jeudi 7 janvier 2016

Vers de nouveaux horizons

Au front dans les nuits glacées,
les volontaires internationaux du Donbass

A bord d'un camion "Oural" qui nous ramène d'un mission sur le front, l'horizon ukrainien s'éloigne à travers les ornières figées par le froid (Photo Laurent Brayard)
Nous nous apprêtons a quitter le front Sud de Donetsk, après plus de quatre mois de missions de reconnaissance sur une ligne de front d'environ 25 km de long...

Au cours de ces 4 mois, la section s'est étoffée, aguerrie, et les derniers volontaires connu le baptême du feu au cours d'accrochages et de bombardements ukrainiens. Nos missions de reconnaissance nous ont plongé dans un univers silencieux où le temps et l'espace semblent figés par le froid et le danger... 

Le terrain d'opération des razvedkas est difficile à décrire à celui qui n'a jamais engagé sa vie dans l'inconnu de cette zone grise, qui semble être le royaume de la Mort et du Hasard, dansant devant les pas prudents des hommes avançant au milieu des champs de mines et des guetteurs ennemis... Dans cet univers secret, pas de combats hollywoodiens, qui étonnent et détonnent les chroniques de guerre, pas même de comptes rendus ou récits popularisant le quotidien des défenseurs du Donbass, rien qui attire les amateurs de sensationnel, car ici l'expérience est d'abord intérieure et forge les âmes plus que les corps...

Cette fin d'année fut éprouvante mais aussi initiatrice pour notre groupe de combat : la tension de cette trêve violée quotidiennement par Kiev mais qui nous force à subir avant de pouvoir réagir, la difficulté des missions menées avec peu de moyens et beaucoup d'inconnues, les assauts violents du Général Hiver qui en quelques jours nous plonge dans une atmosphère sibérienne (avec des nuits à - 25°) à laquelle nous ne sommes pas habitués...
Mais surtout ce sont les lourdes pertes subies par le groupe en moins de 3 semaines par le feu des mines, ces pièges implacables et lâches, fauchant les 1er et  24 décembre 2 chefs de groupe, tuant Dietrich et mutilant Aleksandr (voir le lien ici : Un bien triste Noel). Ces pertes ont marqué les esprits en personnifiant d'une manière intime la dure réalité de la guerre moderne où les meilleurs d'entre nous peuvent tomber devant l'inhumanité de ces petites boites plastiques cachées sous la neige.

Pour Sacha, les épreuves donnent à la Vie qui continue,
encore plus de sens sacré 
(Photo Laurent Brayard)
Demain, notre groupe restera uni au delà des chemins différents qu'inévitablement un jour certains emprunteront, répondant à l'appel de leur destinée, ou simplement à la fatigue de longs mois passés sur le front du Donbass, car l'aventure humaine vécue ici ensemble est une forge d'où nos âmes sortiront soudées pour toujours. 
En attendant, la vie et surtout notre devoir, tous deux librement choisis, continuent à nous offrir cette expérience unique et intérieure et la possibilité de donner un sens à nos actes. Bientôt quelques jours de repos bien mérités sur Donetsk avant de repartir vers un nouveau secteur du front et de nouvelles missions...

Au cours de ces dernières semaines, nous avons accueilli des reporters et des photographes désireux de témoigner de notre petite présence sur le long front du Donbass. Guillaume Chauvin, photographe passionné par la vie militaire qui est revenu pour la deuxième fois en un an à notre rencontre et partager quelques jours de notre aventure humaine, et bien sûr, Laurent Brayard notre fidèle ami, volontaire lui aussi et engagé à Donetdk sur le front de l'information au sein de l'agence Internationale DONi dirigée par Janus Putkonen...

Laurent qui s'est proposé de nous suivre dans nos actions militaires ou humanitaires est venu nous rendre visite sur une position d'observation, au contact des lignes ukrainiennes. 

Une courte visite quelque part sur le front sud de Donetsk, mais que le froid a rendu intense...

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya




"Ils sont une poignée, quelques dizaines peut-être, ils viennent de tous les horizons, de Russie bien sûr, mais aussi surtout de Serbie, d’Espagne, de France… oui de France, ils sont une douzaine, deux sont en attente d’incorporation, deux autres sont en approches du Donbass. Autour d’eux et avec eux se trouvent aussi quelques Finlandais, Brésiliens et autres Sud-Américains, Italiens, Catalans, Grecs, un Indien perdu au milieu de la communauté du Donbass, j’ai même entendu parler d’Asiatiques que je n’ai encore jamais rencontrés, cela viendra peut-être. Le froid est polaire, dans une position arrière où je viens de passer la nuit, j’accompagne un groupe de volontaires qui viennent au petit matin relever leurs camarades.

Je n’ai pas la chance de rester la nuit suivante sur la ligne du front, l’atmosphère est pesante, le froid prend à la gorge, le paysage est saturé par la neige, le véhicule qu’il a fallu réchauffer démarre en pétaradant expulsant une fumée noire et âcre. Les soldats jettent leurs sacs dans le camion, ils emportent aussi la ration d’eau potable pour la relève, environ 30 litres. Nous ferons à peine deux kilomètres brinqueballés en tous sens. La route est défoncée mais plus praticable, tout le terrain a gelé, il serait propice à une offensive. En cheminant, je pense que dans le paysage, le camion qui se détache doit faire une très belle cible, il n’est pas camouflé hiver. Nous atteignons bientôt la position, tout est pris dans les glaces, le repos des hommes est une sorte d’ancienne usine, les lieux sont criblés d’éclats d’obus, de balles, de graffitis des soldats. Nous les trouvons couchés et emmitouflés dans des duvets, les têtes sont hirsutes et hagardes.

La nuit a été dure assurément, le thermomètre affiche ce jour-là – 15 °C, les toilettes improvisées n’émettent plus à cette température d’odeurs désagréables, des boîtes de conserve sont éparpillées ici et là, la boîte de singe du Poilu, elle n’inspire ici moins que confiance… il y en a deux sortes, le fameux « Pachtet », sorte d’improbable pâté de foie, sans pâté et sans foie, ainsi que le « Touchon ou Touchonka ». Il y a eu des bivouacs et des bases où j’ai vu quand même un ordinaire bien meilleur que celui que je découvre ici. L’ambiance est lourde, ceux qui viennent de passer une nuit dans les tranchées voudraient dormir, les autres qui sortent de la base ne sont pas pressés au vu des conditions climatiques de prendre la relève. Les tranchées sont à deux pas, il est interdit de photographier. Des débris sont épars ici et là, la neige recouvre le tout donnant une bizarre impression d’un relief tourmenté. La région pourtant est presque un billard, quelques terrils sont autant de points d’appuis et d’observations, le terrain comporte parfois des chemins creux, quelques étangs ou mares avec les inévitables marécages annoncés par des roseaux.

La relève se fait dans la grogne mais tout ce petit monde doit repartir, ils se reposeront plus tard. Le camion est plein au retour, sacs, matériels, armes et les hommes. Monter dans l’engin est déjà une acrobatie, mais un tel camion est capable d’affronter toutes les températures et tous les terrains. Depuis l’âge du moteur les Russes ont toujours su créer de robustes véhicules, à n’en pas douter la totalité du parc automobile de l’Armée française serait paralysé dans de telles conditions et elles iront en s’aggravant, les jours suivants, les températures chutent à – 21 °C. Je connais déjà ce cap de longue date, mais la plupart des hommes qui sont ici connaissent pour la première fois de telles températures et je n’aurais pas à affronter des nuits entières la froideur excessive qu’ils doivent endurer. Le froid use les âmes et les corps, malgré les apparences, les locaux sont aussi touchés, beaucoup de Russes sauf les volontaires Sibériens ou des parties les plus septentrionales de la Fédération de Russie sont aussi en souffrance.

Les Français sont là, ils m’impressionnent tout de même, Tonio trouve la force de plaisanter, lui l’homme du Midi. Un autre ; le plus jeune de la troupe, pas même 19 ans ; montre peut-être le plus de courage et d’entrain. C’est lui pourtant qui doit porter l’arme la plus lourde du groupe, un fusil-mitrailleur avec ses boîtes de cartouches. Nous rentrons à la base par le même chemin, les volontaires devront aller se procurer de l’eau chez une grand-mère, leur voisine. Comme partout les animaux de compagnie entourent les soldats. La section d’Erwan possède trois chiens et un chat, ils suivent le groupe partout. Le plus jeune des chiens est encore un chiot, il pleure, il a compris que l’intérieur du campement est autrement plus confortable que sa niche ! L’arrivée de la troupe est toutefois une joie pour eux, promesse de quelque nourriture ou d’une friandise.

Je laisse les camarades avec la sensation que leurs conditions sont sans doute parmi les plus terribles du front. J’ai vu de nombreux camps, des positions, ailleurs, sur la ligne de Donetsk, au Sud, au Nord, je repars en étant fier du courage qu’ils ont à affronter le général hiver, mais aussi bien sûr l’ennemi, l’unité a subi des pertes, de lourdes pertes ces trois dernières semaines. Je rentre dans mon logis au chauffage indigent, toutefois une quinzaine de degrés c’est déjà un luxe inouï, car au front les volontaires étrangers, les volontaires français vont devoir compter encore pendant de nombreuses semaines avec l’hiver. Cette année, il s’annonce hélas exceptionnel dans le Donbass. La nature fait bien les choses… les Ukrainiens n’y échapperont pas. Il est étrange alors de penser, que tant en 1812, qu’en 1941 et que probablement cette année, les hivers avaient été terribles et annonciateurs des déroutes… pour l’imprudent occidental venu troubler l’Ours slave."

Laurent Brayard, volontaire français, journaliste  pour DONi.Press

Source de l'article

Site DONi Press, le lien : ICI

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.