mardi 23 août 2016

Un réveil des peuples autour du Donbass

Vers une reconnaissance solidaire de fait 
ouvrant la voie des indépendances fédéralistes


N'en déplaise aux trublions et autres parasites nationalistes venus s'échouer entre Donetsk et Lugansk poussés par un fascisme ou un soviétisme nostalgiques, la rébellion du Donbass représente un événement nouveau et majeur en Europe car elle dénonce autant l'artificialité des frontières étatiques qu'elle s'oppose à l'hégémonie unipolaire étasunienne.

En effet, alors que nous observons une crise systémique globale du Nouvel Ordre Mondial et un effondrement de ses colonies européennes soumises à de multiples crises politique, économique, migratoire, sociale, culturelle et religieuse, le peuple du Donbass a décidé quant à lui de ne pas subir et d'aller de l'avant en proposant un nouveau modèle de vision sociétale et de gouvernance politique fondée d'abord sur le bien-être d'un peuple natif avant que de servir les intérêts d'une ploutocratie financière étrangère.

Ce projet politique a un cadre naturel qui est la région russophone située entre l'Ukraine et la Russie. Cette région a forgé son identité au fil de l'Histoire par des caractéristiques naturelles, culturelles, historiques et économiques., et en 2014, son peuple a décidé de la défendre par les armes, lorsque le nouveau pouvoir issu du Maïdan a voulu imposer une vision ethnocentrée unique et russophobe à l'ensemble des peuples regroupés à l'intérieur des frontières artificielles de l'Ukraine post bolchevique.

Depuis plus de deux ans, les Républiques Populaires de Donetsk et Lugansk, tout en menant une résistance militaire victorieuse contre les attaques génocidaires de l'armée ukrainienne, ont entamé l'élaboration d'un projet politique audacieux qui, tout en assumant l'héritage du passé, imagine un modèle politique nouveau et exemplaire qui ouvre un nouvel horizon aux peuples d'Europe.

En 1968, un régionaliste breton, Yann Fouéré, spécialiste de l’histoire et de la science politique, publiait un essai intitulé "L'Europe aux cent drapeaux", qui loin de proposer une balkanisation du continent proposait au contraire la création d'une Europe "grandeur nature", fondée sur des "Régions-Etats" naturelles replaçant les "Etats-nations" définis par les hégémonies militaires ou économiques.

Yann Fouéré a très bien prédit il y a 50 ans la dérive totalitaire inévitable de ces Etats-nations artificiels fondés sur un autoritarisme grandissant et qui donne naissance aux différentes déclinaisons des fascismes, qu'ils soient de droite ou de gauche, cherchant à défendre l'artificialité des frontières par une malfaisance politique.

Ce totalitarisme de la Pensée unique et de ses avatars politiques, économiques, culturels etc... est arrivé aujourd'hui en Europe à son stade final avec l'Union Européenne, ce conseil d'administration colonial érigé en "super Etat" technocratique et imposé aux peuples d'Europe par les USA, étape par étape, de l'OTAN au Traité économique TAFTA en passant par la Monnaie unique. 
Revers de leur propre histoire, les Etats-nations finalisés par les guerres de conquêtes des XIXème et XXème siècle, subissent aujourd'hui ,à leur tour l'asservissement d'un impérialisme étasunien qui en affaiblissant leur autoritarisme et en imposant à l'Europe sa crise systémique, a réveillé les revendications identitaires de ses peuples natifs et fondateurs. Et la vielle querelle entre les théoriciens de Jean Bodin (centralisme) et ceux d'Althusius Johannes (subsidiarité) refait surface...

On le voit de l'Ecosse à la Catalogne, en passant par la Flandre ou les Pays Bas cette "Europe des peuples" n'est pas à inventer, car elle existe déjà et depuis des millénaires. 

Elle ne demande qu'à être libérée !

Le réveil des peuples d'Europe 

Les mouvements séparatistes des nations naturelles européennes, s'ils ont été longtemps divisés par des idéologies et objectifs politiques différents, voient aujourd'hui leurs actions progressivement converger sous la bannière anti-mondialiste, comme en témoigne l’Alliance libre européenne (ALE) représentée au Parlement européen qui réunit réunit 10 formations régionalistes, 14 autonomistes et on11 séparatistes représentant 17 Etats membres.

Aujourd'hui les peuples d'Europe doivent comprendre que leur avenir impose une vision métapolitique dépassant les ornières idéologiques du passé et les différences organiques du présent, et que pour libérer une Europe fédérale naturelle du double carcan des Etats Nations et du Nouvel Ordre Mondial, il est nécessaire de réaliser une solidarité de fait entre les peuples fondateurs de la civilisation Européenne...

A ce titre, les Républiques Populaires du Donbass, ont ouvert un chemin et montré que même dans le contexte dramatique d'une guerre asymétrique, il est possible d'imaginer une création politique nouvelle audacieuse, qui tout en assumant l'héritage du passé est résolument tournée vers un avenir a inventer...

Il est vital pour tous les mouvements régionalistes de reconnaître officiellement l'existence politique des Républiques Populaires du Donbass. Cette reconnaissance servira bien sûr la légitimité des Républiques de Donetsk et Lugansk mais aussi la crédibilité des mouvements régionalistes qui engageront ainsi leur dimension européenne dans une solidarité fédérale concrète respectant la diversité historique mais convergente des peuples d'Europe. 

Un exemple venu de la Moravie Tchèque

Les Républiques du Donbass sont déjà reconnues par l'Ossétie du Sud, une autre région séparatiste européenne et récemment elles viennent d'être reconnues par un mouvement politique tchèque de Moravie, la "Milice nationale" qui défend les identités natives contre leur dissolution par la ploutocratie européenne mondialiste. Ce mouvement "réunissant les citoyens tchèques indépendamment de la race et l'origine ethnique, le sexe, l'âge, la religion et les convictions politiques" est fondé sur la défense des patries charnelles européennes. Aussi at-il décidé par la voix de Nela Liskova, de marquer symboliquement son soutien aux Républiques du Donbass en ouvrant un "Consulat de la République Populaire de Donetsk" dans la ville de Ostrava, capitale de cette région minière de Tchéquie qui présente de nombreux points communs avec le Donbass.

Un des objectifs principaux de cette représentation symbolique est d'offrir aux Républiques du Donbass une fenêtre d'information ouverte sur la réalité de leur situation et brisant le blocus médiatique organisé par la propagande russophobe occidentale. C'est ce qu'à souligné Natalya Nikonorova, la Ministre des affaires étrangères de la République Populaire de Donetsk,  lorsque à l'occasion de la signature d'un protocole commun elle a souligné "que l'ouverture du bureau de représentation de la République populaire de Donetsk en République tchèque deviendrait une étape sérieuse sur la façon de partager l'information objective au sein de la communauté mondiale".

Bien sûr cette initiative n'est pas reconnue par le gouvernement officiel tchèque soumis à la dictature politique étasunienne, mais elle constitue cependant un événement historique important car c'est la première fois qu'un mouvement politique régional à l'Ouest de l'Ukraine reconnait la légitimité des Républiques du Donbass.

Espérons que les autres mouvements régionalistes comprenant l'importance métapolitique de cette solidarité avec le Donbass rebelle, suivront cet exemple tchéque qui mérite toute notre attention et notre gratitude...

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

Dans cet article d'un média aligné sur la doxa officielle pro-européenne, on devine que ce consulat symbolique dérange et inquiète le pouvoir dont la propagande de guerre est contrariée par cette initiative pacifique et solidaire visant a briser la dictature de la pensée unique...


Nela Liskova et la Ministre des Affaires étrangères de Donetsk  Natalya Nikonorova 

Source ce l'article : Lidovky

(Traduction automatique corrigée)

OSTRAVA / PRAGUE  "C'est un moment historique", a déclaré la ministre des Affaires étrangères de la République Populaire de Donetsk en informant joyeusement auto-de l'ouverture de son premier «consulat» à l'étranger. Ce dernie a commencé à fonctionner à Ostrava, même si la République tchèque ne reconnait pas cette Etat créée dans l'Est de l'Ukraine .
Ce Bureau des séparatistes a été formé par l'activité des politiciens de la "Milice Nationale" de Nela Liskova, qui est également devenu le premier consul honoraire.

Lisková ne peut pas agir au nom de la République tchèque et "la République populaire autoproclamée de Donetsk ne peut avoir une ambassade accréditée en République tchèque parce que la République ne reconnaît pas son existence, et elle n'a donc pas de personnalité juridique internationale. Mme Liskaova ne représente pas la République tchèque et ne peut agir en son nom », a réagit le porte-parole du ministère tchèque des Affaires étrangères Michael Lagronová.

Pour la République de Donetsk, c'est une victoire - au moins selon ce que l'événement est défini comme suit : "La représentation en République tchèque est enregistrée comme une organisation à but non lucratif. ce qui ne serait pas possible si nous étions considérés comme des terroristes. Dans ce cas, les forces de sécurité auraient réagi", a déclaré la ministre de Donetsk des Affaires étrangères séparatiste Natalia Nikonorovová. "Le consulat" dit vouloir être utilisé pour la diffusion d'informations véridiques sur la République populaire de Donetsk et de la situation locale de la communauté mondiale. En outre, il pourra servir pour des échanges culturels et offres de négociation.

Cet organisme sans but lucratif appelé "Centre diplomatique de la RPD en République tchèque" se présente comme "une organisation autonome, volontaire, apolitique et à but non lucratif établie sur la base de l'humanité, la liberté de religion et le respect des personnes, dans le but de satisfaire un intérêt commun, à savoir la coopération entre les personnes morales et physiques et d'autres entités de la République tchèque et la République de Donetsk ".

Selon l'ancien ministre des Affaires étrangères Cyril Svoboda pour que ce «consulat»ne nuise pas à la République tchèque, il est nécessaire de se distancer de lui. «Il est important que la diplomatie tchèque affirme quelle est la position de l'Etat dans ce domaine, et que ce n'est pas à ce consulat de la faire" a t-il dit

Lisková qui est l'une des figures de proue de la "Milice nationale" et  qui avait brigué pour les précédentes élections municipales d'Ostrava a déjà visité les Républiques séparatistes ukrainiennes. Outre Liskova à Donetsk au début de l'année, deux députés communistes Zdeněk Ondráček Stanislav Mackovík ont également visité la RPD. Ces députés qui n'avaient pas informé le Département d' Etat de leur initiative qui avaient réalisé leur voyage à titre privé, ont été critiqué par la classe politique tchèque 

Jakub Zelenka


Source de l'article : 

Site du Ministère des affaires étrangères de Donetsk , le lien : ICI


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.