jeudi 20 décembre 2018

Un fauve prêt à bondir

Char de combat russe T90, aux performances inégalées à ce jour (sauf par l'Armata... russe !)

Commentant la préparation ukrainienne d'une nouvelle offensive majeure dans le Donbass, Sergueï Lavrov, le Ministre russe des Affaires Etrangères a déclaré que les forces armées russes ne laisseraient pas se réaliser de nouvelles provocations à leurs frontières et que Porochenko "recevra une réponse, cela ne semblera pas un peu, je vous assure".

Selon le Président ukrainien Porochenko, Vladimir Poutine (encore lui !) aurait amassé 80 000 soldats le long des frontières avec l'Ukraine (tiens il n'y a donc pas de soldats russes dans le Donbass !) avec quelques 900 chars d'assaut dont 300 situés à 18 km de la frontière ukrainienne, environ 1 400 systèmes d'artillerie dont des lance-roquettes multiples, 900 chars, 2 300 véhicules de combat blindés, plus de 500 avions et 300 hélicoptères etc. etc.

Et le satrape de Kiev de menacer de montrer des photos satellites des concentrations de chars russes à ses frontières (chiche !) ce qui ferait certainement grincer des dents ses parrains occidentaux car l'Ukraine n'ayant pas de satellite il ne peut s'agir que des observations de satellites militaires de l'OTAN espionnant le territoire russe, si cette allégation n'est pas encore un bluff d'alcoolique dont Porochenko est coutumier.

Au delà des rodomontades des propagandistes la réalité d'une force d'intervention russe à portée des frontières ukrainiennes et particulièrement du Donbass n'est pas une chimère sauf qu'elle est déployée dans une hypothèse purement dissuasive en cas d'offensive ukrainienne massive dans le Donbass, auquel elles prêterait immédiatement main forte pour éviter un carnage dans la population civile de Donetsk et Lugansk déjà fortement meurtrie par 5 années d'agression ukrainienne disproportionnée.

Ce sont trois divisions de premier échelon russes qui sont situées à proximité de la frontière ukrainienne, nouvelles divisions héritant de noms de divisions historiques de l'armée rouge et dotées de la technologie moderne militaire la plus récente. Ces divisions d'élite sont venues renforcer le réseau défensif sur ce flanc occidental de la Fédération et particulièrement sensible depuis le coup d'Etat du Maïdan.
  • Ainsi, le 1er décembre 2016, la 3ème division de carabiniers motorisés a été reconstituée et son siège se situe à Valuyki et Boguchar (régions de Voronej et de Belgorod). La garnison et le quartier général à Valuyki (unité militaire 54046) sont situés à environ 45–46 km de la frontière ukrainienne. 
  • Le 3 février de cette année, un nouvel organigramme standard de combat  a été présenté à la 1re Armée de blindés du district occidental ayant son quartier général à Bakovka (Odintsovo, région de Moscou). À l'heure actuelle, il est composé de deux divisions légendaires: le 2e carabinier motorisé des gardes Tamanskaya (le lieu de déploiement est le village de Kalininets, près de Naro-Fominsk, région de Moscou) et le 4e char de garde Kantemirovskaya avec un lieu de déploiement à Naro-Fominsk. Cette 1ère Armée blindée est considéré comme une réserve du district occidental, et si ses centres de commandement sont situés dans la région de Moscou, et qu'elle est rattachée au district militaire de Saint Pétersbourg, elle est en mesure de se déployer très rapidement dans tous les secteurs du front occidental
  • À l'été de cette année, la mise sur pied de la 144ème division de carabiniers motorisés Elninskaya des Gardes, dont le siège est à Smolensk et à Elna, a été achevé. Les parties avancées de la division sont également situées à proximité immédiate de la frontière ukrainienne, à Pochep et à Klintsy, dans la région de Bryansk. 
  • Le 2 décembre de cette année 2018, la formation de la 150ème division mécanisée d'Idritsko-Berlin, dont le siège est à Novotcherkassk, a été achevée, et qui est dotée d'une ville militaire ultra moderne. Cette unité est équipée entre autres des chars de combats T90A et des véhicules de Transport de Troupes BTR80 munis des derniers améliorations technologiques.
Du côté de la force aérienne russe :
  • Le 1er août 2015, la 4ème Armée de l'air et de la défense aérienne a été recréée dans le district militaire Sud et son quartier général se trouve à Rostov-sur-le-Don. Dans sa composition, les forces de l'armée de l'air et de la défense aérienne de la Crimée ont été modernisées en décembre 2018. La 4ème armée de l'air à l'heure actuelle peut être considérée comme la force aérienne de combat russe la plus moderne de Russie. Elle est chargée de la protection des portes Sud : Caucase, Crimée et particulièrement de la zone de Donbass. 
Ce sont donc ces unités de combat russes qui provoquent des cauchemars chez les responsables militaires et politiques ukrainiens et vraisemblablement,s'ils ne veulent pas se suicider tout de suite, vont  dissuader Kiev de lancer une offensive dans le Donbass où pire en Crimée.  

En effet, rien que le premier échelon de ces divisions russes suffit à couvrir efficacement les couloirs offensifs potentiels des 10 brigades ukrainiennes déployées autour du Donbass (6 dans le secteurs Nord et 4 dans le secteur de la Mer d'Azov). Et si cela ne suffisait pas il existe aussi la force de réserve du Caucase Nord capable d'être projetée en quelques heures sur ce front ukrainien.

Lorsque Porochenko évoque les plans d'attaque russes sur Mariupol et Berdiansk, oubliant au passage qu'il s'agirait d'une "contre attaque" pour repousser une offensive ukrainienne le long de la mer d'Azov il pense certainement à la 150ème division mécanisée d'Idritsko-Berlin située à proximité immédiate du Donbass et dont le contrôle de Mariupol, qui en est le port stratégique est effectivement un objectif majeur d'une potentielle contre-offensive russe.

Quant à la Crimée qui est devenue un bastion militaire hors normes, le 22e corps d'armée russe qui en assure la défense est constamment renforcé à chaque escalade militaire provoquée par Kiev et dispose désormais de forces dont le rayon d'action dépasse largement la frontière avec l'Ukraine

Moscou a donc réellement déployé une force militaire offensive réelle aux portes du Donbass où se battent les milices républicaines depuis 4 ans, mais ces unités d'élite de la Fédération de Russie sont d'abord une force défensive de dissuasion qui couvre avec sa portée les territoires de Crimée et du Donbass et peut instantanément appliquer à une éventuelle offensive ou provocation meurtrière ukrainienne un coup d'arrêt décisif et qui serait à n'en pas douter un coup fatal porté au régime de Kiev.


Erwan Castel


Articles références : divers articles du site "Top War" et Top Cor

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.