jeudi 1 septembre 2016

Un cessez le feu éphémère...

Les ukropithèques, fidèles à leur trahison criminelle


Certes il serait malhonnête de ne pas reconnaitre une certaine "accalmie" sur le front, consécutive à un accord de cessez le feu convenu entre les participants de la dernière réunion du groupe de contact à Minsk. Cependant sans être pour autant adeptes de Saint Thomas, nombre de personnes ici préfèrent attendre et voir pour y croire, car un cessez le feu doit être jugé dans sa durée et non dans sa promesse.

Ce cessez feu annoncé entrant en vigueur à partir de 0h00 n'est pas le premier (et probablement pas le dernier) de cette guerre qui n'est depuis plus d'un an qu'une succession ininterrompue de violations meurtrières des accords de Minsk, par l'armée ukrainienne. 
Si le début de soirée s'engageait dans une atmosphère calme et quasi silencieuse, quelques heures plus tard, la naturel ukropithèque revenait au galop et ponctuait la nuit de ses bombardements erratiques sur les positions et les zones résidentielles républicaines.

Alors que l'encre de ce nouvel accord n’était pas encore sèche, les unités d'artillerie de Kiev ont déclenché pas moins de 139  tirs sur la République de Donetsk. L'artillerie lourde de Kiev a frappé  encore et toujours Yasinovataya, Spartak au Nord de Donetsk et Sahanka au Sud de la République sur les bords de la Mer d'Azov.

1er septembre soir les combats à Avdeevka


A Lugansk, c'est pire car le silence des armes n'a duré q'une heure, et les forces ukrainiennes ont bombardé au milieu de la nuit les secteurs de Logvinova, Kalinovka, et Lozove sur les ordres de Commandant d'unités décidé à ne pas respecter les ordres de cessez le feu comme le Colonel Gorbatyuk commandant la 54ème brigade d'artillerie ukrainienne.

Il faut également noter qu'un nouvel attentat terroriste a eu lieu, cette fois en république de Lugansk contre le monument militaire dédié aux défenseurs du Donbass.



Cet attentat est doublement symbolique, car il vise un monument célébrant la défense du Donbass et est perpétré le jour d'un cessez le feu déclaré. Cela montre bien que la volonté d'arriver à une résolution pacifique du conflit est est loin d'être unanime. 

Par ailleurs, tant en République de Lugansk que de Donetsk, de nouvelles unités ukrainiennes  d'artillerie et d'assaut sont repérées se déployant au plus près de la ligne de front. Par exemple, dans le secteur de Volnovakha (au Sud de Donetsk) près du village de Kamenka à quelques kilomètres de la ligne de contact ont été identifiés 6 véhicules de combat d'infanterie et des véhicules blindés, dans le village de Granite à 500 mètres de la ligne de front ukrainienne, 3 obusiers tractés de 122 mm (D30), 8 véhicules blindés, 1 section d'infanterie et 5 camions avec des munitions ont été observés.

Il y a un risque élevé que les forces ukrainiennes comme les précédentes fois profite de cette trêve pour réorganiser tranquillement le déploiement de leurs unités de combat au plus près des bases d'assaut.

Le précédent cessez le feu intervenant après la signature des accords de Minsk avait été conclu le 1er septembre 2015 (par rapport à la rentrée scolaire comme celui de cette année) n'avait guère duré plus longtemps, et aujourd'hui, la poursuite des tirs et les renseignements rapportant les préparatifs et déploiement des unités ukrops sur la ligne de front des Républiques ne laissent pas envisager pour 2016 un autre scénario que celui de nouvelles violations débouchant sur une grande opération offensive.

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.