vendredi 10 avril 2020

Quand l'indifférence nourrit la haine


Au lendemain d'une nouvelle tragédie qui a ensanglanté entre Yasinovataya et Gorlovka la population du Donbass avec l'odieux assassinat par les soudards ukrainiens d'une jeune fille de 26 ans, les forces de Kiev poursuivent leurs bombardements terrorisant les civils qui depuis 6 ans se terrent dans les caves pour tenter de survivre à cette guerre dont le caractère génocidaire est d'autant plus abjecte que ces criminels bénéficient d'une totale impunité de la part des autorités ukrainiennes et d'une indifférence hallucinante de la part de la "communauté internationale" pourtant si prompte à distribuer aux quatre vents sa moraline droitdelhommiste...


Nuit du 09 au 10 avril 2020 - Bombardement ukrainien lourd
à l'Ouest de Gorlovka (Nord de la Rép. Pop. de Donetsk)

Depuis le mois de mars ce ne sont pas moins de 3 civils et 20 militaires qui ont été tués et 11 civils et des dizaines de soldats qui ont été blessés par les tirs ukrainiens. Selon les rapports de l'ONU, le nombre des victimes civiles dans le Donbass a augmenté de 280% par rapport aux mois précédents.

Au lendemain de cette nouvelle tragédie qui a coûté la vie à une femme de 26 ans et grièvement blessé un homme de 59 ans, le président de la République Populaire de Donetsk, Denis Pushilin, a lancé un appel solennel en direction de la communauté internationale dont faut-il le rappeler, 2 pays majeurs (la France et l'Allemagne), sont signataires et garants des accords de paix signés à Minsk par l'Ukraine:

"Dans la Gorlovka, qui souffre depuis longtemps, une autre terrible tragédie s'est produite aujourd'hui: une jeune fille de 26 ans a été cyniquement tuée par des militants ukrainiens. Elle est décédée des suites de l'explosion d'une mine larguée par un drone VFU. Un homme de 59 ans qui a été transporté à l'hôpital avec de nombreuses blessures a également été grièvement blessé.
Il s'agit du troisième décès d'un civil de la République aux mains de criminels punitifs ukrainiens au cours des 30 derniers jours, 11 citoyens au cours de la même période ont été blessés de gravité variable.
À une époque où le monde entier se rallie à la lutte contre un ennemi commun - la pandémie de coronavirus - qui fait des milliers de morts, l'Ukraine intensifie fortement les bombardements de la République populaire de Donetsk. Il détruit délibérément des civils, leurs maisons, des objets d'infrastructures sociales.
Nous exhortons la communauté mondiale tout entière à forcer d'urgence Kiev à cesser de tuer des civils innocents. Sinon, nous nous réservons le droit de répondre à de telles actions avec les méthodes les plus strictes."
Denis Pushilin,
chef de la République populaire de Donetsk, président de l'OD «DR».

Il est à craindre malheureusement, que cet appel du président de la RPD reste sans réponse, comme les précédents depuis 6 ans de bombardements des populations civiles du Donbass. Et l'intensification actuelle des violations ukrainiennes du cessez le feu ne fait que confirmer que le droit international et l'appel à la raison sont totalement impuissants face à la haine russophobe que l'Occident a instrumentalisé et libéré il y a 6 ans sur le Maïdan.

Au cours de la semaine écoulée plus d'un millier de munitions de calibre supérieurs à 12.7mm ont été tirées par les forces ukrainiennes contre le territoire de la République Populaire de Donetsk. Rien que pour la dernière journée du 9 avril, les forces ukrainiennes ont violé 16 fois le cessez-le-feu, tirant près de 150 munitions de gros calibre sur le territoire de la RPD.

09 avril 2020 - Coup direct de l'artillerie lourde ukrainienne 
sur une maison de Shirokaya Balka, sur le front de Gorlovoka

Face à ces violations ukrainiennes meurtrières du cessez le feu, les forces de défense républicaines usent de leur droit à la légitime défense dans des ripostes ciblées et ponctuelles visant à desserrer les pressions offensives de l'ennemi qui continue a se rapprocher de leurs lignes de défense :

Destruction d'un camion Zil ukrainien à l'aide d'un missile antichar

Tout comme au lendemain du 2 mai 2014, lorsque les radicaux néo-nazis avaient massacré des dizaines de manifestants fédéralistes pro-russes à Odessa, je suis à chaque nouveau massacre encore plus révolté par cette indifférence complice de cette "bien-pensance occidentale" donneuse de leçons que par les crimes de ces "ukrops" dont l'horreur ne fait que confirmer les psychopathes néo-nazis qu'ils sont.

Alors que cette "communauté internationale", qui tient les cordons d'une bourse occidentale perfusant une Ukraine moribonde, aurait les moyens de faire pression sur elle à la manière dont elle exerce des sanctions économiques sur les pays non alignés, rien n'est fait pour que cessent les crimes de guerre quotidiens perpétrés par les soudards de Kiev. 

Au contraire, le silence des démocraties droitdelhommistes soutenant depuis le Maïdan la croisade du nouveau régime ukrainien contre ses populations russophones, est devenu au fil des massacres et des bombardements dont elles sont les victimes depuis le symptôme d'une idéologie occidentale dont la finalité criminelle reste inchangée depuis des siècles, et qui aujourd'hui l'applique contre ses propres populations.

Lorsqu'on pourra, et devrons juger et condamner ces criminels de guerre ukrainiens, il ne faudra pas oublier qu'ils ne sont, à l'instar des djihadistes en Syrie, que les idiots utiles des occidentaux qu'ils soient adeptes d'un libéralisme qu'il soit social ou économique (et dont certains se prétendent même pro-russes) et est responsable de cette amoralité criminelle qui infecte le Monde depuis des siècles.

Erwan Castel

Miroslava Vorontsova, 26 ans, tuée par un bombardement ukrainien 
ciblant la zone résidentielle civile Shirokaya Balka le 9 avril 2020


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.