jeudi 26 janvier 2017

Et toujours des attaques génocidaires

Les civils du Donbass toujours 
dans la ligne de mire des soudards de Kiev

Au moment même où le volontaire brésilien Rafael Luzvarghi venu défendre la population du Donbass contre l'agression ukrainienne, était condamné à 13 ans de réclusion criminelle à Kiev pour "terrorisme" et "assassinats", les forces armées ukrainiennes continuaient ces derniers jours leurs attaques à caractère génocidaire contre les civils désarmés du Donbass...

Qui est le soldat, qui est le "terroriste" ? ... A vous de juger !


L'armée ukrainienne depuis plusieurs jours a engagé une nouvelle escalade militaire par des attaques et des bombardements quotidiens commençant même en milieu de journée.

Les objectifs de ces violations sont bien sûr les positions militaires républicaines qui dans certains secteurs se trouvent sous une pression permanente de lignes ukrainiennes qui ne cessent de se rapprocher d'elles en occupant la "zone grise" (espace normalement neutre entre les belligérants), mais aussi des cibles civiles aléatoires et dont l'objectif est visiblement de terroriser la population et la forcer à quitter la zone de front...

Au cours de ces 3 derniers jours des objectifs civils reconnus ont été pris pour cibles par les forces ukrainiennes provoquant au sein de la population 2 tués et 4 blessés.

Source, Blog de Sébastien Hairon ici : "Bombardement sur le ville de Kirovsk et son hôpital"

Bombardement des villages de Zaitsevo et Uglegorsk 



Zaitsevo est un village situé au Nord de Gorlovka, et qui subit depuis un an maintenant des bombardements quasi-quotidiens. Au milieu des ruines survivent des dizaines de familles qui pour survivre n'ont pas d'autre choix que de rester accrocher à leur petites maisons entourées de petits potager et d'animaux d'élevage vitaux à leur auto-subsistance.

23 janvier 2017, nouveaux bombardements sur Zaitsevo, au Nord de Gorlovka
Uglegorsk est une petite localité située au Nord de Debalsevo et qui sert de verrou à la ligne de front protégeant ce carrefour routier et ferroviaire reliant les 2 républiques du Donbass entre elles. Depuis décembre 2016, les ukrainiens ont réalisé des "sauts de crapauds" dans la zone grise jusqu'à menacer à nouveau ce secteur qui a été le théâtre de violents combats pendant l'hiver 2014-2015.


Bombardement de l'hôpital de Kirovsk


Depuis plusieurs semaines, les ukrainiens lancent des attaques contre les forces républicaines après avoir envahi la zone grise situé sur la ligne de front de "Arc Svitlodarsk" entre les 2 républiques de Donetsk et Lugnask. (Voir les compte-rendus et analyses ici : Debalsevo)

Le but de ses "sauts de crapauds" comme ils les désignent eux-mêmes et d'amener l'artillerie ukrainienne à portée de tir des villes républicaines du secteur (Pervomaisk, Kirovsk, Stakhanov, Debalsevo etc...), localités dans lesquelles la quasi totalité de la population est restée et que Kiev bombarde à nouveau quotidiennement depuis décembre 2016.

C'est ainsi que dans la nuit du 23 au 24 janvier, l'artillerie lourde de Kiev a bombardé le secteur Ouest de la ville de Kirovsk où il n'y a aucun objectif militaire républicain.mais où se situe l'hôpital local, qui a été sérieusement endommagé. Ce pilonnage a tué un ouvrier mineur qui se rendait à son usine. 

24 janvier 2017, bombardement de l'hôpital de Kirovsk, au Nord de Debalsevo
De fait le bombardement d'un hôpital est très loin d'être exceptionnel et depuis 2 ans et demi de guerre, très rares sont les hôpitaux qui n'ont pas été pris pour cible par les soudards de Kiev (au même titre que les écoles, orphelinats ou églises également). 
C'est bien la preuve que ce régime de Kiev, ivre d'une russophobie pathologique, pratique à l'encontre des russes du Donbass une politique de la terreur leur proposant de quitter leur terre ou d'y être massacrés.

Source : le blog de Sébastien Hairon "Taranis" : "Bombardements sur la ville de Kirovsk"


Destruction d'un véhicule civil sur Bahmutka


Ce 25  janvier, à 13h30,  1 civil a été tué et 3 blessés dans la destruction de leur véhicule civil roulant près du village de Dolgoe, dans le secteur de la piste de Bahmutka à 26 km au Nord Ouest de Lugansk. Ils ont été victimes d'un tir de missile antichar tiré depuis des positions ukrainiennes situées dans le village proche de Lopaskino et dans l'axe d'une route où la visibilité ne peut permettre une erreur d'identification. 


25 janvier 2017, une voiture touchée par un missile antichar au Nord de Lugansk 
Si les esprits animés de mauvaise foi peuvent toujours avancer cyniquement que les victimes des tirs d'artillerie sont des "dommages collatéraux", en revanche, dans cette attaque délibérée sur un véhicule isolé identifiable il ne fait aucun doute que l'intention était bien d'assassiner des civils..




Les roses ensanglantées du Donbass


Ce régime de Kiev issu de ce "bel élan démocratique du Maïdan" continue donc dans un cynisme effrayant et un fanatisme haineux a terroriser et massacrer cette population civile du Donbass qui ne demande qu'à vivre chez elle dans le respect de ses coutumes et de son identité culturelles.

Entre 10 000 et 20 000 morts minimum, des dizaines de milliers de blessés, près d'un million de réfugiés et déplacés, des milliards de destructions, un pays économiquement à genoux et tout cela avec la complicité et le soutien actifs de la ploutocratie occidentale qui depuis les banques de Wall street et les palais de Bruxelles, Paris ou Berlin a utilisé cet immense territoire ukrainien comme d'un bélier contre la forteresse Russie qui résiste depuis 20 ans aux assauts du mondialisme esclavagiste...

70 ans après la fin de la seconde guerre mondiale, l'Europe est  à nouveau frappée au coeur et cette blessure sanglante qui sillonne aujourd'hui le Donbass n'est pas prête de se refermer car le sel de la haine déversé par Kiev ne pourra jamais être effacé dans le coeur de ces femmes et ces hommes martyrisés... 

Comme le disait un vieil habitant d'Irmino (au Nord de Debalsevo), qui a connu la "Grande guerre patriotique",  commentant les yeux larmoyants le bombardement meurtrier de son village: "Même les nazis n'ont pas fait cela à leurs frères et sœurs. Les soldats ukrainiens sont pires que les nazis, les allemands dans la guerre, car ici nous sommes du même sang et ils nous tuent !"

De fait cette "Ukraine brune", tant par son idéologie nauséeuse que ses méthodes criminelles est vraiment devenue la honte de l'Occident...

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya



Un pays qui sur plus de 700 km de front* est ravagé par la guerre... 

* : Le front actuel (300 km) et le front de 2014 (comme la zone frontalière Sud par exeple)





*
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans ce travail de réinformation

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos ... et locales, obsédées par la recherche du monopole de l'information.

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 

Bien à vous 

Erwan




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.