jeudi 18 août 2016

Une grenade dégoupillée dans une poudrière

Le généralissime ukrop arrive sur le front du Donbass


Aujourd'hui, le Président Porochenko, après avoir déclaré que "la probabilité d'une escalade du conflit reste considérable" a confirmé la possibilité d'instaurer une loi martiale dans le pays et de déclencher une autre vague de mobilisation.

Cette tentative de préparer psychologiquement les ukrainiens à voir une nouvelle fois disparaître massivement leurs enfants dans le Donbass est également appuyée par différentes déclarations politiques et médiatiques aboyées par la meute ukropithèque sortie du Maïdan. Ainsi par exemple ce Youri Birioukov, conseiller du Président et du Ministre ukrainien de la Défense, qui avait justifié l'année dernière le recrutement "d'alcooliques, de toxicos et de criminels" dans l'armée de Kiev s'est fendu hier d'un nouveau record dans le domaine de la débilité mentale : cet hystérique qui aime appelé les russes "la horde" a rappelant qu'ils devaient être tous considéré comme l'ennemi juré des ukrainiens a affirmait le plus sérieusement du monde "Il s'agit de l'ennemi près de notre frontière qui s'appelle la Russie. La faute revient aux Russes. Ils sont tous pareils, peu importe leur appartenance ethnique"

Dans ce contexte de propagande russophobe hystérique, Porochenko a envoyé Viktor Muzhenko, son généralissime chef d'Etat Major des armées ukrainiennes rejoindre ses soudards sur le front du Donbass :"Au lieu de siéger dans un bureau, maintenant, sur mes instructions, le chef d'état-major général, le général de l'Armée Muzhenko est dans la zone de l'ATO (opération Spéciale Antiterroriste)"

Sur le terrain, les Républiques de Donetsk et Lugansk, qui sont toujours bombardées quotidiennement (428 tirs d'artillerie sur la seule RPD dans la journée d'hier) sont prêtes à encaisser un nouvel assaut des forces ukrainiennes qui se massent désormais contre la ligne de front sur leurs bases d'assaut.


L'artillerie de destruction massive ukrainienne est désormais de retour sur le front avec notamment des Lance Roquettes Multiples qui réapparaissent en première ligne, tandis que les mortiers et le obusiers continuent leurs pilonnages quotidiens sur les quartiers résidentiels. 

Un exemple du déploiement des unités d'artillerie ukrainienne sur le front du Donbass, ici au Nord de Stakhanov, sur le front de la République Populaire de Lugansk.



L'accumulation des forces ukrainiennes sur le front est telle qu'elle devient elle-même difficilement gérable par Kiev qui va devoir rapidement choisir entre le désengagement ou l'offensive...

17 août 2016 - Bombardement de Dokuchaievsk
video

Un contexte international incendiaire

La dégradation du front du Donbass s'inscrit également dans une dégradation globale des relations entre l'Est et l'Ouest avec notamment les crispations nouvelles autour du conflit syrien qui voit la Russie bombarder désormais les terroristes de la CIA depuis les bases iraniennes et prochainement turques, mais surtout le revers subi par l'OTAN dans la crise turque et qui précipite Washington dans une fuite en avant russophobe et dangereuse.

"US go home !"

En effet après avoir voulu mater l'indiscipliné Erdogan par un coup d'Etat le 15 juillet dernier, les USA ont vu l'échec de ce putsch se retourner contre eux, avec la restauration accélérée des relations entre Ankara et Moscou et surtout une crise majeure et unique au sein de l'organisation militaire de l'Atlantique Nord. Cette crise qui est un véritable divorce entre l'OTAN et son allié turque s'est cristallisée autour de la base stratégique d'Incirlik dont une partie de la garnison avait participé au coup d'Etat et qui abrite surtout la plus grande base étasunienne de la région...

Aujourd'hui Washington doit retirer précipitamment son arsenal nucléaire de Turquie déclarant prétentieusement prendre cette initiative par "manque de confiance envers Ankara" La réalité c'est que l'implication étasunienne dans la tentative de renversement du Président Erdogan est prouvée jusque dans son attitude a protéger l'opposant Gulen réfugié aux Etats Unis, et que la base d'Incirlik depuis le 16 juillet est encerclée par les forces de sécurité turques...

Il est prévu d'ailleurs que cette base accueille des bombardiers russes en mission contre les terroristes en Syrie.

Cette crise est certainement le plus grave revers subi par l'administration étasunienne ces dernières années, d'autant plus dramatique pour les néo-conservateurs qu'elle se traduit par une nouvelle alliance politico-militaire entre Ankara et Moscou et un renforcement de l'axe Téhéran-Damas...

Mais, attention car chaque médaille a son revers et il est question aujourd'hui que ces missiles nucléaires étasuniens déménagent de la base turque d'Incirlik vers la base de Deveselu... en Roumanie, donc directement pointés vers la Fédération de Russie (et non plus contre l'Iran comme précédemment déclaré "officiellement")

Cette base roumaine de Deveselu est déjà au coeur des crispations entre Moscou et Washington depuis qu'elle accueille un centre de missiles balistiques étasunien ("Aégis Ashore Missile Defense System") risque de devenir l'objet d'une crise très grave entre Moscou et Washington, si le transfert de l'arsenal nucléaire d'Incirlik y est confirmé.

(Aux dernières nouvelles, la Roumanie a nié recevoir ces armes nucléaires étasuniennes sur son territoire)

Dans ce contexte très tendu, le front du Donbass ne risque pas de trouver un apaisement et même plutôt d'être une pièce majeure de la partie d'échecs qui se joue à nouveau entre l'Est et l'Ouest...

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya


Hier 


Aujourd'hui 


3 commentaires:

  1. Ce qui se passe dans les républiques du Dombass et de Lugansk et la recrudescence des combats prouvent bien que les guerres de Syrie et d'Ukraine sont liées vu qu'il s'agit de guerres par procuration qui évitent un affrontement direct entre les USA et la Fédération de Russie mais le transfert de missiles balistiques nucléaires américains de la base turque d'Incirlik vers la base de Deveselu en Roumanie représente un tournant dangereux qui pourrait se transformer en une confrontation directe impliquant de lourdes conséquences et une possibilité de guerre nucléaire; il est à remarquer que chaque fois que DAECH, création de la CIA, subit des revers graves en Syrie le front ukrainien se rallume par intensifiant des bombardements par les hordes ukrainiennes; DAECH et le gouvernement illégal de Kiev sont en faite des marionnettes entre les mains de l'Administration US et de l'OTAN en agissant au doigt et à l’œil; Poutine doit agir car c'est la Russie qui est visée par les forces impérialistes et ceci devient de plus en plus clair; il faudrait agir sur deux points : Renforcer le potentiel militaire défensif des deux républiques qui s'opposent à l'arrogance des dirigeants ukrainiens et installer un système balistique de défense nucléaire sur la frontière russe avec l'Ukraine de manière urgente pour dissuader les agresseurs de l'OTAN et briser l'encerclement américain dont l'intention inamicale devient apparente !!!

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait d'accord avec vous ! Les Etats-Unis sont devenus une puissance totalement cinglée qui joue un jeu dangereux !

    RépondreSupprimer
  3. Je craint le pire ! Pour l'avenir de la Russie et de l'humanité...

    RépondreSupprimer

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.