mardi 29 mai 2018

Sous la pleine lune

139


"Il était tard ; ainsi qu'une médaille neuve la Pleine Lune s'étalait, 
Et la solennité de la Nuit, comme un fleuve dormant ruisselait." 
(Charles Baudelaire)


Lundi 28 mai 2018

Après un dimanche relativement calme (peut être à cause de la fête orthodoxe de la Trinité) les tirs ont à nouveau entamé un crescendo sous le regard borgne et indifférent de la nuit.

Les abeilles d'acier ont recommencé à frapper "Forteruine" appelant à leur rescousse des grenades à fusil et autres roquettes antichars (RPG) ou canon dans recul (SPG).

Ricochet d'une balle 

Sur les ferrailles, les pierres et les briques de notre bâtiment les vrombissements et sifflements mourir en gerbes d'étincelles. Certaines balles arrivent sans claquement, dans des vrombissements subsoniques graves et lents, signalant la présence proches de silencieux tapis dans l'obscurité.


Au matin, tandis que les sentinelles nocturnes partent se reposer, les hommes retournent au créneaux, fourneau, boulot et tarot...

Un vent frais nous amène les effluves sonores de Yasinovataya depuis l'autre côté de la route où nous sommes adossés témoignant que la vie continue coûte que coûte...

Erwan Castel

Au créneau

Au tarot

Au boulot

Au fourneau

Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.