lundi 12 janvier 2015

Mais où est Charlie ?

Des gerbes de fleurs à Paris et de sang dans le Donbass 

Bombardement au phosphore sur Donetsk le 11 janvier 2014
Tandis que les maîtres et les laquais occidentaux montraient leur dernier satrape, venu danser à Paris, bouquet de fleurs à la main, sur l'émotion bafouée d'un peuple blessé par la barbarie, les soudards ukrainiens reprenaient de plus belle leurs bombardements sur la population civile du Donbass. 

Avec une intensité qui n'avait pas été connue depuis la grande offensive de juillet 2014, les secteurs de Gorlovka et Kubishevsky au Nord de Donetsk ont été touché par des bombardements violents dont certains au phosphore, et visant délibérément les quartiers résidentiels. Le décompte des victimes n'a pas encore été fait.

Mais ces bombardements ne sont pas isolés, initiatives individuelles de soudards incontrôlés, ils s'inscrivent bien dans une recrudescence d'activité observée sur l'ensemble de la ligne de front démontrant une stratégie  coordonnée prise en haut lieu. Les accords signés à Genève, puis à Minsk, et dont on peut se demander s'ils ne concernent pas un autre conflit dans le monde tant ils n'ont jamais été respectés, sont tellement bafoués qu'ils semblent aujourd'hui passés dans le domaine de l'utopie infantile..

Porochenko est venu à Paris comme un faquin sans foi ni loi, paradant au milieu des vampires et des rodomontades politiques. Le cynisme du cirque joué à Paris n'a d'égal que la barbarie déchaînée dans le Donbass et si le maître de Kiev a confirmé toute l'abjection de sa personnalité, il a marqué par sa présence du sceau de l'opprobre les 


Erwan Castel


Graham Philipps sous les bombes




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.