lundi 12 juin 2017

Et ça continue encore et encore !

Une soirée d'été à Oktyabrsky plutôt "chaude" !


Chroniques d'Oktyabrsky 06

J'ai invité Philippe Calfine de l'agence News Front à venir constater dans le quartier d'Oktyabrsky où je réside l'aggravation de la situation militaire et notamment des bombardements ukrainiens.

Philippe est arrivé vers 18h00, en même temps que les "ukrops" intensifiaient leurs bombardements bombardements sur l'ensemble du front Nord de Donetsk, principalement sur l'intervalle entre l'aéroport et Spartak. Après un premier reportage dans le secteur de l'aéroport, nous bous sommes dirigés dans la partie orientale et détruite du quartier, entre Spartak au Nord et Putilovka au Sud.

Dès notre arrivée à proximité du pont de Putilovka nous avons été accueilli par des tirs de l'artillerie ukrainienne qui frappaient ce secteur depuis environ 1 heure. Sur l'ensemble de la ligne de front: résonnaient autour de nous les tirs de ZSU 23/2 mortiers et chars répondant à ceux des ukrainiens pilonnant le Nord de Donetsk. 


Ecoutez les accords de Minsk en 122 majeur !

Sur cette vidéo on peut entendre des départs et arrivées proches d'obusiers de 122 mm ukrainiens, des tirs de défense de ZSU 23/2 républicain (01'22'') ainsi que des échanges de tirs entre les unités qui se font face sur le front de Spartak (sur la gauche après le pont détruit). Nous nous sommes arrêtés avant le pont pour ne pas se retrouver dans l'axe des tirs ukrainiens...

Le pont de Putilovka 

Aujourd'hui, malgré la clarté tardive du jour invitant à se retrouver dans les jardins autour d'une table d'hôte, la reprise des tirs ukrainiens frappant, dès la fin d'après midi, dans le profondeur de la ligne de front oblige les familles étant restées dans le quartier à se replier à l'abri des murs de leurs habitats aux fenêtres scotchées (pour limiter les éclats de verre en cas de bombardements) derrière lesquelles veillent des icônes bienveillantes et protectrices.


Revenant du pont de Putilovka encadré par les tirs ukrainiens, nous passons par la rue Stratanovtov dans une atmosphèreb saturée par les duels que se livrent à quelques centaines de mètres plus au nord les unités de Kiev et les défenses républicaines fermement accrochées aux lisières Nord de Donetsk. Au loin des grondements rassurants de véhicules blindés se rapprochent du front, renforts indispensables en cas de tentative de percée ukrainienne..

Au milieu des ruines de la rue Sratanovtov surgit la frêle mais vive silhouette d'une grand mère qui nous apostrophe dans un premier temps d'une voix rude avant de se radoucir et sourire à la vue de nos livrets militaires et cartes de presse... cette grand mère qui nous donne elle-même "baba" pour la nommer n'a pas quitté sa maison plusieurs fois touchée par les bombardements depuis 3 ans; 

Philippe Calfine de News Front et "baba" la grand mère de la rue Stratanovtov qui est restée ici depuis 3 ans, courbée sous les balles et les années dans les ruines de sa maison bombardée 
Nous finissons notre rencontre autour d'une bière bien méritée près de l’hôpital 21, de l'autre côté du quartier d'Oktyabrsky, près de Volvo Center, ce pivot Ouest de la ligne de front de l'aéroport et que bombarde régulièrement les forces ukrainiennes positionnées dans le village de Peski à moins d'1 kilomètre au Nord...

Dans ce quartier de Krimlovsky, qui est celui de la mine de charbon d'Oktyabrsky (aujourd'hui fermée par la guerre) d'autres détonations résonnent aussi, rebondissant entre des immeubles aux balcons détruits et fenêtres brisées. 

Vers 22h00 je quitte Philippe et rejoins ma rue silencieuse où quelques rais de lumière tamisée perçant les fenêtres fermées témoignent que la vie continue malgré tout dans ce quartier qui depuis un 26 mai 2014 a basculé dans l'enfer...

Au Nord persistent à intervalles réguliers des détonations et explosions régulières et soutenues tandis que des balles continuent leur vol par dessus les toits de la rue voisine... drôle d'oiseaux nocturnes !


Erwan Castel, volontaire en Novorossiya



*
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans le travail de réinformation et l'aide engagée auprès des habitants sinistrés de mon quartier

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos, mais également par des crapules, jaloux ou obsédés du monopole de l'information venus jouer les vautours dans le Donbass..

Au delà de mes besoins de subsistance (8 000 roubles par mois (150 euros au taux de change local) j'utilise les dons supplémentaires pour aider des personnes isolées et des familles de mon quartier.

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel

Bien à vous
Erwan




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.