samedi 28 janvier 2017

Valery Bolotov

Un homme d'honneur est parti à l'horizon

Hier 27 janvier 2017, alors que les lisières de Donetsk étaient à nouveau la proie de puissants bombardements ukrainiens, nous apprenions la disparition de Valery Bolotov, le premier Président de la République Populaire de Lugansk, à priori victime d'une crise cardiaque, dans la région de Moscou.




Pour ceux qui suivent cette crise ukrainienne depuis ses premières heures, le nom de Bolotov est celui d'un des capitaines de la rébellion du Donbass ainsi que du beau projet de la Novorossiya.

Lorsqu'à l'issue du coup d'état du Maïdan organisé par les néo-conservateurs étasuniens alors au pouvoir à Washington, la junte lance des mesures russophobes stigmatisant la population du Sud-est de l'Ukraine, cette dernière organise massivement des manifestations dans les villes de toute la Novorossiya, pour réclamer la protection de leurs identité russe.

Dans le Donbass, une terre de peuplement russe et rattaché artificiellement à l'Ukraine par Lénine en 1928, la question de la langue russe, qui est menacé par le nouveau pouvoir de Kiev mais également la coupure proposée de toutes les relations avec la Russie inquiète la majorité de la population qui se regroupe derrière des hommes qui spontanément se proposent de mener la lutte en offrant leur vie pour défendre le Donbass menacé .

Valery Bolotov était de ceux là. 

Directeur d'une petite entreprise de viande, Valery Bolotov qui est né en 1970 est marié et père de 2 enfants. Cet ancien sergent des troupes aéroportées soviétiques, devenu Président de l'amicale des ancien parachutistes va entrer dans l'Histoire en menant dès le 5 avril 2014 les manifestations puis devant le refus catégorique par Kiev d'engager un dialogue, en appelant à une confrontation ouverte avec les autorités ukrainiennes. 

Plus tard Bolotov, devenu l'un des commandants de l'armée du Sud Est participera à la prise du bâtiment du SBU à Lugansk avant de devenir le 21 avril 2014, le gouverneur populaire de la future République de Lugansk, a qui il donnera naissance.



Le 13 mai 2014, il est la cible d'un attentat terroriste, et blessé dans le mitraillage de sa voiture. Évacué dans un hôpital en Russie pour être soigné. Le 17 mai il sera capturé à son retour dans le Donbass par les garde frontières ukrainiens (à ce moment là de nombreux postes frontières sont encore occupés par l'armée ukrainienne), avant que des miliciens de Lugnask attaquent le poste et le libèrent.

Le 18 mai 2014 lors de la première session de l'Assemblée nationale (Conseil suprême) de Lugansk, Bolotov sera élu Président de la République Populaire de Lugansk. 

Le 14 août, Valery Bolotov qui ne s'est pas remis de ses blessures démissionnera en faveur d'Igor Plotnitsky.

Bolotov restait depuis au service de la République et du peuple de Lugansk pour lequel il avait créé une organisation d'aide humanitaire...

Cet homme dévoué à son pays restera dans le coeur des gens un précurseur des Républiques populaires et un des fervents défenseurs de la Liberté du Donbass...

Paix à son âme.

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya



Précisions sur Valeriy Bolotov, le père de la révolution à Lugansk

Par Sergeï Munier



"Nombreux se font peut-être porte-paroles des républiques populaires aujourd'hui et se sentent même plutôt confortables dans leur nouvelle situation. Certains semblent pourtant oublier les noms des véritables leaders, qui n'avaient pas de postes et des opportunités de carrière à récupérer, mais qui devaient tout bâtir de leur propre sueur et de leur propre sang. Ce n'étaient pas non plus des acteurs qui aimaient se mettre en scène, mais souvent des gens simples qui ont assumé ce que beaucoup n'ont pas le crâne de faire dans les moments de tourmente: la responsabilité.

Au printemps 2014, les manifestations anti-maidan étaient face aux militants venus de Kiev, soutenus par les chefs de la Police et aux arrestations du SBU. A Lugansk particulièrement, le mouvement était mal parti et semblait s'essouffler jusqu'à ce qu'un homme apparaisse sur les écrans en retirant sa cagoule et en appelant à la révolte contre le régime de Kiev. C'est le 5 avril, et l'homme en question, Valeriy Bolotov. Le 6, il s'empare des locaux du SBU de Lugansk, à la tête d'une foule.

Dans cette appel vidéo, pas question de la Russie ou du séparatisme: Bolotov appelle les ukrainiens du Sud-Est à s'opposer ouvertement à l'Etat et il est suivi. Seuls Donetsk et Lugansk sont allés jusqu'à l'insurrection. S'il n'aurait pas pris cette responsabilité, les manifestants de Lugansk auraient été réprimés dans le sang comme dans les autres régions.

Après avoir organisé le réféndum, le 13 mars, il est hospitalisé en Russie après avoir reçu une balle dans la poitrine dans une opération d'assassinat du SBU, mais décide de retourner à Lugansk. Les ukrainiens l'arrêtent à la frontière. C'est alors que ces camarades prennent d'assaut le poste de frontière et le libèrent. Entre fin mai et mi-août, c'est lui qui dirige la République Populaire de Lugansk en subissant bombardements d'artillerie, l'attaque de l'aviation du 2 juin, et les assauts des troupes ukrainiens. Dans ces conditions, il forme les premières structures étatiques et militaires sur lesquelles repose la République Populaire de Lugansk. Mais son état de santé l'oblige de se retirer en laissant la place toute prête à ceux qui gouvernent aujourd'hui.

Valeriy Bolotov avait servi dans la 103éme Brigade Parachutiste (VDV) de l'Armée Soviétique et participé à la guerre du Haut-Karabakh dans les années 80. Au printemps 2014 il était sergent-chef de réserve et chef de l'Union des Anciens Combattants Parachutistes pour la région de Lugansk. C'est avec ces camarades qu'il a pris d'Assaut le SBU. On lui doit la première organisation militaire et étatique de la LNR.

Un homme simple, qui ne semble pas l'aise face à la caméra, mais qui avait une détermination sans faille et parait-il un attachement émotionnel profond à son pays. Retiré dans la maison de sa famille dans la région de Moscou pour raisons de santé dû à sa blessure, il continuait à aider Lugansk par tous les moyens.


Ses problèmes cardiaques étaient déjà connus en été 2014."


Sergeï Munier


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.