mardi 13 février 2018

Le SPG9 "Sapog"

Les armes du front / 1

Sapog ukrainien déplacé à dos d'hommes,

La quasi totalité des armes utilisées sur les 2 côtés du front du Donbass est issue de l'arsenal soviétique ukrainien. C'est un arsenal ancien mais toujours opérationnel et très complet.

Les armes antichars sont parmi les familles les plus diversifiées des armes russes. Du fusil antichar de la seconde guerre mondiale au missile antichar filoguidé, les "tubes", canons, lance roquettes sont pléthore jusqu'à l'échelon du groupe de combat.

En préambule il faut préciser que le qualificatif d'arme "antichar" est ici réducteur leur utilisation largement étendu, surtout dans une guerre de position, aux bâtiments, casemates, blockaus (appelés d'ailleurs "blindages") qui deviennent aussi les cibles de ces armes perforantes. Voilà pourquoi il faut reviser les commentaires officiels concernant la livraison des armes antichars occidentales à Kiev présentées exclusivement comme "défensives face à une attaque blindée russe"

Sur Promka, les positions belligérants étant tellement proches les unes des autres (jusqu'à moins de 100 m) les unités privilégient les armes d'appui rapproché à tir tendu pour éviter au maximum les dommages collatéraux des tirs moins précis de mortiers ou d'artillerie lourde par exemple.

Appui important sur toutes ces zones de contact" du front du Donbass, le canon sans recul SPG 9 fait quotidiennement entendre le sifflement de ces roquettes de 73mm. Même si violer les accords de Minsk ne dérange pas les ukrainiens, ce type d'arme d'un calibre inférieur à 100mm n'étant pas pris en compte dans le retrait exigé des armes lourdes, a incité les soudards de Kiev a multiplier son emploi.

Mis en service au début des années 60 le 
"Sapog" comme l'appellent les soldats est la version portative du canon de bord du BMP 1, le véhicule de combat d'infanterie soviétique.

C'est un petit canon de 60 kg (avec trépied) qui peut être transporté discrètement et rapidement par un binôme jusqu'aux premiers postes avancés du front.

Sa mise en oeuvre est très rapide (2 minutes pour des servants entraînés) et il peut tirer plusieurs types de munitions explosives d'environ 4 kg (PG9) ou à fragmentation de 5 à 7 kg environ (OG9) et dont les portées varient autour de 1000 mètres pour les explosives et plus de 4000 mètres pour les fragmentation.

Impact de Sapog au niveau de notre position, 2ème étage,

Le principe de la munition est une roquette stabilisée (avec de petites ailettes) et munie d'une charge additionnelle qui s'active après le tir, "boostant" la vitesse initiale de 300 à 700 mètres/seconde. C'est la combustion de cette charge additionnelle qui provoque le sifflement sourd caractéristique du vol du Sapog.

Sur le front de Yasinovataya, les ukrainiens tirent quotidiennement au Sapog sur nos positions situées dans l'ancienne zone industrielle ou sur la route de Donetsk-Gorlovka, à partir de positions changeantes situées entre 300 et 500 mètres de portée.

De notre côté nous disposons également de ce canon sans recul SPG 9 qui nous permet épisodiquement de "traiter" également des objectifs fortifiés ukrops.

Erwan Castel

Tir d'un Sapog sur un bunker républicain de la route Donetsk-Gorlovka

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.