dimanche 11 décembre 2016

"La principale chose, les gars: vos coeurs !"

Des peuples de Russie unis en conscience
autour de leur héritage et leurs traditions


Si les chants sont à l'âme humaine ce que les fleurs sont aux racines, ils sont probablement aussi une des plus belles expressions de la résistance identitaire, un donjon du coeur où continue de brûler le feu sacré de la communauté.



De fait, le flash-mob lancé à Zaporodje le dimanche 13 novembre a été comme ce petit caillou tombé du haut de la crête enneigée et qui déclenche un avalanche emplissant la vallée d'un grondement invincible. Amoureux des chants traditionnels, il me plaît de partager ici ces moments de communion populaire des peuples russes autour de leur identité aujourd'hui menacée par la cupidité mondialiste.

Vladimir Poutine a dit un jour "celui qui veut restaurer l'URSS n'a pas de tête mais celui qui ne la regrette pas n'a pas de coeur" et c'est la grande intelligence des peuples de Russie de savoir digérer leur passé et de conserver ce qu'il leur a offert de meilleur pour les aider à conquérir leur avenir. 

Gangréné par une pensée occidentale manichéenne obsédée par le mythe de la pensée unique, le pouvoir totalitaire vomi par le Maïdan a voulu imposer une vision ethnocentrée nihiliste d'une nouvelle Ukraine artificielle et exclusivement tournée vers l'Ouest. 
Kiev pour mieux angéliser le rêve occidental vendu par Washington et Bruxelles a voulu diaboliser son héritage russe en oubliant qu'une identité est comme un torrent qui ne peut être forcé, détourné ou coupé de sa source en dehors de sa propre volonté. Malgré les massacres perpétrés contre eux, les russes ont organisé une résistance protéiforme à l'agression occidentale, depuis les armes jusqu'aux chants...

Kiev la brune est aujourd'hui assiégée par les flash-mobs qui fusent tout autour de ses palais dictatoriaux froids et silencieux, et leur liste s'allonge de jour en jour et de façon exponentielle: hier à Zaporodje, Karkhov, Odessa, Moscou, Donetsk, Lugansk, Aleksandria, et aujourd'hui à Grodno, Nikopol, Stalingrad, Kiev, Yalta, Krasnodar, Tiraspol, Debaltcevo, Melitopol et tant d'autres régions de l'empire russe où, dans le coeurs de leurs habitants, les toponymes slaves résonnent des échos héroïques du passé ou du présent.

Je m'excuse de la ribambelle de vidéos partagées ici mais je n'ai pas eu le courage de faire une sélection de ces chants qui ont fleuri cette semaine en Europe de l'Est, car ils sont tous, même par delà certains "couacs" et très rares fausses notes, des élans d'un coeur partagé par tous ces anonymes et qui ne saurait être jugé.

Ces chants sont populaires, sans âge et sans ride, transmis de génération en génération le plus souvent oralement au sein des familles ou des corporations. Issus des répertoires traditionnels ou patriotiques ils sont chantés le plus souvent en russe mais aussi comme à Saint-Pétersbourg en ukrainien, ou biélorusse.

"Chanter ne peut guère valoir si au dedans du cœur ne se lève le chant ; 
ni le chant ne peut du cœur s'élever si n'y réside l'amour pur"

B. de Ventadour

J'ai choisi de commencer cette série de nouveaux flash-mobs par le chant "La principale chose, les gars: vos coeurs", entonné sous les fresques historiques de la gare de Stalingrad (aujourd'hui Volgograd). En effet, autant le chant que le lieu symbolisent magnifiquement cette mobilisation collective et spontanée des peuples de Russie et le message qu'ils adressent non seulement au régime de Kiev qui écrase leur frère du Donbass sous les obus mais au Nouvel Ordre Mondial qui convoite leur sanctuaire naturel, culturel et spirituel.

Par ses chants les femmes et les hommes de Russie, font éclater à la fois leur solidarité leur joie mais aussi leur force enrichie par des siècles d'histoire gardée intacte au fond des coeurs, au contraire de nos peuples occidentaux dégénérés qui dans leur immense majorité ont délaissé leurs chants comme on tarit une source. 

Saint Exupéry disait déjà il y a plus de 70 ans : "On ne peut plus. On ne peut plus vivre sans poésie, couleur ni amour. Rien qu'à entendre un chant villageois du XVe siècle, on mesure la pente descendue. Il ne reste rien que la voix du robot de la propagande (pardonnez-moi). Deux milliards d'hommes n'entendent plus que le robot, ne comprennent plus que le robot, se font robots." (Un sens à la vie (posthume,1956), Antoine de Saint-Exupéry

Les peuples de Russie nous font savoir aujourd'hui qu'ils ne sont pas des robots et ne désirent pas le devenir !


Erwan Castel, volontaire en Novorossiya


A Volgograd (Russie (Stalingrad)) le 9 décembre 2016
"Главное, ребята, сердцем не стареть!" 



Blagoveshchensk (Russie), le 4 décembre 2016
“Ти ж мене пiдманула“ (chanson folklorique ukrainienne humoristique)



A Moscou, (gare de Minsk) le 4 décembre 2016
"Десантный батальон"


A Chisinau (Moldavie) le 5 décembre



A Grodno (Belarus) le 5 décembre 2016
"Маленькой ёлочке"


A Nikopol (Ukraine) , le 6 décembre 2016
"Надежда - мой компас земной"



A Kiev (Ukraine), le 7 décembre 2016
"Луч солнца золотого"


A Yalta, (Russie (Crimée)) le 7 décembre 2016
"Песня о тревожной молодости"
"Катюша"


A Krasnodar (Russie), le 7 décembre 2016
"А я все дивлюся, де моя Маруся" 


A Debaltcevo (République de Donetsk), le 8 décembre 2016


A Kuznetsk (Russie), le 9 décembre 2016


A Iekaterinbourg (Russie), le 9 décembre 2016
"Спят курганы темные"


A Tiraspol (Transnistrie), le 10 décembre 2016


A Saint Pétersbourg (Russie), le 10 décembre 2016


A Ryazan (Russie), le 9 décembre 2016


A Melitopol (Ukraine), le 10 décembre 2016
"Маруся"


A Saint-Pétersbourg (Russie) le 10 décembre 2016, sur la place du palais
 "Ти ж мене пiдманула" 


A Kharkov (Ukraine) le 10 décembre 2016, l'école numéro 36
 "Аист на крыше"

A Stockholm (Suède), le 10 décembre 2016
"Ой, мороз, мороз!"

A Krasnodon (République de Lugansk), le 10 décembre 2016, au marché 
"Вот кто-то с горочки спустился"
"Белым снегом"
"Смуглянка"
"Розпрягайте, хлопц"

A Minsk (Belarus), le 10 décembre 
"Ой при лужку, при лужке"


A Yamal Noyabrsk (Russie), le 10 décembre 2016
"Рiдна мати моя"

Chantée à Zaporodje le 13 novembre, la chanson mère de cette immense famille de flash-mobs russes continue quant à elle son chemin réveillant le rêve et l'espérance d'un Monde frappé par la folie et la guerre...

Les kazakhs 
"Весна на Заречной улице"


Pour voir les précédents flash-mobs, le lien ici : Flash-mobs

Les flash-mobs sont compilés également sur une page VK, le lien ici : "Notre flashmob"


*
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans ce travail de réinformation

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos ... et locales, obsédées par la recherche du monopole de l'information.

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 

Bien à vous 
Erwan





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.