lundi 2 mai 2016

La plaie reste ouverte et la Justice fermée

"Porochenko assassin !"

Des résistants ont pu illuminer la facade de la Maison des syndicats quelques minutes des mots "Porochenko assassin "
A quelques heures de la commémoration du massacre de la Maison des syndicats, la population d'Odessa a décidé de réagir aux menaces du gouvernement ukrainien et d'honorer ses morts en désignant toujours et encore leurs assassins.

"POROCHENKO - ASSASSIN" a t-on pu lire sur la face du bâtiment stigmatisé par les flammes du charnier.

Ce message s'adresse aux assassins pour qu'ils sachent que leurs menaces sont vaines, aux Ukrainiens pour qu'ils se réveillent, mais aussi aux Occidentaux qui ont protégé le massacre par une censure médiatique. Pendant ce temps, Porochenko a dépêché sur place plusieurs centaines de soudards des bataillons spéciaux néo-nazis en renfort des opérations de maintien de l'ordre...

Souvenons nous, il y a 2 ans; le 2 mai 2014, près de 50 manifestants fédéralistes étaient assassinés puis brûlés dans la Maison des syndicats et 200 autres blessés par des radicaux nationalistes aidés de policiers aux ordres du nouveau pouvoir de Kiev. Ce massacre prémédité, comme l'affaire des snipers du Maïdan, n'a jamais fait l'objet d'une enquête de la part du gouvernement ukrainien (et pour cause !), en revanche chaque année des autorités ukrainiennes viennent  le célébrer pour marquer la politique de terreur que les radicaux font régner sur la ville russe d'Odessa...

Ainsi du Président Porochenko qui en 2015 avaient félicité publiquement les auteurs du massacre en compagnie de Groismann, devenu depuis 1er Ministre ukrainien...


Cette année encore le régime de Kiev continue a rappeler douloureusement cette tragédie en déployant des groupes paramilitaires radicaux dans les rues d'Odessa.

Des informations concernant ce massacre existent, et de plus en plus de personnes réclament qu'un éclairage soit fait officiellement sur cette tragédie couverte par une politique complice menée par l'Union Européenne.

Xavier Moreau : Maïdan-Odessa, 2 ans après



Source, le lien ici : Réseau International

À l’approche de l’anniversaire du massacre, 
l’extrême droite ukrainienne retourne à Odessa.



À l’approche de l’anniversaire du massacre, l’extrême droite ukrainienne retourne à Odessa.
Depuis deux ans, le régime ukrainien soutenu par les États-Unis a rechigné à enquêter sur les dizaines de morts de l’incendie criminel à Odessa et fait peu maintenant alors que les nationalistes d’extrême-droite arrivent pour une nouvelle confrontation, écrit Nicolai N. Petro.

Le 2 mai marquera le deuxième anniversaire de l’une des plus horribles tragédies d’inspiration politique dans l’histoire européenne moderne – l’incendie de la maison des syndicats à Odessa – qui a tué 48 personnes et en a blessé 200 autres.

De nombreuses demandes de l’Organisation des Nations Unies et de l’Union Européenne d’une enquête approfondie sur les causes de cette tragédie sont restées sans réponse. De nombreuses commissions gouvernementales, à la fois locales et nationales, ont été incapables de faire avancer l’affaire, en partie parce que certains éléments de preuves ont été marqués secrets.

Au mois de novembre dernier, le Consulting Group International, mis en place par le Conseil de l’Europe, a publié un rapport cinglant sur cette absence de progrès, et le désintérêt apparent du gouvernement à traduire les responsables en justice.

Aujourd’hui, à l’approche du deuxième anniversaire de ces décès tragiques, et de la commémoration de la victoire soviétique dans la Seconde Guerre Mondiale, le 9 mai, certains de ces mêmes groupes impliqués dans la première tragédie se préparent ouvertement à un second tour.

À cette fin, le principal porte-parole nationaliste, Dmitro Yarosh, l’ancien chef du Secteur Droit, a été invité à Odessa ce mois-ci. Là, il a expliqué son credo à ses disciples:

« Je ne suis tout simplement pas un démocrate. Ma vision du monde est celle d’un nationaliste ukrainien. Je crois qu’un gouvernement national populaire est très bon, mais seulement quand la démocratie ne menace pas l’existence même de l’État. Nous jouons parfois à la démocratie avec des gens comme Kivalov [un membre du parlement d’Odessa – NP], ou Trukhanov [le maire d’Odessa] . . . mais en temps de guerre, ce n’est jamais bon » a-t-il dit, ajoutant que « l’ennemi doit être traité comme il est toujours traité en temps de guerre – neutralisé ».

Récemment, à la fois l’aile militaire de la nouvelle organisation de Yarosh et l’armée des volontaires ukrainiens ont été mobilisées et, selon une déclaration faite à la presse, sont prêtes à se rendre à Odessa à tout moment.

Pendant ce temps, l’activiste euromaïdan local Arsen Grigoryan a donné aux autorités une semaine pour empêcher la tenue de tout rassemblement de commémoration le 2 mai, en particulier ceux qui pourraient inclure des représentants du gouvernement ou des « faux parlementaires d’Europe. » Si les autorités refusent de tenir compte de ces avertissements, dit-il, le maire d’Odessa, Gennady Trukhanov devra en assumer les conséquences.

La préoccupation soudaine des nationalistes radicaux semble avoir été inspirée par la vague de participation de cette année à la commémoration de la libération d’Odessa de l’occupation nazie, le 10 Avril.

Traditionnellement, c’est un événement plutôt discret, qui implique une cérémonie de dépôt de couronne au monument du Marin Inconnu au Parc Shevchenko. Cette année, cependant, plusieurs milliers de personnes ont rejoint la cérémonie de dépôt de couronnes, et certains ont même ajouté les couleurs russes aux couronnes.

Cet outrage a attiré l’attention des nationalistes vigilants, qui sont ensuite venus perturber la cérémonie. En un revirement inattendu, cependant, la police locale est intervenue pour défendre les participants de l’assaut maintenant habituel des radicaux.

Les nationalistes ont blâmé le procureur de la République, Georgy Stoyanov, pour cette débâcle, et ont bloqué l’entrée du bâtiment du parquet d’État jusqu’à ce qu’il soit démis de ses fonctions. Après avoir réussi dans cet effort, ils ont rapidement déplacé leur protestation à l’hôtel de ville d’Odessa, où ils cherchent maintenant la démission du maire élu par le peuple d’Odessa, Gennady Trukhanov.

De façon plutôt inhabituelle, le gouverneur nommé de la région, Mikheil Saakashvili (ancien président de la Géorgie), n’a pas encore exprimé d’opinion au sujet de cette confrontation. D’un côté, il peut gagner une influence politique s’il arrive à faire porter le blâme pour ces perturbations par le maire Trukhanov, qu’il estime amèrement contrecarrer ostensiblement ses efforts de réforme.

D’un autre côté, il sait toutefois sûrement que les nationalistes radicaux le considèrent simplement comme un autre sous-produit du régime « corrompu et traître » de Porochenko; en outre, c’est quelqu’un dont la loyauté ne va qu’à ses propres ambitions politiques. Peut-être le plus impardonnable, pour les nationalistes radicaux, il est aussi un étranger.

Toutes les parties sont maintenant mobilisées dans ce qui promet d’être un test décisif de volontés entre l’autorité du gouvernement et les nationalistes radicaux. La ville est inondée par des militants radicaux, et le gouverneur Saakashvili dit qu’un millier de soldats supplémentaires de la Garde nationale vont être déployés à Odessa où, comme il le dit, il y a des signes clairs de « l’effondrement de l’Ukraine en tant qu’État. »

Le Ministère de l’intérieur dit, cependant, qu’il n’a pas reçu de tels ordres et conseille simplement aux Odessites de se préparer à « de chaudes vacances en mai. » La scène est presque réglée pour la prochaine confrontation sanglante entre les « patriotes » et les « fascistes ».

Cette fois, cependant, l’Occident ne doit pas rester un spectateur impuissant. Il y a encore une chance d’éviter une autre tragédie, si les médias occidentaux attirent l’attention en temps opportun sur les préparatifs en cours. Une importante présence des médias occidentaux sur le terrain pendant la semaine critique du 2 au 9 mai, pourrait éventuellement conduire les nationalistes radicaux à reconsidérer leur stratégie violente.

Fermer les yeux à l’orage, en revanche, ne fera qu’encourager les éléments les plus radicaux de la société, et éroder davantage le respect du droit et de l’ordre en Ukraine. Comme l’adjoint du porte-parole du département d’État américain, Mark Toner, l’a bien noté, lorsqu’il a été interrogé sur cette question, « chacun de nous a la responsabilité de tout faire en son pouvoir pour réduire la capacité des militants et des extrémistes à mener à bien ce genre d’activités violentes ».

Nicolai N. Petro –  consortiumnews.com

Universitaire spécialisé dans les affaires russes et ukrainiennes, Nicolai Petro est actuellement professeur de science politique à l’Université de Rhode Island. Il a passé l’année 2013-2014 comme Fulbright Scholar US en Ukraine.



_________________________

Autres articles 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.