samedi 21 mars 2020

Solidarité et discipline, l'exemple chinois



Dans l'hôpital de Donetsk où je suis toujours soigné de ma blessure, et malgré l'absence de cas d'infection sur le territoire de la République Populaire de Donetsk, les mesures préventives face à l'épidémie du Coronavirus ont déjà fait leur apparition: masques, distanciation physiques, nettoyages répétés des surfaces communes (tables poignées de porte etc...), tandis que les autorités ferment les frontières avec l'Ukraine impactée par le Covid19.

Les épidémies bornent l'Histoire humaine depuis l'Antiquité laissant pour nombre d'entre elles les traces des chocs psychologiques collectifs qu'elles provoquent telles, la peste noire, le choléra, la fièvre Jaune, ou la grippe espagnole pour n'en citer que quatre anciennes. Plus récemment des épidémies graves ont menacé et menacent encore notre monde moderne : Sida, Ebola, SRAS etc... mais jamais le monde n'avait autant paniqué qu'avec cette nouvelle forme de coronavirus, le "Covid19", une épidémie apparut en Chine et qui se transforme en pandémie depuis quelques semaines.

Depuis le début de l'année, un vent de folie règne autour de ce nouveau virus qui provoque sur la toile médiatique et internet une "expertodémie" délirante d'observateurs qui, depuis les agitateurs d'hystérie annonçant une apocalypse organisée aux anesthésistes du déni prétendant que c'est une épidémie banale, noient tous l'information et la réflexion véritables sous une avalanche de spéculations dogmatiques sans autre fondement que des hypothèses émotives et non vérifiées...

Pour ma part, au milieu des théories qui s'entrechoquent, des réactions diverses des gouvernements qui réagissent au gré de leurs compétences et responsabilités, ou de leurs priorités politiques et surtout économiques, j'essaye d'observer justement les émotions que provoquent cette crise sanitaire et qui révèlent dans la quasi majorité des peuples occidentaux aliénés à l'idéologie capitaliste une profonde crise anthropologique du monde moderne...


Pourquoi cette nouvelle épidémie suscite t-elle tant d'émotions ?

Le Covid 19 provoque une monopolisation de l'information que je trouve pour ma part beaucoup trop émotionnelle mais qui s'explique entre autres parce que :
  • Les états-nations asservis craignent que cette crise sanitaire fasse définitivement se crasher un système économique artificiel déjà vacillant, sur lequel repose tout le pouvoir et les privilèges de la ploutocratie mondialiste.
  • Les individus aliénés à la marchandise craignent que les conséquences sociétales de cette épidémie bousculent un bien être consumériste, reposant lui aussi sur des plaisirs et des libertés artificielles égoïstes.
Paradoxalement, ce virus s'est répandu avec fulgurance grâce à une modernité qui prétend pouvoir vaincre toutes les menaces sanitaires... jusqu'à défier la Mort elle-même, et il est aujourd'hui ce grain de sable qui bloque la vanité mondialiste jusqu'à pousser de sa pichenette son système mondialiste au fond du gouffre de sa propre démesure. 

Nous risquons de payer le prix fort d'un libéralisme mondialiste qui, de productions délocalisées en productions abandonnées, a sacrifié la sécurité à la rentabilité. L'homme capitaliste a poussé la marchandisation du monde jusqu'à marchandiser sa propre santé et sa novlangue ne parle t-elle pas d'ailleurs de "capital santé" ?

Au premier abord, les dégâts infligés au système économique ultralibéral par le "Covid19", ce détonateur précipitant une dépression inévitable d'un système malade de lui-même, devrait réjouir les antimondialistes dont je fais partie et qui ne désirent que la fin de cette ploutocratie esclavagiste qui vampirise la Vie pour ses intérêts élitistes. Mais comment peut-on se réjouir d'une situation qui provoque tant de peur et de souffrance au sein des populations qui ici subissent une double peine de la part d'un système mondialiste amoral. 

Peut-être est-ce effectivement le premier acte du crépuscule de la marchandise, mais pour que les peuples européens soient prêts à en payer le prix pour mieux y survivre, il faut qu'ils regardent aussi et surtout, avant cette gouvernance du chaos qui les asservit, leur propre dégénérescence anthropologique organisée par l'aliénation à la marchandise et à l'idéologie du progrès occidentales et qui est une aggravation des crises diverses les frappant !


La pandémie de l'individualisme 

Car si le Covid19 tuent les personnes, l'individualisme lui tue les peuples occidentaux et les statistiques de cette épidémie nous le montrent de façon flagrante, car de mêmes niveau de développement technologique et sanitaires ce sont les pays ayant conservé le plus une culture de solidarité et d'obéissance à l'autorité qui ont le mieux combattu ce coronavirus, bien qu'ayant été les premiers à en subir le choc !

Sur ces courbes on voit sur une même échelle de temps les résultats des mesures engagées par les gouvernements et leurs populations contre le Covid19. 

En effet, la pensée unique qui formate depuis 2000 ans les populations occidentales s'appuie principalement, pour mieux les asservir, sur les concepts de l'individualisme de l'âme, du corps et de la conscience, faisant disparaître ainsi progressivement - surtout depuis l’avènement de la bourgeoisie au sein des monarchies et des démocraties - tous les corps sociaux intermédiaires qui donnaient des identités collectives charnelles aux individus (familles, communautés, corporations, provinces, armée,...) et constituant à la fois l'ossature de la nation et l'émanation d'un pouvoir politique qui doit les protéger autant que les individus.

Mais voilà, la bourgeoisie rampante n'a eu que de cesse que de détruire ces corps sociaux intermédiaires, pour atomiser les peuples en troupeaux d'individus au service de maîtres de plus en plus privilégiés. Et cet individualisme qui gangrène les sociétés occidentales légitime des comportement de plus en plus égoïstes et qui explosent justement dans ces moments de crises comme celles provoquées par une guerre ou une épidémie...

Je ne rentrerai pas ici dans les polémiques stériles et inopportunes de savoir si le port du masque est utile, si le confinement est vraiment nécessaire, si les frontières doivent être fermées etc etc... mais plus sur des notions de solidarité et de discipline qui elles seules permettront de ralentir l'épidémie, donc de l'étaler dans le temps, donc d'éviter une saturation des ressources sanitaires et donc de diminuer le taux de mortalité du virus.
Le temps des polémiques, des tribunaux et des têtes qui tombent viendra après la tempête sanitaire...

Je veux juste souligner que l'éthique est plus importante que la politique car elle en constitue le socle protégeant sous les piliers de leurs devoirs collectifs les libertés des peuples, et ceci contrairement aux futiles et égoïstes de "droits de l'Homme" qui détruisent le système immunitaire des nations. Si les devoirs collectifs n'excluent pas et même encouragent les individuations au service de la communauté, en revanche les droits égoïstes, par l'individualisme provoqué mettent en danger l'existence mêmes des peuples, d'autant plus qu'il s'inscrit dans un paradigme universaliste fantasmé.


Solidarité et discipline

Solidarité et discipline sont les piliers des peuples qui veulent se protéger des agressions extérieures diverses frappant leur territoire, et ces deux qualités sont absolument incompatibles avec l'individualisme qui au contraire amplifie les dégâts provoquées par les catastrophes naturelles, les guerres, les crises sanitaires etc...

Certes je peux comprendre aisément que les ordres donnés par le gouvernement Macron soit instinctivement remis en cause par des français exaspéré par son arrogance et son inaptitude liberticides, mais il y a aussi cet individualisme occidental hérité qui renforce ce comportement rétif instinctif vis à vis d'une autorité dont le laxisme et l'irresponsabilité ne font que l'exacerber.

Aujourd'hui la Chine qui a maîtrisé l'épidémie, sans toutefois la vaincre totalement le virus, vient en aide des pays européens touchés de plein fouet par ce Covid19. Un bel exemple de solidarité internationale de la part d'un pays durement touché par la crise et que continue de stigmatiser aux USA un Trump débordé par le problème...

La Chine, comme beaucoup de pays asiatiques a su conserver en général des traditions et une fierté collective qui provoquent des comportements de solidarité désintéressée dont les exemples quotidiens foisonnent. Par ailleurs l'Histoire politique du pays a cultivé dans les populations chinoises une discipline collective vis à vis d'un pouvoir que l'on peut certes critiquer, mais qui a toujours garanti en retour à tous ses citoyens un cadre minimum de protection sociale et sanitaire, d'éducation, de développement, et de sécurité. 

 Un banal accrochage de la circulation dans une ville chinoise où les
usagers bloquent et sécurisent le carrefour le temps de ramasser et 
remettre les pommes éparpillées à leur propriétaire secouru. 
Imaginons le même incident dans une capitale occidentale ...

Côté occidental, nous observons que l'Europe de l'Ouest (pour le moment) est devenue le principale foyer de la pandémie de "Covid19", et ce malgré des moyens sanitaires parmi les meilleurs au monde, malgré le fait que les gouvernements étaient prévenus depuis plus d'un mois de l'arrivée du Covid19, et surtout malgré un retour d'expérience inestimable d'une République Populaire de Chine dont les méthodes et les sacrifices devraient être pris un peu plus au sérieux par les donneurs de leçons occidentaux. 

Aujourd'hui Pékin, qui continue à lutter contre le virus dépêche des moyens matériels et des spécialistes médicaux vers les pays européens les plus touchés, notamment l'Italie qui aujourd'hui l'a dépassé en termes de mortalité enregistrée.

Un médecin chinois venu apporter son expertise sur le front italien du 
"Covid19" dénonce le manque de discipline et de conscience collectives des 
populations: "Les transports publics fonctionnent encore, je continue de voir 
des gens se rassembler, beaucoup n'ont pas de masque..." 

Les pays qui aujourd'hui, se défendent le mieux contre l'épidémie, sont ceux qui ont conservé un esprit d'entraide de partage et de défense d'un bien commun qui s'appelle la nation. Alors que pendant des années les occidentaux, poursuivant frénétiquement leurs chimères libertaires ont craché sur l'idéologie de systèmes communistes certes critiquables dans ses déclinaisons politiques, on peut cependant observer aujourd'hui les résultats de ces communalismes et collectivismes qui leur ont survécu, même après l'effondrement de l'URSS. Les consciences et pratiques d'un collectivisme patriotique hérité et/ou de traditions identitaires préservées, ont pour conséquence de mieux préparer les peuples à une défense collective, qui reste la seule réaction efficace face à une menace nationale.

Mais la faiblesse de l'Occident face à ce qui n'est qu'une nouvelle épidémie historique ne fait que confirmer que l'idéologie esclavagiste qui l'a créé et système économique dans lequel elle a muté sont bien arrivé en fin de cycle... Aussi plus que jamais, face à ce Covid19 qui n'est qu'un des détonateurs du chaos à venir, les peuples occidentaux doivent changer de paradigme car le libéralisme par sa dictature de la marchandise les entraînant dans un individualisme consumériste suicidaire ne provoquera pas seulement un effondrement économique du système mais aussi une extinction civilisationnelle tant que l'Europe ne se débarrassera pas de son exuvie occidentale. 



Pour finir avec cet ouest européen qui reste dans mon cœur même après mon passage à l'Est, je tiens à saluer le courage et l'abnégation des personnels de santé qui en Italie, Espagne, Allemagne ou Bretagne font face à cette 2erme explosion mondiale du Covid19 et dans un contexte politique et logistique et un comportement citoyen visiblement  beaucoup moins favorables que ceux dans lesquels leurs collègues chinois ont pu encaisser et repousser le 1er choc viral. 
Ces femmes et ces hommes sont les contre-contre-exemples et exceptions confirmant cette présente réflexion. Ils sont l'incarnation d'un service à la personne dont le courage devient aujourd'hui héroïsme et sacrifice. Ces femmes et ces hommes en.blouse blanche sont bien plus que des soignants qui sauvent des vies humaines, ils sont les soldats qui défendent les valeurs de solidarité et de combat qui ont fondé notre dignité humaine.

Dans le Donbass, les citoyens de la République Populaire de Donetsk que je connais n'ont pas attendu l'arrivée du Covid19 pour anticiper et commencer à faire des réserves alimentaires petit à petit pour ne pas provoquer de pénurie alimentaire, pour eux mais aussi pour les personnes âgées isolées de leur quartier, conscients tout simplement de n'être pas seuls mais au contraire solidaires des autres citoyens de leur pays.

Et lorsque les autorités de la République Populaire de Donetsk ont amorcé les mesures contraignantes pour se préparer au choc viral, non seulement ici personne ne les a jugé "liberticides" mais les a au contraire mis immédiatement en application non pas dans un réflexe bête et craintif, mais dans une discipline volontaire basée sur une confiance mutuelle et un sens commun partagé. 

Mais pour cela il faut aussi un pouvoir responsable, fort et exemplaire, autant que des citoyens cultivés et patriotes mais aussi avec attention solidaire internationale sincère et non simulée,  autant de qualités qui côté occidental sont loin d'être à la mode.... mais ceci est un autre débat.

Erwan Castel

Hôpital de Gorlovka, au Nord de la République Populaire de Donetsk, à l'heure du Covid19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.