dimanche 22 juin 2014

Manifestation de soutien au Donbass à Paris




Bonjour à toutes et à tous,

Tout d’abord, je vous prie d’excuser mon absence, mais 9700 kilomètres me séparent encore pour quelques semaines de ce pays, le Donbass, qui vient d’être frappé par une barbarie venue d’un âge que chacun croyait révolu.

Très peu certainement me connaissent, mais je me suis efforcé de rester un observateur attentif des séismes géopolitiques qui secouent le monde, particulièrement depuis la fin de la guerre froide dont on s’aperçoit aujourd’hui, sans toutefois la regretter qu’elle entretenait bon an mal an un équilibre des blocs en présence.

A la chute du mur on a pu assister observer un expansionnisme libéral débridé qui profitant de l’effondrement de l’URSS, s’est lancé sans vergogne à la conquête des marchés et des ressources énergétiques mondiales, utilisant la moraline des « droits de l’Homme », de la « démocratie » ou de la sainte « guerre antiterroriste » comme un cheval de Troie pour défaire des régimes, certes autoritaires, mais dont la principale faute était leur insoumission au Nouvel Ordre Mondial…

Il n’est pas besoin ici d’égrener la longue liste des pays déstabilisés voire détruits depuis 1990, par cette étrange stratégie du chaos menée par les faucons de Washington et leurs laquais de l’Union Européenne, nous les connaissons tous, de l’Irak à la Syrie, en passant par le Kosovo ou l’Afghanistan. Après un interventionnisme direct mais coûteux, des « révolutions colorées », mais n’aboutissant pas à une inféodation totale au système, les USA ont optés pour une stratégie du chaos hallucinante et hasardeuse, où l’immoralité des intérêts économiques réalise des mariages politiques contre nature entre les démocraties (mais le sont-elles vraiment) et des extrémistes qui mènent leur guerre par procuration.

Un nouveau choc de l’Histoire est ainsi venu frapper l’Europe en son épicentre historique ukrainien. Le masque du Maïdan est tombé rapidement révélant le visage hideux d’un totalitarisme ethnocentré s’appuyant, à l’image des takfiristes en Syrie, sur des groupes néo nazis, venus d’un autre âge.

Les images et les témoignages, qui traversent le blocus médiatique font naître en moi un sentiment étrange de honte et de révolte, car ce conflit révèle l’asservissement de l’Europe réduite à une vassalité financière, mais surtout l’effondrement des valeurs fondatrices d’une civilisation millénaire rayonnante menant l’Homme vers l’excellence de sa nature.

Dans le Donbass, des femmes et des Hommes d’Honneur se sont levés, refusant l’abjection d’une dictature ethnique, au service d’intérêts militaro-industriels étrangers. Humiliés, bombardés, assassinés par les soudards de Kiev, les fédéralistes sont devenus séparatistes et animés de leur seul courage et volonté de vivre libres sur leur terre, ont engagé un combat acharné pour la survie de leurs familles et de leur Histoire.

Ce conflit n’est pas un conflit régional, il est le combat de tous les peuples d’Europe, c’est celui de la multipolarité contre l’unipolarité, de la diversité contre l’uniformité, de l’excellence contre la médiocrité, de la liberté contre l’esclavage.

Si nous ne nous réveillons pas, les rebelles du Donbass seront peut-être les derniers européens de l’Histoire. Nous avons le devoir de les soutenir, chacun comme il le peut, selon ses moyens et ses compétences. 

Ne nous méprenons pas, la guerre est déjà arrivée dans nos foyers douillets, par le cynisme de nos dirigeants, l’ignominie mensongères de nos médias, et l’anesthésie décadente du cirque footballistique… « panem et circenses »

Avant de pouvoir vous rejoindre, j’ai voulu « libérer la Vérité » autour de moi, via les discussions et les réseaux sociaux, misérable résistance je l’avoue, à côté de celle menée dans les ruines de Slaviansk. 

Mais depuis plusieurs jours les cris d’alerte jetés dans les abysses virtuels d’Internet, voient revenir des échos puissants, informations venant de la Novorossiya bien sûr, mais aussi relais dans tous les pays d’Europe… et je me permets de ne pas parler que du modeste groupe que j’essaye d’animer, mais de tout le réseau solidaire qui s’est levé pour dire non à la guerre honteuse et barbare qui mène un génocide sur notre sol européen.

Les milliers de voix qui s’élèvent de l’Islande à la Turquie, mais aussi aux antipodes, aux Amériques, en Afrique, ou en Asie, montrent qu’une résistance existe et qu’il est possible de briser le blocus médiatique. 

Les combattants du Donbass quant à eux nous montrent, sans le vouloir le chemin de l’Honneur, rejoignant dans leurs combats les héros homériques qui sont les racines communes de nos destins européens…

Je pense que dans l’Histoire de la grande Europe il y a aura l’avant et l’après Novorossiya .

A jamais, respect à la rébellion du Donbass !

Erwan Castel, Cayenne le 21 juin 2014


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.