vendredi 15 juin 2018

Reportage d'Oplot

158


Le 13 juin 2018, la veille de quitter nos positions pour quelques jours de repos, nous avons accueilli sur ce front de Yasinovataya une équipe du média républicain "Oplot" qui réalise des reportages sur la vie quotidienne des défenseurs de la République. La dernière fois que Oplot était venu me rendre visite c'était fin 2015, alors qu'avec d'autres français nous étions déployés sur le front de Dokuchaievsk au Sud de Donetsk.

Dans cette courte vidéo vous pouvez voir une partie de nos tranchées, quelques pièces du bâtiment "Forteruine" ainsi que des positions ukrainiennes qui nous font face.


Jeudi 14 juin 2018

Source de l'article : Oplot TV

La nuit dernière, dans la zone de la zone industrielle d'Avdeevska, s'est révélée extrêmement agitée. Même le soir, les forces armées ukrainiennes ont ouvert un feu nourri sur les positions des défenseurs de la République. En d'autres termes, ils appréhendent le calme temporaire. Ils disent que très probablement de l'autre côté, ils se préparent à de nouveaux combats.

Nous nous sommes déplacés jusqu'aux positions des combattants en courant. Il est dangereux de lever la tête au-dessus du parapet de la tranchée. Pendant la journée, les tireurs d'élite travaillent activement ici, les soldats disent:

"Un homme qui a oublié la peur est un homme mort."


À travers le labyrinthe de tranchées nous arrivons à l'emplacement. Les soldats préparent de la nourriture là-bas, font bouillir de l'eau. Dans la soirée, il n'y a pas de temps pour cela. Selon le chef: à partir de la deuxième moitié de la journée, les bombardements deviennent intenses.

«Chaque jour, nous recevons des obus de fort calibre, du 82 mm, BMP-1, BMP-2, SPG et des grenades AGS, des roquettes RPG etc. ainsi que les tirs des armes légères. Étant donné qu'ils sont proches de là ce sont des tentatives pour nous atteindre. Nous tenons, nous ne les laissons pas entrer", affirme le responsable du secteur à l'indicatif d'appel" Sultan ".

La réunion de terrain sera faite dans un petit bureau. Il a été personnellement arrangé par l'ancien commandant de bataillon des "15", "Mamai" (ndlr : tué au combat en mai dernier). Ici, le commandement discute de toutes les questions importantes - de la situation sur le champ de bataille à l'approvisionnement des soldats en rations et munitions.

Maintenant, les fonctions du commandant de "Pyatnashka" sont effectuées par le chef d'Etat major, un combattant à l'indicatif d'appel "Svarog". Il supervise le champ de bataille et sélectionne le personnel. Il rappelle: "La mort de Mamai" est devenue une perte irréparable pour le bataillon. Mais les combattants continuent leurs missions.

"Nous accomplissons les missions assignées par le Chef de la République à notre commandant, nous les achevons et planifions également toutes ses instructions pour l'avenir. Il est l'une des rares personnes qui soutiennent notre bataillon. Grâce au chef, nous existons - le bataillon et toute la structure de notre régiment », dit Svarog, le commandant de "Piatnashka", le 2e bataillon du régiment des forces spéciales.

Il est nécessaire d'être défensif dans des conditions difficiles. Autour de nous il n'y a pas moins de 11 positions ukrainiennes. Et ce ne sont que ceux que les éclaireurs ont pu détecter. La plus proche est à un peu plus de 50 mètres. Les soldats disent que la nuit, vous pouvez entendre ce qu'ils disent de l'autre côté. Devant les meurtrières et les sacs de sable réalisés à la main sont les positions de l'armée ukrainienne.

En raison de la proximité dangereuse - la principale menace à la vie des combattants n'est pas l'artillerie, mais les mitrailleuses de gros calibre les armes d'infanterie et les armes de tir direct », explique un sniper, volontaire français..

"Les Ukrainiens tirent du mortier, et l'obus arrive en 20 secondes  Pendant ce temps, nous retournons dans un endroit plus sûr et là nous sommes protégés les explosions", a déclaré Erwan Kastel, un soldat de forces spéciales de l'unité "Piatnashka".

Les soldats de la RPD essaient d'observer le cessez-le-feu, comme indiqué dans les accords de Minsk, mais ils disent que toute tentative de s'emparer du territoire de la République sera sévèrement réprimée.

Vlad Motorny, Dmitry Smolnikov, chaîne de télévision "Oplot"


Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.