lundi 18 mars 2019

Les trêves criminelles du Donbass


Depuis la signature des seconds accords de Minsk en février 2015, des trêves n'ont jamais cessé d'être annoncées sur la ligne de front, rappelant vainement que le premier point du processus de paix à savoir un cessez le feu total (régime du silence) n'est toujours pas réalisé. Ainsi, nous sert-on depuis 4 ans les pathétiques échecs des trêves trimestrielles  "de Printemps", "de Pâques", "du Pain", "de l'Ecole" ou "de Noel", sitôt signées, sitôt rompues par les forces ukrainiennes.

Ainsi de cette nouvelle trêve de Printemps qui fut rompue le 8 mars 2019, à peine 5 minutes après son début par les mortiers de 120 mm ukrainiens, et ce mépris des accords internationaux de continuer depuis.

Pire que de s'enliser dans un cynisme sabotant systématiquement la moindre tentative de mettre enfin en oeuvre le processus de paix, Kiev a déclenché depuis février une escalade meurtrière sur le front du Donbass, tuant chaque jour des miliciens ou des civils, sans toutefois pouvoir être accusé de briser cette ligne du front dans les tranchées de laquelle la propagande de guerre occidentale tente de cacher cette guerre lancée contre le monde russe.

Après une diminution des bombardements observée quelques jours après la signature de cette nouvelle trêve, les pressions offensives ukrainiennes ont a nouveau recommencé leur stratégie du "1 pas en arrière 2 pas en avant", et de nouvelles pertes et destructions ont été enregistrées sur le front, à 2 semaines du premier tour de l'élection présidentielle ukrainienne.

Bombardements ukrainiens sur le territoire de la 
R. P. Donetsk (calibre supérieur à 100mm)

Alors que les ministères de Donetsk devant les chiffres ne peuvent que reconnaitre une partie des pertes républicaines, toujours importantes durant la première semaine de mars, ces dernières malgré la trêve continuent d'ensanglanter le Donbass. Ainsi du 8 au 14 mars 2019, au minimum 1 soldat a été tué et 2 autres blessés ainsi qu'1 civil sur le territoire de la République populaire de Donetsk, tandis que sur le territoire de la République populaire de Lugansk ce sont 2 civils qui ont été tués et 1 soldat blessé.

Quant aux forces de Kiev ( qui enregistrent aussi des pertes importantes, principalement hors combat), pour compléter leurs provocations, de continuer à filmer et publier les images de leurs violations du cessez le feu et des accords de Minsk, comme ici lors d'un bombardement de leur artillerie lourde ;

Bombardement ukrainien avec obusier de 122mm 
vidéo publiée par le réseau ukrop "Stirlitz"

Et ça continue en crescendo, comme hier soir, 17 mars par exemple, où des bombardements ukrainiens au mortier de 120mm ont été enregistrés dans le Sud de la République Populaire de Donetsk, mais aussi à Trudovsky (Ouest Donetsk) et Vasilievka (Nord Yasinovataya), en plus des échanges de tirs qui se poursuivent sur de nombreux secteurs du front.

Le contexte des élections présidentielles ukrainiennes n'est certainement pas étranger à cette exacerbation du front et, au vu des déclarations des principaux candidats en lice pour le scrutin, ce n'est pas près de s’arrêter, bien au contraire car poussés par Washington la plupart des politiciens ukrainiens veulent en finir avec ces accords de Minsk impuissants mais pour récupérer le Donbass coûte que coûte... 

Erwan Castel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.