de Lounysk), Assis sur l'arc de Svetlodar, Bruits et Yuzhnoïe dans la région de Gorlovka .

Il convient de noter que tous ces quartiers étaient sous contrôle ukrainien depuis 2014 et que leur capture «répétée» était plus probablement une manifestation organisée pour les journalistes dans le but d'encourager l'électorat à remporter des victoires imaginaires. Ceci est démontré à la fois par les sources de Constantinople dans les divisions de la RDP et de la LPR, qui sont situées dans les zones de responsabilité respectives, ainsi que par des experts parmi les milices de la première vague.

«Ce sont des conneries. Selon mes données, il n'y avait aucun progrès. Je peux le dire exactement dans les directions Gorlovsky, Svetlodarsky, Dokuchaevsky, dans le sud, etc. », a déclaré l'ex-député du Conseil suprême de la RDP, l'un des fondateurs du mouvement de la République de Donetsk, Oleg Frolov (indicatif Shaman) lors d'une conversation avec Tsargrad.


Selon lui, l'ennemi émet le désir du réel afin d'aggraver la situation, la prochaine vague de sentiments militaristes dans la société ukrainienne et, il est possible, la nouvelle annonce de la loi martiale.

  • "Il ne s'agit que d'une autre information erronée visant à remonter le moral dans les rangs de l'armée ukrainienne », a expliqué à Tsargrad le milicien et homme politique RDP Alexander Matyushin (indicatif d'appel Varyag). - En fait, l'armée ukrainienne n'a pas avancé d'un pas. La seule chose qui a continué à bombarder. Pour ce qui est de la tactique des troupes ukrainiennes, afin d'attirer les médias et de faire sauter leurs propres succès, elles sortent souvent des villages précédemment occupés dans la «zone grise», puis y reviennent, levant solennellement le drapeau ukrainien sous les caméras des médias ukrainiens et relatant leurs victoires mythiques. Ainsi, ce n’était pas une fois dans l’arc de Svetlodar et sur le front sud, où se trouvent de nombreuses petites colonies, qui sont pour la plupart abandonnées par la population locale."
Photo: www.globallookpress.com


"Varyag" a souligné que, dans certaines parties de la ligne de front, l'ennemi renforçait activement ses propres positions et approches minières, ce qui indique une préparation aux actions défensives et l'incapacité dans un proche avenir de mener des actions offensives à grande échelle.


Au même moment, dans la première moitié de mai 2018, les forces armées ukrainiennes occupaient une partie de la «zone grise» dans la zone de Chigirey, un complot de datcha situé dans les basses terres, à l'ouest de Gorlovka. Leur avancement a conduit à une escalade sur ce segment de la ligne de contact et à une intensification des bombardements, qui ont principalement affecté les civils de Gorlovka (région de la mine Gagarine) et de Dzerzhinsk (renommée en 2016 par l'administration ukrainienne professionnelle Toretsk).

  • "L'ennemi s'est déplacé vers la "zone grise", a commencé à bombarder. Pour notre part, respectivement, est également allé otvetku. Les militaires ukrainiens agissent comme des provocateurs, se cachant derrière la population locale," a déclaré Varyag
Nous ajoutons que si nous résumons toutes les «victoires» et les avancées dans le Donbass déclarées par la partie ukrainienne en 2018, il est temps de se demander pourquoi elles sont toujours sous Donetsk et Gorlovka et non dans les banlieues de Rostov et de Voronej.

Porochenko - Photo: www.globallookpress.com

Échec "Blitzkrieg"

En plus de maintenir une tension permanente sur les lignes de front et de tenter de faire avancer les envahisseurs ukrainiens dans les "zones grises", la quasi-totalité de 2018 dans le Donbass a eu lieu en prévision d'une offensive à grande échelle de l'armée ukrainienne.

La menace d'une attaque, d'une part, était associée à des déclarations agressives et à des actions populistes de l'élite de Kiev, telles que l'adoption en janvier de la "Loi sur la réintégration du Donbass", mettant effectivement fin aux accords de Minsk et à la reformatage de la "Opération antiterroriste" du 1er mai. ) dans "L'opération des forces combinées" (EP). D'autre part, on s'attendait à une intensification des actions de l'ennemi en liaison avec les événements en cours au niveau international - élections présidentielles en Russie, Coupe du monde, ouverture de la session ordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies, introduction de la loi martiale dans la majeure partie de l'Ukraine après une provocation dans le détroit de Kertch. Dans le même temps, le commandement de la DPR et du LNR a rappelé à plusieurs reprises que des provocations pourraient précéder le déclenchement des forces armées ukrainiennes,

Heureusement, il n’y a pas eu de grande guerre qui aurait entraîné des pertes humaines et matérielles énormes. Nous notons que  Tsargrad avait précédemment insisté sur le fait que la rhétorique militante de Kiev officielle était trop différente du niveau de préparation actuel du groupe punitif ukrainien dans le Donbass.

Photo: www.globallookpress.com

Comment "Cheburashka" est devenu un cauchemar pour les envahisseurs ukrainiens

Malgré le fait que, pour la quatrième année dans le Donbass, une guerre de positions se poursuivant avec principalement l'utilisation d'armes et d'équipements militaires des forces terrestres, dont l'Ukraine a hérité de l'Union soviétique, il convient de noter l'apparition de certaines innovations techniques.

Ainsi, le 9 mai, lors de la célébration du Jour de la victoire à Donetsk, de nouveaux éléments du complexe militaro-industriel local ont été présentés. Les systèmes de fusées à lancement multiple "Cheburashka" et "Snowflake" créés par des artisans de Donetsk ont ​​fait grande impression. Les installations les plus récentes, dépassant le MLRS Grad et l'ouragan soviétiques utilisés activement dans cette guerre, sont devenues la base des forces de roquettes tactiques de la RPD.

Les débuts au combat de "Cheburashka" ont eu lieu le 22 mai 2018. Lors de la prochaine exacerbation de la situation, le lance-roquettes a frappé les positions des punisseurs ukrainiens dans la zone industrielle d’Avdeyevka, où le commandant de l’unité des forces spéciales de Pyatnashka des forces armées de la RPD, Oleg Mamiyev (appelé Mamaï), est décédé pendant le bombardement.


Nous ajoutons que, selon l'une des versions, le système de propulsion à réaction de la DNR tire son nom du célèbre conteur de 2015, et le porte-parole à temps partiel du Conseil national de sécurité ukrainien, Andrei Lysenko, a déclaré que la Russie avait fourni des systèmes de propulsion au Donbass. "Cheburashka". Selon lui, les obus tirés par cette arme "ne font pas qu'exploser, mais brûlent le terrain avec pour effet de brûler de l'oxygène et de l'air." La déclaration du représentant du régime de Kiev a surpris beaucoup de monde, car les systèmes réactifs portant un tel nom n’existaient jamais. Beaucoup ont laissé entendre que Lyssenko faisait allusion aux lourds systèmes d'injection de flammes de Buratino, qui sont réellement utilisés par l'armée russe, mais ils n'ont jamais été fournis à la RDP et à la LPR. Et maintenant, trois ans plus tard, les combats "Cheburashka" sont devenus une réalité.

MRLS «Snowflake» produite par le DPR lors de l'exposition MIC DPR le 9 mai 2018. Auteur de photo


Année de lourdes pertes

Malheureusement, l'année 2018 ne s'est pas soldée par de lourdes pertes et le Donbass a de nouveau dû faire ses adieux à ses héros et à ses défenseurs.

Ainsi, le 17 mai, lors du bombardement de la zone industrielle d’Avdeevskaya, le commandant de Pyatnashki, Oleg Mamiev, a été tué. Originaire d'Ossétie du Nord, il est arrivé au Donbass parmi les premiers volontaires au printemps 2014. En tant que membre du bataillon «Vostok» et de la brigade internationale «Pyatnashka», il a pris part aux combats contre l'aéroport de Donetsk, Karlovka, Marinovka, Saur-Grave, Yasinovataya, Uglegorsk, Marinka et la zone industrielle d'Avdeevskaya. Selon les souvenirs d'amis et de collègues, «Mamai» se distinguait par son courage, son attitude stricte vis-à-vis de l'ordre et de la discipline et constituait un véritable exemple pour ses combattants. À titre posthume, Oleg Mamiev a reçu le titre de héros de la République populaire de Donetsk.

Le décès tragique du dernier soir de l'été 2018, Alexandre Zakharchenko, premier chef de la République populaire de Donetsk, a été un coup terrible pour les habitants du Donbass. Le chef du jeune Etat est victime d'un acte terroriste organisé par le régime ukrainien au centre de Donetsk. L'engin explosif a été déposé dans le café "Separ" sur le boulevard Pouchkine, où se trouvaient souvent des représentants des plus hautes autorités de la république.  Natalya Volkova, dirigeante de la plate-forme jeunesse de l'organisation publique «Stronghold of Donbass» qui a survécu à l'attaque terroriste lors de l'attaque terroriste, a déclaré à Constantinople que l'engin explosif était au photocellule et avait réagi au visage de Zakharchenko lorsqu'il était entré dans l'établissement.

Photo: vk.com
Le 2 septembre, plus de deux cent mille habitants de la république sont venus faire leurs adieux au premier chef de la RPD. Alexander Zakharchenko a été inhumé dans le cimetière de la mer à Donetsk, non loin de l'endroit où reposent les héros morts de la RPD Arsen Pavlov (Motorola) et Mikhail Tolstoï (Givi).

Malheureusement, au cours de l'année écoulée, les dirigeants politiques et les défenseurs de Novorossia n'étaient pas les seuls à être enterrés. Le pire, c’est lorsque des enfants sont victimes de la guerre. La tragédie qui a secoué de nombreuses personnes s'est produite à Gorlovka le 30 septembre. Trois écoliers âgés de 13 à 14 ans ont été tués après avoir explosé dans une mine située dans une zone forestière près de la ligne de contact au point de contrôle de Mayorsk.

Selon l'ONU, le Donbass reste l'une des régions les plus minées au monde. Et des «cadeaux» mortels cachés dans le pays de Donetsk, même après la fin de cette guerre, constitueront un danger pour les habitants du quartier, notamment les enfants. En 2016, l'auteur du texte a eu l'occasion de visiter l'internat presque avancé n° 3 du district de Petrovsky à Donetsk. L’institution d’enseignement est séparée des positions de l’ennemi à environ un kilomètre de distance par le «green», que l’on appelle communément la «forêt enchantée». Selon les soldats de l'armée de la RPD, la «forêt enchantée» est complètement minée et il est mortel d'y pénétrer. En dépit du fait que le champ de mines commence littéralement à l'extérieur du pensionnat et que les arrivées dans le bâtiment et à côté se poursuivent, le processus d'apprentissage se poursuit.


Changement de pouvoir et réforme politique

Après la mort d'Alexander Zakharchenko dans la RDP, un certain nombre de changements de personnel et de réformes politiques ont eu lieu. Le 7 septembre, le Conseil populaire de la RDP a approuvé la nomination du chef de la République par intérim, Denis Pushilin, et a également désigné l’élection d’un nouveau dirigeant et de députés à la nouvelle convocation du Parlement pour le 11 novembre.

Malgré le fait que, pour une raison ou une autre, des personnalités politiques parmi les personnalités du Printemps russe, telles que Alexander Khodakovsky, Pavel Gubarev, Andrey Purgin, Igor Khakimzyanov, n’aient pas pu participer aux élections, le vote a eu lieu.

Comme prévu, le chef par intérim de la RDP, Denis Pushilin, a été élu. Plus de 60% des habitants de la république ont voté.

D. Pushilin. Photo: vk.com
Le 11 novembre, des élections à la tête du président ont été organisées. Les députés du Conseil populaire de la République populaire de Lougansk, située à proximité, ont remporté une victoire convaincante à partir de Leonid Pasechnik, qui a assumé les fonctions de chef du LPR.
  • «Les élections en RDP et en LPR ont montré que les républiques sont en vie, continuent de vivre et ont fait leur choix. Il reste que les gens sont allés aux urnes et ont voté pour le nouveau président et le parlement, même s'ils ne sont pas parfaits, car des scandales ont déjà été associés à certains députés de la nouvelle convocation », a déclaré Varyag.
Notez que les premiers pas du nouveau chef de la RDP ont été des changements de personnel dans le gouvernement de la république. En particulier, les pouvoirs du chef de la RPD et du Premier ministre ont été divisés, ce qui aurait dû renforcer l'efficacité du travail de l'exécutif. Le 18 octobre, Alexander Ananchenko a été nommé à la tête du gouvernement de la RPD par intérim.

En outre, le nouveau gouvernement a commencé à contrôler les abus commis dans un certain nombre de départements, notamment le ministère des revenus et des redevances, dirigé par un des plus proches collaborateurs de Zakharchenko, Alexander Timofeev («Tachkent»). Malgré l’augmentation des retraites et des salaires, ainsi que la légère baisse des prix de l’essence, la situation socio-économique en RPD et le niveau de bien-être de la population laissent encore beaucoup à désirer.
  • "La chose la plus importante, à mon avis, est que, malgré tous les chocs qui ont eu lieu, les républiques de Donetsk et Louhansk ont ​​résisté et ont conservé leur territoire. En ce qui concerne les réformes en cours, quel en sera l’effet positif ou négatif, nous pourrons juger l’année prochaine," a ajouté Matyushin.
  • "L'espoir le plus important est de mettre fin à la guerre et d'accroître la richesse de la population. Et malgré le fait que cela ne soit pas encore arrivé, nous continuerons à travailler. Après tout, personne ne nous aidera sauf nous-mêmes", a résumé Oleg Frolov.
Alors, que la nouvelle 2019 apporte enfin la vie paisible tant attendue aux habitants de Donbass !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.