vendredi 8 décembre 2017

Arrêtez de ma parler de Minsk !

Arrivée d'un obus de 73mm tiré par un "sapog" (canon sans recul SPG9) sur un bunker défendant la route Donetsk- Gorlovka, sous le feu ennemi depuis l'invasion de la zone neutre par les ukrainiens.

Depuis février 2015, le conflit du Donbass est devenu le théâtre sanglant de l'impuissance.
  • - Impuissance des signataires des accords de Minsk de faire respecter pat l'armée ukrainienne le cessez le feu que son gouvernement a signe à Minsk,
  • - Impuissance des observateurs de L'OSCE de garantir leur impartialité vis a vis de la stratégie pro Kiev et de faire pression sur la diplomatie internationale,
  • - Impuissance des réseaux dissidents, médiatiques ou politiques, de s'intéresser à ce conflit majeur au cœur de l'Europe, aux 3 jeux et menaces mondiales,

Au contraire, nous assistons au règne de l'hypocrisie et du cynisme avec :
  • - des pays occidentaux qui financent les violations ukrainiennes quotidiennes des accords de Minsk et les crimes de guerre de son "Opération Spéciale Antiterroriste"", fer de lance par procuration de la stratégie terroriste de l'OTAN,
  • - des observateurs "neutres" qui regardent ailleurs lorsque les obus frappent les territoires de Donetsk et Lugansk répondant alors: "nous sommes des observateurs qui enregistrons les tirs, pas des enquêteurs qui déterminent leur origine" (Alexandre Hug mars 2017),
  • - d'un régime criminel de Kiev qui continue à fantasmer, malgré tous les experts qui concluent au contraire, sur cette armée russe contre laquelle ses soldats et surtput la propagande de guerre occidentale se battent...
  • - des prétendus dissidents à l'hégémonie de l'OTAN, de d'extrême droite conservatrice à l'extrême gauche réactionnaire, qui par électoralisme et/ou allégeance cachée ignorent cette crise déclenchée par leur "ennemi".

Pendant ce temps là, des civils et des défenseurs du Donbass continuent de tomber sous les tirs des soudards de Kiev...

Et le pire est que le seul pays qui est sanctionné dans cette guerre européenne déclenchée par les occidentaux sur le Maidan est justement la Russie qui dénonce les agressions des idiots utiles de Washington !

Contrairement à la Syrie où elle a pu finalement intervenir pour rétablir le droit international, la Russie ici ne peut intervenir de la même manière, car c'est justement ce que veut Washington en organisant ce piège à double tranchant du Donbass (intervention russe = déflagration internationale, abandon russe = déflagration nationale).

Voilà pourquoi les "ukrops" peuvent par leurs provocations meurtrières rechercher un embrasement du front, avec l'absolution discrète mais appuyée des occidentaux dont la propagande de guerre leur est totalement acquise.

Libérer la Vérité vers les consciences éveillées, pendant une période de blocus médiatique agressif est déjà difficile, mais lorsqu'il faut d'abord les réveiller, cela devient désespérant !

Et pourtant, la gangrène des bombardements qui ravage le pays, imposant la désolation de ses ruines silencieuses, les champs labourés de tombes et semés de croix etc sont bien des réalités parmi d'autres de ce nouveau conflit européen fratricide honteux pour l'Occident

Depuis mon dernier entretien pour Novorossiya Today où j'évoquais la situation militaire du front en dehors des lieux communs propagandistes de Kiev ou Donetsk (http://nrt24.ru/la-voie-de-la-verite-volontaire-francais-er…), le front entre Yasinovataya et Avdeevka où je suis déployé avec mes camarades de la Brigade Piatnashka (dont Sebastien Hairon) ne s'est pas calmé, bien au contraire.

Les tirs ukrainiens sont permanents tant la nuit que le jour, comme l'illustrent ces 2 photos prises cette semaine au cours de laquelle nous avons eu 2 nouveaux tués fauchés par des snipers :

Alors oui, quand j'entends parler de Minsk, j'ai un peu de mal à ne pas serrer les poings et ravaler le fiel de mon dégoût face à cette diplomatie dont l'impuissance devient une mascarade méprisant les peuples et complice de leurs assassins...

Erwan Castel

des balles traçantes (permettant de corriger les tirs) d'une mitrailleuse sont ici visibles venant frapper un bâtiment situé entre 2 positions républicaines, dans cette zone où les avants postes ukrainiens sont à moins durci née 500 mètres.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.