mercredi 2 janvier 2019

Les champs ensanglantés

284


Ce dernier mois de l'année 2018, malgré les trêves des vacances scolaires et des fêtes de fin d'année, la terre du Donbass a continué d'ouvrir ses bras à ses défenseurs tandis que leurs âmes dans la mémoire éternelle ont rejoint les rangs du régiment immortel. 

Parmi ces visages dont la liste incomplète ici est déjà trop longue et cruelle figure un Vitaly, un homme au visage serein et lumineux et dont la disparition a choqué notre brigade Piatnashka, en la personne de sa fille Viktoria Akimova, un petit soleil de 26 ans, combattante volontaire dans les rangs de notre unité. 



Mercredi 2 janvier 2019

Lorsque nous apprenons la terrible nouvelle nos attentions se sont naturellement et pudiquement portées vers notre camarade éplorée dont tout le monde ici apprécie sa personnalité sérieuse et charmante à l'humeur toujours souriante. A notre grande émotion cette frêle jeune femme qui a hérité de son père cette indicible clarté d'âme brillant dans le regard, nous a offert un exemple de grandes force et dignité morales devant cette terrible épreuve et qui illustrent à la fois le drame de la guerre brisant des familles dans le feu de la souffrance et le courage qui anime l'inconscient collectif des femmes et des hommes du Donbass.


Vitaly Akimov 20-04-1969 / 01-12-2018

Le vrai Donbass celui qui chante et danse mais aussi celui qui se bat et meure en silence, et lorsque son cœur déborde de rires ou de larmes, il s'exprime loin des logorrhées grandiloquentes des communiqués ministériels avec simplicité et poésie. Car ici la parole est sans intérêt, ni calcul et n'est mue que par l'amour et la souffrance, ces forces qui lorsqu'elles sont assumées donnent à la vie sa pureté et aux cœurs leurs noblesses. 

"Tu sais, j'ai toujours cru en notre avenir sans nuage. Tu a été un ange tendre et sensible qui m'a apporté une bénédiction à tout jamais. Ta lumière m'indiquait le bon chemin et, même pendant les heures les plus sombres, je te savais à mes côtés. Même maintenant, en te regardant dans les yeux, je réalise que la vie entière n'es rien pour moi... si toi, tu n'en fais pas partie. 
Avec amour, ta petite princesse. Je te garderai dans ma mémoire tant que mon cœur vivra, jusqu'à son dernier battement."

Viktoria Akimov (VKontake)  
(Merci à Svetlana Kissileva pour la traduction)

Il semble bien que les tranchées du Donbass soient devenues un terrible labyrinthe où rode le minotaure sanguinaire de la guerre qui réclame quotidiennement sa ration de sang et de larmes. Ainsi dans cette période de fin d'année où traditionnellement les peuples célèbrent dans la paix le retour de la lumière solaire qui fut anthropomorphisée (et donc dénaturée) dans de nombreuses divinités et jusqu'au Christ lui-même, ce messager de paix que l'on fit naître pendant le solstice mais que peu de croyants osent écouter. 

Et ce mois de décembre 2018, une nouvelle cohorte de miliciens ont payé de leurs vies l'amour et la liberté de la terre du Donbass.

Je republie ici la splendide chanson Zhuravli (Журавли) de Mark Bernes qui est dédiée aux soldats morts au champ d'honneur m'associant à la douleur des proches qui ont perdu un être cher dans cette nouvelle guerre européenne qui déchire le Donbass.

Erwan Castel


Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du front


Les grues blanches 

Il me semble, parfois, que les soldats
Qui ne reviennent pas des champs ensanglantés,
Se sont couchés un jour, ailleurs que dans notre terre,
Et se sont transformés en grues blanches.

Depuis lors, et aujourd'hui encore,
Ils volent et nous font entendre leur voix.
N'est-ce pas pour cela que, si souvent,
Nous nous taisons pour regarder tristement le ciel?

Les grues lasses volent en V dans le ciel,
Dans le brouillard, à la tombée du jour,
Et il y a un petit espace dans cette formation,
Peut-être est-ce une place pour moi.

Le jour va se lever et, avec la volée de grues,
Je flotterai dans cette même brume bleuâtre,
En vous interpellant, comme un oiseau, dans le ciel,
Vous tous, que j'ai laissés sur terre.

Il me semble, parfois, que les soldats
Qui ne reviennent pas des champs ensanglantés,
Se sont couchés un jour, ailleurs que dans notre terre,
Et se sont transformés en grues blanches...




1er déc, Vitaly Akimova, 50 ans


08 déc Vyacheslav Lemeshko, 33 ans






9 déc, Denis Efremenko 33 ans


9 déc, Valery Ivanov, 44 ans torturé à mort dans une prison ukrainienne





10 déc, Ruslan Boychenko, 35 ans



11 déc, Sergey Belsky 24 ans 





11 déc, Sergey Gusev, 24 ans


12 déc, Pavel Boulgakov, 58 ans





12 déc, Danil Platonov, 24 ans


13 déc Evgeniy Malchenko 28 ans






15 déc, Alexandre Knyazev, 40 ans


15 déc, Vitaly Berezhnyak, 22 ans





15 déc, Daniel Kedrov, 19 ans



18 déc, Nikolai Georgievich Ryabinin 






29 déc, Ilya Viktorovich Kuznetsov 


29 déc, Nikolai Filippov, 49 ans





Mises à jour :




21 déc, Alexander Bondar, 18 ans


6 déc, Alexander Chebotnikov, 21 ans





7 déc, Alexander Rumyantsev, 44 ans


29 déc, Aliyev Sepikhan, 43 ans







15 déc, Alexander Baranov, 42 ans


6 déc, Alexey Biryulin, 49 ans





15 déc, Andrey Lychko, 43 ans


24 déc, Romana Babichev, 








22 déc, Shtanchenko Alexander, 30 ans


16 déc, Evgeny Kurkin, 33 ans

























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.