mercredi 22 juillet 2020

Une menace concernant toute l'Europe



Tandis que se profile chaque jour un peu plus la sortie prochaine de Kiev des accords de Minsk, les forces ukrainiennes poursuivent leur guerre d'attrition contre les positions défensives républicaines et leur terrorisme contre les populations civiles des républiques de Donetsk et de Lugansk. 

Ainsi par exemple de ce quartier en ruine de Veseloye, à l'Est de l'aéroport de Donetsk dans le quartier d'Oktyabrsky, qui a été à nouveau bombardé le 21 juillet par des mortiers de 120 mm ukrainiens. Sous les bombardements qui n'ont heureusement pas fait de victime parmi les familles restantes dans ce quartier bombardé, une maison a été frappé de plein fouet et a été détruite par l'incendie provoqué.

A minuit, les pompiers continuaient, sous la menace de nouveaux tirs ukrainiens à lutter contre le feu.






21 juillet, Incendie d'une maison bombardée par les forces
ukrainiennes à Veseloye, dans le quartier d'Oktyabrsky.

De nombreux secteurs résidentiels républicains sont ainsi pilonnés quotidiennement par l'artillerie ukrainienne qui force les familles à se précipiter plusieurs par jour et nuit, dans leurs caves. Depuis leurs habitats, les résidents de Golubovkoye, Aleksandrovka, Sakhanka, Dokuchaiesvk, Yasinovataya, Elenovka partagent chaque semaine sur les réseaux sociaux des vidéos et témoignages des bombardements et mitraillages subis. 

Depuis une semaine le quartier Komsomolets de Gorlovka est 
quotidiennement bombardé par l'artillerie lourde ukrainienne

Sur le front militaire, les forces ukrainiennes continuent le bombardement systématique des positions défensives républicaines, au cours desquels leurs unités d'infanterie poursuivent le déplacement de leurs postes avancés dans la zone neutre dite "grise" située entre les 2 lignes belligérantes (et que les accords de Minsk demandent à ce qu'elle reste démilitarisée sur une largeur minimale de 2 km). Aujourd'hui environ 70% de cette zone grise ont été grignotés par les forces de Kiev le long des 460 kilomètres du front, provoquant de multiples zones de contact avec les défenses républicaines (moins de 500 mètres) où le cessez le feu est techniquement impossible à réaliser.

Juillet 2020, bombardement ukrainien d'une position défensive 
républicaine sur le secteur de Donetskoye (front de Lugansk).
Localisation du bombardement ukrainien

"Retour d'expérience" de l'incident de Zaitsevo

Ces pressions offensives de l'artillerie ukrainienne s'accompagnent ponctuellement d'opérations au sol menées par des groupes de reconnaissance ukrainiens tentant d'approcher les avant-postes républicains. Au cours de la première quinzaine de juillet 2 missions de reconnaissance offensive ont ainsi été menées  par des "DRG" (groupe de diversion et reconnaissance) ukrainiens dans les secteur de Zaitsevo (Nord Gorlovka) et Shirokino (Ouest Novoazovsk). Les 2 missions ukrainiennes se sont soldées par des échecs sanglants (3 morts à Zaitsevo, 2 morts à Shirokino), mais où la propagande de Kiev a tenté d'inverser la responsabilité sur les forces républicaines accusées même de crime de guerre dans l'incident de Zaitsevo que je rapportais ici le 17 juillet dernier 

Or depuis les aboiements diffamatoires de Kiev - et qui ont bien entendu trouvé un écho jusque dans l'UE - accusant les républicains d'avoir tué un "médecin" sur le front, la vérité a rapidement été révélée lors de l'évacuation des corps des soldats du champ de mines où ils sont tombés le 13 juillet soir. 

Sur les trois "ukrainiens" tués il y a donc bien un mercenaire étasunien, Sean Fuller,  et un mercenaire du Belarus naturalisé estonien, Nikolaï Ilyin, qui tenait (peut-être) aussi les fonctions de "médic" en plus de celles d’éclaireur du groupe de reconnaissance piégé dans le champ de mines devant Zaitsevo. Nous sommes bien loin de la version ukraino-occidentale du "médecin sciemment assassiné par des terroristes pro-russes" et pour preuves de sa fonction militaire première, son armement et équipement de combat camouflé qui sont incompatibles avec ses prétendues qualité et mission médicale décrites par Kiev.

Après 2 premiers corps récupérés les 15 et 17 juillet
le troisième corps des tués ukrainiens à Zaitsevo a
été récupéré pour sa restitution par les républicains.
Observer au passage qu'ici les secouristes de la RPD 
ne sont pas armés et identifiés par des gilets et 
marquages vestimentaires réglementaires.

Parallèlement à cet incident militaire marquant une nouvelle violation ukrainienne des accords de paix et démontrant le mensonge éhonté de la propagande de guerre ukraino-occidentale, la qualité étrangère des soldats de la 35ème brigade ukrainienne tués ce 13 juillet à Zaitsevo souligne l'implication occidentale dans le conflit du Donbass, notamment via les mouvances nationalistes radicales qui envoient leurs militants faire des safaris contre les républiques de Donetsk et Lugansk pour un retour sur expérience.

Regardons qui était cet innocent "médecin ukrainien" victime d'un crime de guerre républicain sur le front de Zaitsevo :

Un "médic" bardé de perfusions calibre 5,45mm et qui se révèle être en fait un mercenaire occidental venu dans le Donbass mettre au bout d'un fusil son suprématiste blanc au service d'une stratégie atlantiste russophobe. 

Et sur le corps de ce Nikolaï Ilyin, on a retrouvé et son armement et ses papiers et même son téléphone (ce qui montre le niveau professionnel 0 du de ce "spécialiste") dont les données téléphoniques offrent aux services républicains non seulement des infos militaires (dont la liste nominative des effectifs du bataillon) mais aussi son idéologie et ses motivations. 

Ainsi, apprend t-on via le réseau Telegram "Joker" que ce crétin est venu dans le Donbass faire la guerre "contre un troupeau de porcs ukrainiens, qui doit être mis à l’étable. Ce sont des putains de dégénérés. Ils ont besoin d’un maître blanc."

Il serait malhonnête de réduire cette mentalité à un "néo nazisme" seulement condamné. Car elle est malheureusement celle de la majorité des nationalistes radicaux européens qui fleurissent à nouveau dans des réactions, primaires, viscérales et surtout débiles aux crises migratoires et religieuses organisés par une ploutocratie mondialiste qui reste ainsi hors de portée d'une rébellion sociale globale (voir à ce sujet l'article précédent)

Associer ce type de mentalité détestable et criminogène aux seuls occidentaux qui viennent se battre aux côtés des "ukrops" contre les républiques du Donbass est une connerie propagandiste que certain français(e) autoproclamés "journalistes" pour ne pas éclabousser leurs sponsors communautaristes français dont certains affairistes sont même venus à Moscou défendre une vision libérale revendiquée. Parmi ces nationalistes francais ayant choisi d'être russophile par pure poutinolâtrie fantasmée ("ce blanc despote éclairé sauveur de la blanche chrétienté") certains sont même venus échouer pendant un temps leur jacobinisme, racisme, islamophobie et autre pensées uniques dans les tranchées du Donbass, avant d'en repartir déçus et dépités...

Car, tout comme la guerre, le danger ici appelé populairement "fasciste" n'est absolument pas limité à l'Ukraine et, à moyen terme, la nuisance de ces nationalistes radicaux occidentaux sera internationale (tout en restant dans la logique de la marchandise mondialiste) et pour beaucoup d'entre eux, et parfois même du côté républicain, le front du Donbass n'est qu'un terrain d'entrainement pour leur "combat de demain". 

Ce qu'explique très bien ici ce Nikolaï Ilyin à son interlocuteur Patrick sur FB:

"Mikola : Viens ici. Nous devons mettre ici les choses en ordre. Globalement, c’est l’endroit idéal pour s’entraîner et acquérir une expérience du combat.

Patrick : Bien effectivement, cela nous serait utile…

Mikola : Nous allons les mettre au pas, puis nous filerons d’ici. Nous avons des choses à faire. Il faut affronter les Noirs" 

Voilà à quoi sert aussi le projet mondialiste en Ukraine depuis les hooligans du Maïdan jusqu'aux mercenaires du Donbass : exciter le retour des nationalismes radicaux pour les faire jouer à leur tour dans les jeux de cirque des crises migratoires et religieuses clivantes et dont le chaos consécutif permettra d'instaurer des gouvernements policiers sous la dictature des quels tous seront perdants ! 

Erwan Castel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.