samedi 1 février 2020

Ils ne veulent pas lâcher leur proie


Sur fond d'affaire américano-ukrainienne* ayant servi de détonateur à la procédure de destitution du président Trump espérée par les démocrates, Mike Pompéo, le secrétaire d'Etat étasunien ( et ex Directeur de la CIA) est venu visiter à Kiev le président ukrainien Zelensky, cette marionnette occidentale qui vient de relancer une nouvelle escalade militaire meurtrière sur le front du Donbass.

"Le soutien des USA à l'Ukraine ne va pas fléchir" a immédiatement déclaré Pompéo à Zelensky, prouvant s'il en était encore besoin que derrière le théâtre politicien des affrontements entre démocrates et républicains, l'administration étasunienne maintient la cap défini par le pouvoir profond de la ploutocratie mondialiste qui dirige de fait la plupart des pays occidentaux. 
  • Donc les aides militaires étasuniennes à l'effort de guerre contre les russes du Donbass, à la modernisation de l'armée ukrainienne, sa normalisation en vue d'une intégration promise dans l'OTAN, sa participation déjà effective aux opérations de l'alliance occidentale et la création de bases et infrastructures atlantistes en Ukraine vont donc continuer de plus belle !
  • Sur le plan politique, le soutien étasunien - et donc occidental - au régime de Kiev est maintenu dans une doxa belliciste russophobe. Pompéo réitérant à Kiev "l'engagement inébranlable des USA pour son intégrité territoriale et sa souveraineté", Toutefois ce soutien reste dans les faits très prudent et hésite par exemple à livrer des armes offensives à Kiev, ce qui serait un franchissement inacceptable de la ligne rouge fixée par Moscou.
  • Ainsi, l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), oubliant qu'elle n'a aucun pouvoir législatif, semble avoir réintégré la Russie que pour mieux la sommer de rendre la Crimée à l'Ukraine et de cesser de soutenir les séparatistes du Donbass, au milieu d'un fatras de d'accusations de non respect des Accords de Minsk, des Droits de l'Homme, en passant par le MH17, j'en passe et des meilleures...


Et on peut observer, en ces temps de crise systémique générale, la convergence du capitalisme mondialiste, de l'idéologie cosmopolite sans oublier l'universalisme paulinien dans une croisade eschatologique contre la Russie, cette terre du milieu qui résiste à leurs hégémonies coupables de tant de croisades, colonialismes, et guerres modernes qui sèment le chaos depuis des siècles parmi les peuples refusant les esclavages religieux, politiques ou économiques d'un totalitarisme protéiforme d'une pensée unique occidentale malade.

Et dans la folie de son vampirisme mondialiste, le libéralisme occidental moribond entretient sur les marches des empires lui résistant des meutes d'auxiliaires fanatiques, que sont les bandéristes ukrainiens ou les salafistes wahhabites par exemple, qui tirent sur leurs laisses comme des chiens enragés et les idiots utiles qu'ils sont.

Erwan Castel


  • * "affaire politico-judiciaire commencée en septembre 2019, après qu’un lanceur d'alerte de la communauté du renseignement des États-Unis a révélé le contenu d'une conversation téléphonique au cours de laquelle le président américain Donald Trump a demandé au président ukrainien Volodymyr Zelensky de faire déclencher une enquête sur Hunter Biden, fils de Joe Biden, ancien vice-président et candidat à la primaire démocrate en vue de l’élection présidentielle américaine de 2020. Le 24 septembre 2019, Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, lance une procédure de destitution contre le président Trump (impeachment)."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.