mardi 30 avril 2019

Retour vers le Nord et... Camerone

320

"Carel" un jeune volontaire de Carélie venu dans le Donbass pour s'opposer à l'hégémonie étasunienne
Après une semaine de passée sur le front Sud nous remontons vers Donetsk et notre caserne, où  nous attendent les festivités et cérémonies du début mai... 100 kilomètres de routes lépreuses où les chaos du voyage repousse encore pour quelques heures la fatigue du front.


Mardi 30 avril 2019

Ce matin, en bouclant mon sac en vue de la rotation et de notre retour vers Donetsk, je songeais au combat de Camerone qui a fait entrer héroïquement la Legion Etrangère française dans l'Histoire il y a 156 ans aujourd'hui...

Chaque guerre est unique et même chacun de ses combats est unique, mais il flotte à travers l'Histoire souvent l'esprit qui anima les combattants et forgea leur légende héroïque; et certainement comme pour les histoires d'amour ce sont les défaites qui laissent dans les coeurs et les mémoires les plus belles gestes de la Tradition militaire.

Dans le Donbass le combat acharné de Saur-Moghila s'inscrit dans la veine des Camerone, Sidi Brahim, Bazeilles où dans un combat sacrificiel des soldats ont péris dans l'accomplissement de le mission qui leur avait été confiée.

Lorsque nous nous engageons vers les lignes avancées du front, cet héritage chanté dans nos coeurs et transmis de genération en génération est certainement silencieusement caché dans nos inconscients tout comme peut l'être cette belle description de la sentinelle écrite par Antoine de Saint Exupéry et dont l'enseignement nous aide lorsque nous sommes submergés de fatique dans l'obscurité silencieuse d'une garde isolée.

Mais aujourd'hui la clarté qui nous evironne et les cahots de la route m'emmène vers le soleil du Mexique où les anciens ont donné leur sang et l'exemple immortel du courage et du devoir. Mais en arrivant à la caserne une réalité plus prosaïque nous attend au milieu des sacs puants, des treillis sales affamés de lessive et des chiffons et burettes d'huile montant à l'assaut des armes crasseuses...

Des servitudes du présent que les grandeurs du passé nous aident à mieux supporter... 

Erwan Castel

"Ils furent ici moins de soixante
Opposés à toute une armée.
Sa masse les écrasa.
La vie plutôt que le courage
Abandonna ces soldats français
À Camerone le 30 avril 1863"


Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du front

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.