mercredi 17 août 2016

Quand l'Axe Sud réapparait

Bilan de le nuit du 16 au 17 août 2016


Tandis que dans la journée, le gouvernement Porochenko annonçait une 7ème vague de mobilisation en Ukraine, "en cas d'aggravation du front", la nuit dernière, son armée  a maintenu sa campagne de bombardements sur la ligne front du Donbass.


Les principaux bombardements en début de soirée du 16 août 2016

Puis, au milieu de la nuit; les ukrainiens ont déclenché des tirs sur le secteur de Yasinovataya notamment avec des mortiers de 120mm jusqu'à ce que des tirs de contre-batterie républicaine les réduisent au silence.

Sur les zones de contact (où les 2 lignes de front sont à portée de tir l'une de l'autre), les unités ukrainiennes appuient les bombardements de leur artillerie par des tirs sur les positions républicaines. 
Ici par exemple une vidéo montrant des tirs réalisés par des ukrainiens positionnés à Marinka (ouest Sud de Donetsk). 

Vidéo ukrainienne de combats menés à Marinka

Au mieux de ces attaques quotidiennes devenues quasi routinières, deux événements doivent attirer cependant l'attention : 

Réchauffement du secteur de Volnovakha

Les  services de renseignement républicains ont détecté l'arrivée supplémentaire dans le secteur de Volnovakha, occupé par les uktrainiens, d'une groupe d'assaut blindé d'environ 60 véhicules, comprenant des chars d'assaut et des obusiers automoteurs.

Le déploiement sur ce secteur du front de ce groupe d'assaut (au village de Novotroitskoye) et qui est une nouvelle violation des accords de Minsk, n'est pas une première pour les ukrops qui y disposent déjà (pourtant dans l'un des secteurs les plus calmes du front) de forces blindées et mécanisées en très grand nombre.

Une telle concentration de blindés confirme l'hypothèse d'une action potentielle de l'armée ukrainienne dans un couloir Ouest-Est, au Sud de la République et qui présente le double avantage d'être peu urbanisé et proche des frontières avec la Russie (moins de 100km).

En effet j'avais souligné l'année dernière que, malgré des plans ambitieux d'offensive étendue, l'armée ukrainienne n'avait que peu de chances aujourd'hui de réussir l'encerclement des bastions républicains de Donetsk et Lugansk et encore moins de pouvoir les vaincre dans une attaque urbaine frontale. 



En revanche, les ukrainiens disposent au Sud de la DNR d'une zone plus favorable -en théorie à un assaut blindé dont l'objectif serait de prendre le contrôle d'une partie de la frontière avec la Russie et d'isoler le corps d'armées républicain déployé face à Mariupol . 

Dans l'hypothèse de cette offensive sur un axe Sud, les attaques observées depuis des semaines sur le secteur Nord de la RPD entre Gorlovka et Donetsk principalement seraient de fait des actions destinées à fixer les forces de réserve républicaines le plus loin possible de ce couloir offensif.
Le risque pour les ukrainiens de tomber dans un nouveau chaudron comme ceux vécus en 2014 dans le Sud, à Iliovaisk ou en 2015 à Debaltcevo reste cependant important, aussi devraient-ils vraisemblablement dans cette hypothèse miser sur la vitesse, quitte a laisser les localités à une force de réserve et aussi "doubler" cette offensive par un accroissement brutal des attaques venant de Mariupol qui fixeraient aussi les forces républicaines de ce secteur, à conditions que la Russie n'ouvre pas ses frontières à leur logistique et renforts.

Il faudra donc à l'armée ukrainienne :
  • une attaque rapide et sans étape jusqu'à la frontière russe
  • sur un couloir le plus large possible et fortifié au fur et à mesure sur ses flancs
  • et tenir suffisamment longtemps jusqu'à l'épuisement des forces républicaines au Sud
Arrivé à la frontière russe, le gouvernement ukrainien pour capitaliser cette action militaire, devra également pouvoir la valider sur le plan diplomatique, ce qui est loin d'être gagné, car la Russie vraisemblablement ne resterait pas sans régir en cas de nouveaux combats sur sa frontière. Mais provoquer la Russie en la menaçant sur ses frontières fait certainement également partie des objectifs d'une telle offensive ukrainienne sur un axe Sud, et l'opération menée an Crimée par Kiev la semaine dernière a déjà réveillé ce type de scénario...

Mais, pour simplifier, l'état de l'armée ukrainienne, même s'il s'est amélioré depuis 1 an reste celui d'un fusil à un coup doté d'une poudre morale plutôt mouillée. Et si cette offensive au Sud reste la plus "réalisable", elle risque fort de n'offrir qu'une victoire militaire et un sursis politique éphémères avant de bouillir à son tour dans des chaudrons et sonner le glas de Porochenko.



Arrestation à Donetsk d'un agent du SBU ukrainien

Le MGB de la République Populaire de Donetsk a arrêté Eugene Brajnikov, un homme recruté l'année dernière par le SBU ukrainien pour organiser des actions terroristes sur le territoire de la République. A l'issue de l'arrestation de l'agent une importante cache d'armes et d'explosifs a été trouvée. L'enquête est en en cours...


Intervenant 1 semaine après l'interception d'un commando ukrainien sur le territoire de Crimée, cette opération du MGB, qui montre au passage son efficacité opérationnelle dans une zone particulièrement difficile, confirme l'intention des ukrainiens de développer des actions terroristes de grande envergure.

En Crimée,  les renseignements obtenus lors des interrogatoires des prisonniers capturés dans l'opération du 7 août dernier confirment qu'elle avait été planifiée par le Commandement des opérations spéciales ukrainiennes, et que le risque de voir ce dernier récidiver sous couvert d'actions menées par des extrémistes tatars est hautement probable.

En conclusion, les bombardements, les reconnaissances offensives et les actions terroristes sont autant de faits prouvant indubitablement que Kiev, bafouant les accords signés, le droit de la guerre et les conventions de Genève, est devenu un véritable État terroriste aux ordres des Etats Unis, implanté au coeur de l'Europe pour y semer le chaos.

Erwan Castel,  volontaire en Novorossiya 


16 août 2016 : Bombardement à Dokuchaievsk
(Sud de Donetsk)
video

2 commentaires:

  1. Merci Erwan pour votre analyse militaire très claire.

    RépondreSupprimer
  2. L'Ukraine et son président sont comme un enfant immature qui cherche des ennuies avec un géant (la Russie )

    RépondreSupprimer

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.