samedi 29 septembre 2018

La République en danger / 4


Il y a un mois, disparaissait brutalement le Président fondateur de la République Populaire de Donetsk. Depuis la ville est secouée de spasmes de plus en plus inquiétants et violents, qui sont autant de symptômes d'une guerre des chefs en cours pour sa succession  mais au milieu de laquelle des intérêts étrangers et des méthodes d'un autre âge semblent vouloir refaire surface.

En préambule je tiens à préciser que en tant que soldat servant sur le front du Donbass, je suis soumis à un devoir de réserve et surtout reste fidèle à un engagement personnel vieux de 4 ans mis au service de la République Populaire de Donetsk et que je continue à honorer dans les rangs de mon bataillon.

Mais il reste ma réalité humaine qui depuis toujours refuse d'abandonner son sens critique et s'attache être un observateur engagé tourmenté de questions plutôt qu'un partisan fanatique gonflé de certitudes serviles. Dès le lendemain de l'assassinat d'Alexandre Zakharchenko, j'avais évoqué le danger de voir s'installer dans les alcôves du pouvoir de la jeune république une "guerre des chefs" sur fond de campagne électorale dont l'échéance est prévue le 11 novembre prochain. Depuis les événements qui se sont déroulés à Donetsk, en particulier depuis la prise de fonction intérimaire de Denis Pushilin confirment malheureusement mes inquiétudes et même les dépassent largement dans un crescendo de faits qui semblent appartenir à un processus de plus en plus violent qui ressemble chaque jour un peu plus à un coup d'état politique.

Mais la vie et surtout le combat continuent contre les ennemis du Donbass, et les drapeaux toujours en berne de notre caserne nous rappellent à chaque instant où se situe le devoir d'un soldat en guerre.


1 mois après l'explosion du café restaurant "Separ", les images prises par la vidéo de surveillance du lieu sont rendues publiques et témoignent des dernières secondes de vie d'Aleksandre Zakharchenko.


Lorsque Alexandre Zakharchenko diparait dans cet attentat terroriste, le Donbass ne perd seulement un Homme, un Vétéran de la révolution anti-Maidan de 2014, un artisan de la République populaire de Donetsk, un Président respecté par son peuple mais aussi un atlante qui supportait sur ses épaules le rêve de Liberté de ce peuple ethnique jeté par l'Histoire dans un giron ukrainien devenu fou.

Une République en danger !

La première fois que évoqué ce danger c'était avec un point d'interrogation. Aujourd'hui il est devenu point d'exclamation, surtout après la journée de ce samedi 29 septembre ou une série d’événements inquiétants et violents se sont déroulés dans le cadre du lancement par les partis politiques de la campagne électorale du 11 novembre prochain devant désigner le successeur officiel de Alexandre Zakharchenko. 


Il est difficile de tirer des conclusions "à chaud" d’événements inattendus dont certains sont toujours en cours mais la gravité de leurs réalités obligent l'observateur inquiet que je suis de les évoquer ici avant une analyse plus détaillée et argumentée.

2 partis politiques, autres que celui de feu le Président Zakharchenko au sein duquel Pushilin le Président par interim se présente aujourd'hui, tenaient leur congrès au cours desquels des candidats pour les législatives devaient être désignés. 
  • Le Parti "Donbass libre" au sein duquel on trouve comme leader Ekaterina Gubarev l'épouse du candidat Pavel Gubarev s'est vu refuser l'accès au bâtiment pour tenir son congrès, suite à un "coup d'état" interne d'une fraction des membres qui pour écarté Ekaterina Gubareva de l'agora politique ont fait sécession et élu leur propre liste de candidats, laquelle a immédiatement été validé par le média officiel de la République contrôlé par Pushilin. Il est a noter que au cours de ce remue ménage autour du bâtiment barricadé, Ekaterina Gubareva a été neutralisée pendant plusieurs heures avant de réappaitre chez Pushilin qui l'avait "invité" à un entretien...  
  • Dans la foulée le congrès du parti communiste qui se tenait dans le district de Kuyibishevski a été brutalement interrompu par une explosions qui a blessé 4 personnes dont le candidat aux présidentielles Khakimzainov, un ancien ministre de la défense de la république. Là aussi dans une précipitation singulière, les médias officiels lancent la rocambolesque histoire que  Khakimzainov en quête d'un buzz médiatique pour lançer sa campagne serait l'auteur de l'attentat contre lui-même.  Khakimzainov se désiste aussitôt de la campagne présidentielle accréditant plutôt la version d'une menace physique réelleplus que d'un false flag médiatique.
  • Dans le même temps les 7 sites internet gravitant autour du candidat Gubarev sont brutalement fermés...

Bref je pense que dire qu'un " putain de bordel" est en train de s'installer dans le sillage du Président Zakharchenko est un doux euphémisme ! Il faudra encore attendre je pense pour y voir plus clair et savoir qui sont ceux qui tirent les ficelles et surtout ceux pour qui ils travaillent. 

Je crois personnellement et avec optimisme en la volonté et la puissance du peuple du Donbass, mainte fois démontrées au cours de son Histoire en général et depuis les événements du Maïdan en particulier, et je suis intimement convaincu que les femmes et les hommes de Donetsk, qui ont tant souffert et donné depuis 4 ans ne laisseront pas leur rébellion être détournée de ses objectifs, comme tant de révolutions du passé, par une bourgeoisie cupide et apatride.

Erwan Castel


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.