mercredi 19 décembre 2018

Communiqué présidentiel


Il est rare que la présidence se fasse l'écho des communiqués propagandistes des services de presse des forces armées républicaines, sauf quand il s'agit d'alertes graves avérées et confirmées par plusieurs sources de renseignements émanant des services locaux des partisans en Ukraine et également des services russes qui surveillent attentivement l'évolution de la situation militaire qui sévit à leurs frontières contre un peuple russe.

L'offensive ukrainienne qui menace depuis l'incident de Kertch du 25 novembre dernier le Donbass ne cesse d'être confirmée chaque jour par des préparatifs importants de l'armée ukrainienne au plus près de la ligne de contact du front. Aujourd'hui 2 secteurs sont particulièrement exposés à la menace d'opérations offensives d'envergure de la part de Kiev : 

Au Sud de la RPD, dans le secteur de Novoazovsk devant lequel un groupe d'assaut blindé ukrainien de plus de 12 000 hommes s'est concentré en ordre de bataille

Au Nord de la RPD, dans le secteur de Gorlovka où un autre groupe d'assaut blindé ukrainien fort de 20 000 hommes s'est également positionné en ordre de bataille

(Pour les détails et les objectifs voir les articles précédents)

Le problème pour le régime de Kiev, même si le soutien fanatique des occidentaux russophobes lui est inconditionnellemnt acquis est qu'il lui faut légitimer son offensive et la présenter comme une opération de légitime défense ou de représailles à une agression républicaine ou russe. 

Ce "casus belli" préalable à l'offensive doit émouvoir et horrifier l'opinion internationale, mobiliser les instances internationales contre la Russie et cautionner l'agression de Kiev contre le Donbass. A partir de là il est facile d'imaginer, pour servir de détonateur à l'armée ukrainienne, un massacre de civils réalisé soit par un bombardement chimique direct, soit victimes d'un bombardement touchant un complexe industriel chimique qui pourrait également provoquer une catastrophe environnementale majeure.

Que ce soit à Mariupol où des stocks importants de produits chimiques et toxiques ont été réalisés ces dernières semaines par les forces ukrainiennes, ou à Svitodarsk où des unités spécialisées ukrainiennes encadrées par des occidentaux spécialistes NBC (nucleéaire-bactériologique-chimique) menacent l'usine de Stirol de Gorlovka, plusieurs renseignements confirment les différentes options pour ce false flag de type "Idlib" (Syrie).

Cette semaine le Président de la République Populaire de Donetsk, au vu des preuves fournies par les services de renseignement a fait un communiqué d'alerte dans lequel il appelle les instances internationales a faire pression sur le régime ukrainien pour qu'il ne mette pas sa menace à exécution.

Erwan Castel

Source de l'article : Novorossiya Today

Alerte à la provocation chimique dans le Donbass
Déclaration du Président de la RPD Denis Pushilin

"Les services de renseignement et de reconnaissance d de la RPD ont obtenu de nouvelles données qui confirment la préparation par le régime de Kiev sous la direction des superviseurs occidentaux, d'une provocation à grande échelle contre leur propre peuple, qui pourrait conduire à d'un très grand nombre de victimes.

Les services de sécurité ukrainiens envisagent de mener des actes de sabotage dans des entreprises dont l'activité est sensible pour l'environnement et qui sont situées à proximité de la ligne de front pour en accuser la Russie et les républiques du Donbass. Il s'agit principalement d'entreprises qui utilisent pour leur production le chlore, l'ammoniac et d'autres substances chimiques dangereuses.

Comme une autre option, ils envisagent l'utilisation des agents chimique de combat qui seraient prétendument échappés sur le territoire de la RPD. Nos services disposent des preuves que les Américains ont déjà préparé des fragments des obus enduits des substances chimiques de combat pour rendre crédibles leurs accusations contre la RPD et la Russie. A mon avis, le but de cette provocation est de déclencher des hostilités dans le Donbass pour annuler les élections présidentielles en Ukraine que Porochenko n'a aucune chance de remporter.

L'opération est supervisée par les attachés militaires et les membres des services spéciaux américains et britanniques.

Les officiers du renseignement militaire occidental ont déjà élaboré un plan d'action pour le régime de Kiev en prenant comme modèle la méthodologie élaborée en Syrie. Ils sont en train de constituer en Ukraine une organisation du type des Casques Blancs Syriens qui serait chargée d'apporter des preuves d''empoisonnement de la population à l'aide des vidéos falsifiées pour accuser des forces de la milice républicaine de Donetsk et de Lougansk et de la Russie.

Nous alertons la communauté internationale, l'ONU, l'OSCE ainsi que d'autres organisations humanitaires pour empêcher le déclenchement des hostilités à grande échelle dans le Donbass. Nous ne voulons pas de victimes civiles innocentes."

Le président de la RPD Denis Pouchiline

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.