samedi 9 juin 2018

Une journée plutôt calme

151

"Multik" un jeune volontaire mais déjà vétéran  de plusieurs combats au poste d'observation sur le mur Ouest, fusil d'assaut en bandoulière observant au périscope de tranchée le renforcement réalisé sur une casemate ukrop voisine.
Dans le microcosme de notre ligne de front assignée (300 mètres de front), les journées se suivent sans se ressembler malgré l'alternance régulière des périodes de calmes et d'excitations des armes. 

Et la chaleur des journées estivales rend la pénombre de notre "Forteruine" agréable et les courants d'air vivifiants malgré les pollens allergisants qu'ils apportent le matin lors de l'éclosion florale.


Samedi 9 juin 2018

Autant avant hier soir les ukrops semblaient atteints d'une hystérie collective, tirant à tort et à travers toute la soirée, autant aujourd'hui, après avoir sonné le réveil à coups de mortier de 82mm, ils sont tombés dans une léthargie jusqu'à 19h00...

De notre côté, nous avons profité de ce calme relatif et oppressant pour observer toujours et encore ces positions ukrainiennes dont les premiers avant postes ne sont qu'à une centaine de mètres seulement de nos lignes.

Autour de nous retentissaient cependant les chocs sourds des pelles et des pioches de nos camarades venus depuis la base accélérer les travaux de renforcement du dispositif de défense.

"Sultan" en patrouille entre nos positions, au loin les ruines d'un autre bâtiment industriel occupé par les ukrainiens.

Ce n'est que lorsque la lumière a commencé à décliner dans un tamis de nuages grisonnants que les canons des armes ont recommencé à chauffer cette ligne de front de Promka nous invitant à une bruyante sarabande vespérale.

A 19h20, un casque ukrainien qui apparaissait â 350 mètres au bord d'une saillie de tranchée bascule sous le tir d'un de nos snipers. Y avait-il une tête sous l'acier ? Dans tous les cas, c'est sûr, pas beaucoup de cervelle !

Position ukrainienne vues à travers la lunette de tir secondaire (x9) avec laquelle je réalise certaines missions pour affiner son utilisation.


Peu avant 20h00, des tirs de grenades à fusil visent notre position, une de nos mitrailleuses légères PKM riposte de concert avec un fusil à lunette SVD (la même munition 7.62mm tous les deux)

Abrité derrière un second mur intérieur, "Sultan" au PKM fouille 
une meutrière de casemate d'où gerbent des tirs ukrainiens.

Mézigue entre poste et repos, sur le petit écran du téléphone
en train de terminer cette page du journal du front...

Au moment où j’écris ces lignes les nuages commencent à rosir au couchant et les canons se préparent pour le sabbat du soir...

Erwan Castel

Comme un air de déjà vu quelques 100 ans plus tôt...
Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.