dimanche 13 janvier 2019

La preuve par l'image et le criminel

Mise à jour : 14 janvier 2019

Image ukrainienne montrant le camion de la société Eau du Donbass juste avant qu'il ne soit détruit par les tires ukrainiens

Vendredi dernier, 11 janvier, je rendais compte de plusieurs violations du cessez le feu par les forces armées ukrainiennes sur le front du Donbass en ce début d'année 2019, et notamment de la destruction d'un véhicule de service de la société "Eau du Donbass" au Nord de Yasinovataya, au cours de laquelle les 3 techniciens civils ont été blessés. 

Or, la vidéo de ce bombardement, qui constitue non seulement une violation des accords de Minsk mais aussi des conventions de Genève (un plainte a été déposée par la République de Donetsk), apparaît aujourd'hui sur les réseaux sociaux via la chaîne de télévision ukrainienne "1+1" de l'oligarque Igor Kolomoisky, mécène des bataillons spéciaux nationalistes, aujourd'hui en disgrâce auprès du régime de Kiev.


Et cette vidéo ukrainienne corrobore les accusations républicaines à l'encontre des soudards de la 93ème brigade d'infanterie mécanisée car on peut voir que le véhicule pris pour cible, par sa couleur jaune, ne pouvait être confondu avec un véhicule militaire, malgré les commentaires russophobes obligés du journaliste ukrainien couvrant l'événement. 


Voici le très court extrait de la vidéo ukrainienne utilisée pour illustrer
les commentaires de la télévision ukrainienne concernant l'événement. On y voit le véhicule jaune de la société "Eau du Donbass" en déplacement.. puis en feu.
Pourquoi le film est-il amputé de la partie correspondant précisément à celle 
des tirs effectués sur le véhicule ? 
La seule raison valable à cette censure ukrainienne est évidente !
  

A partir de là on peut se demander quelles sont les raisons de sa diffusion qui est une preuve accablante de ce crime de guerre. Manque d'analyse de l'image, provocation supplémentaire, idiotie, discrédit du régime ukrainien par celui qui en a été évincé (Kolomoisky) ? Peut-être tout cela à la fois.

On peut effectivement souligner le fait que révéler au grand jour des violations du cessez le feu du régime Porochenko intéresse à titre de vengeance l'oligarque Kolomoisky (qui n'en est pas moins coupable d'avoir commandité d'autres crimes de son côté), d'autant plus que le présentateur de sa chaîne de télévision "1+1" qui les diffuse n'est autre que Vladimir Zelensky,  célébrité ukrainienne, acteur, journaliste, humoriste... et candidat à l'élection présidentielle de mars 2019. 

Je pense pour ma part que nous avons ici affaire à une arrogance naturelle qui caractérise les criminels lorsqu'ils servent un système au pouvoir commanditaire prétentieux et assurant leur impunité. Et ceci est visible sur les autres théâtres d'opérations extérieures du mondialisme occidental où l'on peut constater chaque jour du traitement médiatique différencié selon que les victimes soient du côté des "alliés" et inadmissibles ou du côté des "non alignés" et négligeables.

L'Ukraine bandériste est certainement aujourd'hui la caricature extrême de cette impunité arrogante des criminels qui chaque jour publient et se vantent de leurs crimes de guerres dans les médias et réseaux sociaux, le plus souvent excités par des politiciens fanatiques qui appellent régulièrement au génocide de la population du Donbass. Dans le même article sus-cité, j'ai d'ailleurs publié d'autres vidéos tournées par les ukrainiens eux mêmes lorsqu'ils tirent au char de combat sur des quartiers résidentiels ou larguent des obus à l'aide de drone sur le front. Même les nazis étaient plus discrets concernant leurs crimes de guerre et violation des traités internationaux !

Voici une précédente vidéo tournée par les ukrainiens eux mêmes
lors de leur destruction près de Dokuchaievsk (25 km Sud de Donetsk) 
d'un véhicule d'évacuation sanitaire, le 22 février 2018 (voir l'article : ici)

Enfin cela constitue ici depuis 5 ans, pour un futur tribunal international, une banque de données à charge déjà impressionnante et qui n'est que la partie émergée d'un iceberg encore caché dans les profondeurs de la guerre.

Erwan Castel
   

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.