lundi 31 décembre 2018

Une trêve encore avortée


Après un refus ukrainien initial exprimé lors de la dernière réunion du groupe de travail de Minsk, il avait été finalement décidé, comme à l'accoutumé, qu'une "trêve des pâtissiers" commençant le 29 décembre à 00h00 et ouvrirait une période de cessez le feu bilatéral pour le temps traditionnel des fêtes de fin d'année (nouvel an et Noël orthodoxe).

Déjà étrange cette habitude en vigueur dans le Donbass que de devoir instaurer des trêves à l'intérieur d'une trêve générale signée à Minsk, A croire que les cessez le feu sont des espèces de matriochkas (poupées russes) version ukrainienne. C'est dire combien ces accords de Minsk, signés dans leur 2ème édition en février 2015 au lendemain du chaudron de Debalsevo, ne sont bien qu'une sanglante escobardie tout comme d'ailleurs ces sempiternels cessez le feu additionnels décrétés tout au long de l'année qui ne dure que le temps de nettoyer les armes !

1h00 ! c'est la longévité pathétique de ce nouveau cessez le feu interrompu immédiatement par des provocations ukrainiennes impunies malgré le fait qu'elles aient été contastées par les observateurs internationaux chargés de "contrôler l'application des accords de Minsk" ("mieux vaut en rire que pleurer").

Quelques exemples de cette fumisterie macabre :
  • 21h00 le 29 décembre : Dans le secteur de l'aéroport de Donetsk, bombardement ukrainien au mortier de 120mm et lance grenade automatique (AGS 17).
  • 00h00 : commencement de la "trêve".
  • 01h00 le 30 décembre : Bombardement ukrainien secteur route de Bahmutka en territoire de la République de Lugansk.
  • 02h00 : Mitraillages et grenadages ukrainiens dans le secteur de Gorlovka (Nord de Donetsk).
  • 12h30 : Nouvellses provocations ukrainiennes dans le secteur de l'aéroport de Donetsk
  • 23h30 : Bombardement ukrainien dans le secteur de Yasinovataya avec mortier de 82mm et AGS17
etc.
Exemple de provocation ukrainienne. 
secteur de Kruta Balka (Front Nord de Yasinovataya)


La situation de ce jour illustre donc bien celle de l'année qui s'achève : violations du cessez le feu et provocations meurtrières de la part d'une armée ukrainienne qui continuent sans relâche a vouloir occuper la zone grise en théorie démilitarisée et sans laquelle le cessez le feu est impossible à faire respecter.

Aujourd'hui les belligérants sont arrivés à une situation qui rend cette guerre de positions  intenable dans la durée. D'un côté des forces de défense républicaines subissent des pressions quotidiennes meurtrières de la part de forces ukrainiennes qui sont arrivées dans de nombreux secteurs à portée de voix de leurs avant-postes, et de l'autre côté des forces ukrainiennes en ordre de bataille déployées sur leurs bases d'assaut et dont l'attente prolongée va rapidement générer un coût logistique, financier et moral insurmontable.

En 2019 une nouvelle phase critique est inévitable, surtout dans le contexte ambiant de la crise en Mer Noire entre Kiev et Moscou et de la course électorale présidentielle ukrainienne qui exacerbent les tensions et les esprits.

Erwan Castel



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.