mardi 18 juin 2019

Check Point, Block post and Co

339


Aujourd'hui sous un chaleur chaque jour croissante, nous avons abordé l'organisation et la tactique du "Block post" même si cette dernière n'apparaît pas immédiatement aux yeux du soldat qui est assigné à cette mission plutôt rébarbative, car située entre mission de police répétitive et mission militaire fixe.

A l'issue de cette formation un regard différent est porté sur ces missions ingrates mais qui apparaissent encore plus comme des points d'appuis d'un dispositif de défense vital et efficace...



Quiconque qui se déplace dans le Donbass voyant son temps de trajet multiplié soit par les détours s'éloignant de la ligne de front, mais aussi ces nombreux postes de contrôles doit comprebdre qu'ils fixent le maillage d'un contrôle de zone au milieu de laquelle sont déployées des unités défensives et des unités de réaction rapide capables de réagir à une infiltration ennemie repérée par eux.

La guerre dans le Donbass se déroule dans un environnement où continue de vivre et travailler une importante population civile, qu'il faut à la fois protéger et contrôler tant son activité peut être autant la cible directe que le vecteur involontaire d'opérations ukrainiennes offensives.


Près de 30 ans après la chute du "rideau de fer", les check-points, block-posts et autres points de contrôle sont toujours d'actualité dans notre monde en folie, et même en constante augmentation, sur les frontières des républiques séparatistes (Ossetie, Transnisstrie, Karabagh, Abkhazie, Donbass...) sur le mur de Gaza ou la frontière Sud-libanaise, dans les zones militarisées d'Irak, d'Afghanistan, de Libye..., autour des ambassades sensibles ou des bases d'occupation etc...

Jamais l'universalisme droitdel'hommiste de la ploutocratie internationale n'a montré autant son vrai visage qu'à travers cette toile d'araignée de barbelés, de mines et de mitrailleuses qui émergent dans le sillage de son hégémonie militaro-industrielle.

De Mariupol à Lugansk, les block-posts témoignent chaque jour par les longs flux et reflux de civils menacés par des échanges de tirs, de la réalité de cette guerre civile provoquée par un Maïdan qui en désintégrant définitivement l'unité fragile de L'Ukraine a déchiré le Donbass entre un territoire soumis à la botte militaire et des républiques, certes libres, mais soumises depuis 5 ans à un blocus et des bombardements insensés.

Erwan Castel


Les autres extraits de mon journal du front, le lien ici : Journal du front

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.