jeudi 28 janvier 2016

Un autre sens du sacrifice

Héroïsme et humilité dans les écoles du Donbass


Lorsque la guerre frappe le Donbass, au printemps 2014, les crèches, les écoles, les centres d'éducation spécialisée, subissent à la fois un choc administratif, militaire et psychologique monstrueux...

En effet, pour beaucoup d'entre eux situés sur les zones du front, ces établissements d'éducation concentrant la jeunesse du pays, sont souvent les cibles sociétales prioritaires du terrorisme génocidaire mené par l'armée ukrainienne dans le Donbass.

Le 20 janvier, invitée par l'administration de Yasinovataya, une équipe de DONi Press est allée à la rencontre de 6 établissements d'éducation (2 crèches, 4 écoles et 1 centre d'éducation spécialisée) ainsi que de l'administration du district.

Au cours de cette journée, nous avons effectué une plongée dans le quotidien de ces établissements qui tous, sévèrement frappés par l'ignominie et la cruauté, ont décidé de continuer a assurer, contre l’opprobre et la haine, leur mission de service public auprès de la jeunesse de leur pays.

Tous ces établissements sont situés à moins de 3 km de la ligne de front et ont été touchés par les obus ukrainiens et les personnels ont quant à eux été privés de leurs traitements et salaires pendant plusieurs mois, mais malgré cela, les enfants et leurs encadrants ont continué à vouloir vivre sans subir.

Le matin les responsables de l'administration nous ont accompagné dans une crèche plusieurs fois bombardée, puis dans les écoles de Yakovlivka et n°5 elles aussi durement touchées par les bombardements.

A midi, avant un déjeuner offert par la ville nous rencontrons le maire du district, Youri Ianenko, un officier de police à la retraite qui au moment de l'agression ukrainienne contre le Donbass a décidé de rejoindre la milice avant d'offrir ses compétences à l'administration de sa ville de Yasinovataya.



Le compte rendu de ces différentes rencontres, le lien ici : 

L'après midi les représentants de l'administration nous ont guidé vers d'autres établissements d'éducation , dont l'école internat de Yasinovataya, principal établissement spécialisé de la République de Donetsk destiné aux enfants atteints de scoliose. 
Avant la guerre, cet établissement moderne accueillait 240 enfants et malgré les bombardements et les dégâts subis par l'établissement, les enseignants et médecins continuent bénévolement a assurer leur service à 64 enfants handicapés.


En fin d'après midi nous terminons notre périple à Krasnyy Partizan, petite localité située à 20 km au Nord de Donestk, sur le District de Yasinovataya (35 500 habitants en 2013). 



Positionnée sur l'axe logistique Donetsk-Gorlovka, ce village a été la proie de violents tirs d'artillerie en 2014 et 2015, destinés à terroriser et faire fuir la population.

Au coeur de ce village existe plusieurs établissements d'éducation comme une école et une crèche dont nous avons rencontré les enseignantes pour recueillir là aussi leurs témoignages.

Par miracle, chacun des bombardements ayant frappé l'école a eu lieu pendant des vacances scolaires, le week-end ou lorsque les enfants étaient en déplacement. 
Dès les premiers bombardements, les dégâts ont été considérables, vitres explosées et plafonds crevés et la rentrée scolaire 2014 a du être repoussée en janvier 2015, le temps de réparer ce qui avait été détruit.

Mais dès le lendemain des bombardements, les élèves avec les voisins sont venus spontanément aider les enseignants à nettoyer et commencer les réparations de leur école. 


Les bombardements continuent a frapper régulièrement en 2015 la localité et le 19 octobre 2015 l'église orthodoxe de Krasny Partizan visée une nouvelle fois par l'artillerie ukrainienne est touchée et prend feu....


De toutes ces rencontres humaines intenses réalisées pendant la journée, il ressort des points suivants importants partagés aussi bien par les enfants que les personnels encadrants de ces établissements d'éducation :

1 / Au vu de le cartographie des bombardements réalisés et de la fréquence des coups reçus il est évident que ces établissements sociétaux sont la cible intentionnelle de l'armée ukrainienne.

2 / Confirmant la politique d'ostracisation bête et méchante engagée par Kiev les diplômes obtenus dans le Donbass depuis la guerre ne sont plus reconnus par le ministère, bien que les programmes et examens sont toujours conformes aux textes.

3 /  Au moment de l'offensive les autorités ukrainiennes ont coupé les traitements et salaires des personnels mais ces derniers, dans leur quasi totalité, ont décidé de continuer bénévolement leur mission de service public pendant plusieurs mois. 

4 / Les enseignants ont tous témoigné que la guerre avait "réveillé les consciences" des élèves dont certains étaient sous l'influence du consumérisme occidental et que l'intérêt pour les cours s'était accru en même temps que le patriotisme et la solidarité.

5 / Les réparations et la continuité du service ont pu être réalisé grâce à l'aide humanitaire importante et régulière provenant de la Fédération de Russie et à la solidarité de toute une population unie pour résister au terrorisme kiévien et protéger l'avenir de ses enfants.

Cette plongée sans propagande au coeur de la population du Donbass démontre bien que les valeurs de Solidarité et de Patriotisme ne sont pas des mots creux appartenant à un paraître de circonstance mais bien une réalité naturelle de l'être identitaire profond d'une nation exemplaire ancrée dans son territoire naturel et son héritage historique...

Erwan Castel, volontaire français en Novorossiya 

Les squelettes toujours debout du Donbass 
témoignent à jamais de son martyr et de sa résistance



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.