mercredi 9 mai 2018

Le jour de la mémoire

126

"Rex", volontaire à la Brigade Piatnashka portant dans les rangs du "Régiment des immortels"  le portrait de son fils Daniel tué au combat le  5 décembre 2017 sur Promka. Aujoud'hui  Yuri a relevé son fils disparu  dans sa mission et défend cette terre dans laquelle il repose aux côtés de ses ancêtres 
Lorsque le Président Vladimir Poutine initie le 9 mai 2012 le premier défilé du régiment des immortels, il offre un espace solennel pour que les peuples de Russie, dont aucune famille n'a été épargnée par la "grande guerre patriotique" (26 millions de tués sur les 194 millions de citoyens soviétiques), puissent venir honorer le sacrifice de leur lignée pour leur Liberté.

Dans le Donbass, cette tradition exceptionnelle revêt une dimension particulière du fait de la guerre qui fait rage depuis 4 ans aux portes des cités rebelles qui ont refusé le coup d'état du Maïdan et se sont opposées à la persécution de leur identité russe qui devant leur refus de disparaître a déclenché une agression militaire à caractère génocidaire rouvrant les plaies du passé.

Célébrer la victoire de 1945 contre le nazisme selon le rituel russe est pour la population du Donbass au combat un acte identitaire honorant le passé autant qu'il revendique un futur choisi par la population à la pointe du cœur et du fusil. 

Chaque année, à l'issue de la traditionnelle parade militaire, le Régiment des immortels enfle ses rangs d'encore plus de larmes du souvenir et de sourires de fierté, et aujourd'hui ce sont plus de 70 000 personnes qui sont venues porter dans les rues de Donetsk les portraits des héros du passé et du présent. Et nous avons été nombreux, parmi les volontaires de Piatnashka à nous joindre à ce fleuve de la mémoire pour honorer avec honneur le sacrifice de 42 de nos camarades de bataillon.


Mercredi 9 mai 2018

Ce 9 mai 2018 est pour moi plus intense que les précédents. Tout d'abord c'est aux cours des commémorations annuelles de la victoire de 1945 que je me suis vu décoré de la "médaille des défenseurs de la Novorossiya" en récompense du travail accompli dans les rangs de la brigade Piatnashaka. depuis 7 mois.

Mais c'est surtout la première participation au défilé du "Régiment des immortels" qui marque dans mon cœur cette journée de la mémoire. En effet à l'occasion des cérémonies du 9 mai avec plusieurs officiers, sius-officiers et soldats de la brigade internationale Piatnashka nous avons décidé de porté  le souvenir de nos camarades tués au combat.

Nous nous sommes donc rendus au matin de ce 9 mai sur la place centrale de Donetsk, tandis que la parade militaire officielle défilait à l'ombre de la statue Lénine. 




Les unités de la brigade Piatnashka, de repos (et d'alerte) à leur base de Makeevka, préparent et participent aux cérémonies du 9 mai commémorant en Russie la victoire de 1945, une unité participant à la parade militaire et d'autres volontaires rejoignant la marche du Régiment immortel qui la suit.

Pour ma part je me joins à cette seconde manifestation étant à l'initiative de son organisation. Je tenais en effet à ce que la mémoire des soldats de l'unité tombés récemment au combat soit honorée à cette occasion par leurs camarades. Le commandement a prolongé et élargi l'idée à son échelon en y incluant l'ensemble des tués du bataillon et en invitant également leurs familles et proches à rejoindre avec eux le régiment immortel.

C'est ainsi que nous nous sommes retrouvés, anciens et actuels camarades du bataillon, mais aussi les familles pour porter au milieu des portraits des héros de la seconde guerre mondiale ceux des soldats qui depuis 2014 se sacrifient à leur tour pour continuer à protéger la même liberté. 


Ce fut l'occasion de retrouver des camarades, de rencontrer les proches et les familles des disparus, exprimant ainsi la dimension sociale exceptionnelle de cette communauté militaire de Piatnashka qui est portée avec force et fidélité par la population qu'elle défend.

Cette tradition du Régiment immortel donne chair au sentiment patriotique qui circule librement dans le cœur des peuples de Russie. Ce sentiment ici n'est pas subordonné à une volonté politique et encore moins à une identité communautariste, il est authentique, et naturel : il est ce rapport métaphysique et supracommunautaire qui relie l'Homme à sa patrie charnelle. Ici point de signe religieux unique, point de symbole politique dominant, point de langue ou de culture dirigeante, le patriotisme des peuple de Russie est un acte d'amour entre la terre et le sang dans le lit de l'Histoire !

Il est difficile de trouver les mots pour exprimer l'émotion vive et profonde que soulève cette marée humaine portant à bout de bras son Histoire douloureuse et héroïque. L'année dernière j'avais assisté abasourdi par la noblesse de cette foule traversant les parcs et les avenues sortant des spectateurs de la parade, des rues secondaires et des immeubles pour alimenter ainsi que des dizaines de milliers d'affluents l'immense fleuve des immortels qui pendant près de 2 heures défila dans les rues de la cité rebelle. 

Cette année je suis entré à mon tour dans ce fleuve patriotique, levant au dessus de moi le portrait de Andreï Pokliakov, un camarade de l'unité abattu par un sniper ukrainien début décembre 2017. Autour de moi d'autres portraits en Noir et blanc jaunis ou photos récentes, ondulaient au rythme de la marche instaurant une fusion sacrée entre le passé et le présent, les vivants et les morts. Cette année, l'émotion est différente mais l'intensité est identique.


Lorsque le régiment immortel s'engage sur Artema, l'avenue principale de Donetsk, il est accueilli par des milliers de "Hourra" et "Spassiba" lancée par une foule immense applaudissant sur plus de 2 kilomètres la mémoire éternelle de l'Histoire et qui est le terreau du futur. "Ils sont en vie aussi longtemps que nous nous en souvenons !"

Autour de moi, marchent des veuves, des soldats, des fils, des sœurs et des frères portant un parent, un ami, un mari; mais aussi des pères et des mères portant toujours leurs enfants disparus dans le vent violent de l'Histoire. 



"SKS", "Rada" et "Sultan" portant les visages de ceux  qui dans les cœurs meurent jamais

Sortant brièvement des rangs du régiment immortel des participants viennent offrir des bouquets de fleurs aux vétérans de la Grande guerre patriotique venus saluer leurs camarades les ayant précédés dans l'Histoire (photo Svetlana Kissileva)

Ce régiment immortel qui est en train de se répandre hors du monde russe est également un formidable message de paix adressé à notre Monde post moderne en plein dérèglement, car la Liberté qui pousse des hommes et des femmes a se sacrifier pour la défendre est indissociable du rêve de paix qui habite tous les cœurs meurtris par ce terrible prix du sang. 

Dans son "Manifeste du partie communiste" (1847) Karl Marx rappelait avec pertinence que "celui qui ne connaît pas l'histoire est condamné à la revivre.” tandis que Nietzsche lui rappelait que "le futur appartient à celui qui a la plus longue mémoire". Voilà pourquoi il faut voir dans ce régiment immortel beaucoup plus qu'un simple défilé honorant le passé mais bien des semailles offrant aux générations futures les moissons de Liberté et de Paix !

Erwan Castel 



Le régiment immortel

Oleg Gazmanov


Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

"Abakan", volontaire de Piatnashka. Grièvement blessé
dans les combats  (amputation de son avant bras gauche)
il continue malgré tout à servir dans les rangs de la brigade
nous offrant quotidiennement la bonne humeur de son moral d'acier

Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.